X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par IWC Schaffhausen

Rechercher dans :
H.Moser & Cie - Une marque légendaire

H.Moser & Cie Une marque légendaire

Un travail d'équipe depuis 1826.

 

A la fin de sa période d'apprentissage et de compagnonnage, en 1826, Heinrich Moser réfléchit à la meilleure façon et au meilleur lieu pour bâtir une carrière. Il aspire à introduire le système de partage du travail des manufactures dans sa ville natale de Schaffhouse en fondant une petite horlogerie, mais le conseil municipal de l'époque rejette sa demande pour accorder le poste honorifique d'horloger de la ville à quelqu'un d'autre. Heinrich Moser émigre alors à Saint-Pétersbourg, en Russie, pour y fonder fin 1828 l'entreprise commerciale «Heinrich Moser & Co.». Il utilise ce nom d'entreprise pour développer une signature sociale en cursive – presque toujours complétée par un poinçon. A quelques exceptions près, le nom d'entreprise en écriture cursive cyrillique et/ou latine et le poinçon signent jusqu'en 1918 environ toutes les montres provenant du négoce horloger de Heinrich Moser, qu'il s'agisse de pièces de sa production propre ou de provenance étrangère.

H.Moser & Cie_334679_0

Petit à petit, Heinrich Moser devance les entreprises concurrentes, tant les anciennes que les plus jeunes. En l'espace de quelques années, il développe la vente de ses montres au Japon, en Chine, en Perse et au Turkestan, en Sibérie et à Kamtchatka. Vers 1845, il domine le commerce horloger de toute la Russie et devient ainsi le leader incontesté du secteur. Il noue même des relations commerciales avec Paris.

A l'époque, les entreprises russes de H. Moser emploient environ 50 collaborateurs, dont des horlogers allemands, suisses, russes et suédois. Diverses lettres attestent la collaboration des horlogers suisses Johann Jakob Bär, G. Ganther, Johann Winterhalter, Victor Guye, Palk et Schwab ainsi que d'Adolf Richard, gendre de Heinrich Moser. On y trouve également le nom d'un collaborateur italien, Bianco. Mais le collaborateur le plus efficace fut sans doute J. Winterhalter, qui reprit ultérieurement l'entreprise de Moser en Russie.

 

 H.Moser & Cie_334679_1
Magasin © H.Moser & Cie

 

Même lorsqu'il revient à Schaffhouse en homme d'affaires riche et célèbre, Heinrich Moser reste, dans son cœur, un horloger passionné. Etant conscient, depuis sa formation, que la fa-brication des boîtes des montres de poche représente souvent un point faible dans la production et que la qualité de ces derniers souffre de lacunes, il ouvre en 1853 un atelier à Schaffhouse, dans lequel une vingtaine d'employés fabriquent notamment des boîtes en argent. Trois ou quatre années plus tard, un deuxième atelier voit le jour. En 1863, il équipe les deux fabriques d'installations mécaniques flambant neuves, conçues pour la plupart par lui-même, et facilitant la production des boîtes.

A sa grande déception, son fils unique Henri Moser (1844-1923) manifeste très peu d'intérêt pour l'horlogerie. En 1870, c'est la rupture entre le père et le fils. Lorsque Heinrich Moser meurt, en 1874, sa deuxième épouse Fanny devient l'héritière de tous les commerces ainsi que de l'horlogerie du Locle. Mais Fanny ne désire pas endosser la responsabilité de poursuivre l'œuvre de son mari. Elle décide donc, en 1877, de vendre l'ensemble des commerces à Johann Winterhalter, et l'horlogerie du Locle à Paul Girard. Lors des deux transactions, elle s'assure contractuellement – selon le vœu de son défunt époux – que tous ses successeurs poursuivent son œuvre sous la marque H. Moser & Cie ou Heinrich Moser & Co. C'est ainsi que l'ensemble des entreprises finit dans des mains étrangères. De même, le nom de cette famille Moser s'éteint car Henri, le fils unique de Heinrich Moser, n'a pas de descendants mâles. 

Les noms d'entreprise et de marque restent donc inchangés, tant au niveau du commerce mondial que de l'horlogerie du Locle, conformément à l'engagement  pris par les successeurs de Heinrich Moser. Jusqu'en 1917, lorsque la Révolution d'Octobre balaye le marché horlo-ger russe dominé par les horlogers suisses. Les derniers directeurs suisses de l'entreprise Moser – Cornelius Winterhalter qui a séjourné en Russie de 1908 à 1918 et Octave Meylan de 1910 à 1918 – quittent le pays pour rentrer en Suisse, entièrement dépossédés.

En 1920, Moscou fonde «l'atelier central de réparation de montres» étatique sur les cendres des entreprises horlogères Moser et, entre 1927 et 1930, commence la mise sur pied d'une production de montres propre. Pendant longtemps encore, les montres Moser sont synonymes de travail de qualité supérieure. En 1966, l'URSS offre à l'un de ses militaires de haut rang une montre de poche Moser originale en or de 18 carats datant de l'époque d'avant l'expropriation, et portant une dédicace personnelle gravée. Témoin précieux de cette époque, cette montre est en possession, aujourd'hui, de l'entreprise Moser Schaffhausen AG. 

 

H.Moser & Cie_334679_2

 

La famille Girard qui a repris l'entreprise du Locle poursuit l'œuvre de Heinrich Moser en maintenant la fabrication de montres fines. Elle continue à s'appuyer sur les deux piliers principaux de la production, à savoir les montres de poche et les montres-bracelets, en collabora-tion étroite avec les meilleurs sous-traitants. Seule concession: la disparition de l'écriture cy-rillique souvent utilisée pour signer l'intérieur de la boîte.

Des documents datant de 1953 attestent de l'élargissement de la production de montres-bracelets et mentionnent, entre autres, une montre étanche à 12 lignes et une montre automatique de 11 ½ lignes. En 1973, Heinrich Moser & Co. apparaît comme une entreprise de production de montres de précision à échappement ancre et de montres spéciales, notamment en or 18 carats ou avec des boîtiers sertis de pierres précieuses.

En 1979, l'horlogerie du Locle devient membre du groupe «Dixi-Mécanique» et apparaît sous le nom de «Hy Moser & Cie».

C'est en 2002 que le Dr Jürgen Lange fait réenregistrer le nom de la marque originale du fondateur au plan international. C'est l'heure de la renaissance de l'entreprise Moser Schaffhausen AG et la réintégration de la lignée des Moser. Aujourd'hui, Roger Nicholas Balsiger, arrière-petit-fils de Heinrich Moser, siège au conseil d'administration de l'entreprise en qualité de président d'honneur. En automne 2005, à l'occasion du 200e anniversaire de son fondateur Heinrich Moser, l'entreprise faisait sa réapparition sur la scène de l'horlogerie internationale.

 

H.Moser & Cie_334679_3

 

Les montres développées par H. Moser & Cie ces trois dernières années cultivent avec une élégance classique l'art de l'understatement. Fidèles à la tradition de la maison, les pièces abritent des mouvements mécaniques d'une qualité parfaite, issus de production propre. Ces mouvements, riches en innovations techniques fort prisées des clients, équipent exclusivement les montres de H. Moser & Cie.

Ainsi la boucle est-elle bouclée. Dans une interview, l'arrière-petit-fils résume la situation à peu près comme suit: il est émouvant que 200 ans après sa naissance, nous puissions offrir à Heinrich Moser un retour à Schaffhouse en qualité d'horloger.

 

Vous aimerez aussi

La marque

H. Moser & Cie. a été fondée par Heinrich Moser en 1828. Basée à Neuhausen am Rheinfall, la société horlogère emploie actuellement près de 60 personnes, a développé 14 calibres maison à ce jour et produit plus de 1 500 montres par an.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >