X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Chopard

Rechercher dans :
Chronoswiss - Interview d’Olivier et Eva Ebstein

Chronoswiss Interview d’Olivier et Eva Ebstein

WorldTempus a rencontré le couple qui a porté Chronoswiss sur la scène centrale du marché horloger, dans sa cité de Lucerne, troisième ville la plus importante en terme de ventes de montres.

WorldTempus: Pouvez-vous nous raconter l’histoire de votre déménagement dans ce magnifique nouveau bâtiment ?
Oliver Ebstein: Jusqu’à présent, Chronoswiss était dispersé dans quatre sites différents, deux à Lucerne, un à Bienne et le dernier en Allemagne. Considérant la taille de l’entreprise, il était clair que la logistique et le contrôle qualité devenaient très difficiles. Aussi, dès le début, notre but était de tout regrouper sous le même toit. C’est à Lucerne que nous habitons, et la ville possède aussi une grande histoire horlogère. Ces deux dernières années, nous avions déjà occupé trois lieux différents à Lucerne. Finalement, nous avons emménagé ici et nous nous rendons déjà compte que cela fait sens.

Eva Ebstein: Avant, l’entreprise était basée à Munich. Mais avec son nom de Chronoswiss et ses montres labellisées swiss made avec un des plus hauts pourcentages de composants suisses, il était logique que la marque retourne en Suisse.


Etre à Lucerne est une chose, mais disposer d’un bâtiment aussi impressionnant pour un atelier d’assemblage en est une autre. Comment avez-vous trouvé ces locaux ?
OE: Par pur hasard.
EE: Il est clair que nous voulions être à Lucerne mais nous étions aussi en pleine croissance et commencions à avoir des contraintes de capacité. Il nous fallait donc un endroit où tout regrouper sous le même toit. Nous avons eu la chance de tomber sur ces locaux assez rapidement.

 

chronoswiss-houseofchronoswiss_cylinder.jpg


De toute évidence, cela a représenté un gros investissement pour vous, aussi bien personnellement que financièrement. Qu’attendez-vous de la marque dans le futur ?
OE: Nous projetons d’augmenter notre productivité, mais de façon cohérente. Nous voulons poursuivre dans la même voie sans perdre le fil. Chronoswiss a une ADN forte, et c’est important. Nous sommes réputés depuis longtemps pour la qualité de nos cadrans, qui resteront des séries limitées à de petites quantités. Cela correspond à nos origines.
Nous allons davantage nous concentrer sur ces cadrans ces prochaines années. Nous allons aussi conserver nos mouvements maison et travailler avec d’autres fournisseurs. Enfin, nous développerons la collection Timemaster, qui a été sous-estimée, me semble-t-il, ces dernières années.

Chronoswiss est aussi connue pour son régulateur, ses montres squelettées et ses styles classiques. Nous tentons maintenant de combler les écarts que nous avons rencontrés afin de viser le client qui achète une montre pour la première fois.


Votre nouvelle campagne publicitaire cherche-t-elle à attirer une clientèle plus jeune ?
OE: Des clients plus jeunes, oui, mais surtout ceux qui achètent leur première « vraie » montre.
EE: Chronoswiss a toujours eu de nombreux fans grâce à ses réalisations novatrices, comme par exemple le premier régulateur produit de série. Nous ne voulons pas perdre cette clientèle mais nous souhaitons vraiment élargir notre horizon.
 

Chronoswiss est une marque largement masculine. Projetez-vous une collection pour femmes ?
OE: Nous avons lancé une collection féminine il y a quelques années. Chronoswiss comptait 150 références quand nous avons repris la marque. Nous en avons aujourd’hui entre 70 et 80 et nous nous concentrons sur deux lignes  - Sirius et Timemaster.  Nous sommes principalement une marque masculine, cependant, nous avons aussi  beaucoup de montres pour femmes serties de diamants.

EE: Près de 20% de nos modèles sont unisex, pour le moins,  voire totalement conçus pour les femmes, si l’on considère la taille du boîtier et le sertissage. Mais, oui, la marque a toujours été masculine et nous souhaitons que cela continue, tout en séduisant les femmes qui aiment les grandes montres et les mouvements mécaniques.

 

Chronoswiss-Oliver_Eva_Ebstein


Plusieurs marques renommées sont dirigées par des couples. Comment vous partagez-vous les tâches à la tête de l’entreprise ?
EE: Je pense que 80%  de nos tâches se font dans des domaines différents, mais nous travaillons de concert en ce qui concerne la stratégie et les prises de décision clé.

OE: La prise de décision est vraiment notre élément commun. Nous prenons toutes les décisions ensemble. L’entreprise est comme un enfant :  nous l‘emmenons chez nous et nous en parlons à la maison.  Nous ne nous arrêtons pas de travailler à 17h.


Quels sont vos goûts personnels en horlogerie ? Que recherchez-vous dans une montre ?
OE: Je pense parler d’une seule voix en disant que nous aimons les pièces intemporelles. J’aimerais bien voir davantage de pièces iconiques dans notre collection. Je porte la nouvelle Timemaster GMT et je trouve qu’elle est vraiment différente des autres montres de sport. Je porte celle-ci parce que nous l’avons équipée d’un nouveau bracelet et que je dois le tester. Mais je porte aussi très souvent la Regulator.

EE: Je porte  la Quarter Repeater et je trouve qu’elle a aussi un beau design intemporel. Les femmes ont tendance à préférer les montres de la collection Sirius, qui est plus classique. Nous sommes tous les deux de grands fans du guillochage et de l’émail, que nous faisons désormais en interne.

 
 

 

Vous aimerez aussi

La marque

Chronoswiss est fière d’être une compagnie indépendante et familiale, détentrice de traditions centenaires comme l’émaillage et le guillochage. Elle a toujours utilisé des composants de première qualité de fournisseurs suisses afin de produire des montres de qualité supérieure. Certains modèles sont équipés de mouvements fabriqués par la marque elle-même.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Toutes les montres >