X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Cyrus

Rechercher dans :
GMT Magazine
Industrie - Le retour des événements horlogers

Industrie Le retour des événements horlogers

De Genève à Mexico en passant par Shanghai et Dubaï, la rentrée horlogère s’annonce intense !

Avec un salon digital Watches & Wonders en avril à Genève que tout le monde a salué comme une solution honorable faute d’événement physique (lire les interviews de Laurent Dordet ici et Frédéric Grangié ici), le retour annoncé des « vrais » événements en présentiel est porteur d’un double optimisme : le bonheur de se rencontrer et de faire des affaires sans écran interposé, le signe que la crise sanitaire touche de facto à sa fin.

Chronologiquement, saluons le dynamisme et la clairvoyance bienheureuse de Carlos Alonso, éditeur du magazine Tiempo de Relojes et fondateur du salon SIAR, dont le professionnalisme et la pertinence du format font l’unanimité dans la branche depuis des années. Non seulement il a pu organiser son édition 2020 l’automne passé et permis aux horlogers présents d’effectuer des ventes. Il double la mise cette année en mettant sur pied un SIAR estival, dès la mi-juin. Grandes marques et horlogers indépendants s’y pressent. Tout en maintenant l’édition habituelle mi-octobre 2021, la 15e. Caliente !

Le retour des événements horlogers

Carlos Alonso © SIAR 2015

L’automne sera torride car à la mi-octobre, il doit également se tenir le Shanghai Watch Festival organisé par le collectionneur et entrepreneur Kelvin Sa, fondateur du club Shanghai Watch Gang. Ce nouveau concept plus institutionnel de son salon qui se déroulait auparavant en décembre de manière assez conviviale vise un public plus large, et devrait également accueillir l’exposition du Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Cette dernière est attendue en Inde juste avant. Très prisée et très influente, la biennale Dubai Watch Week ambitionne de réunir à nouveau toute la communauté horlogère fin novembre, dans un savant mélange de panels culturels, de présentations média, de stands ouverts au public et de prises de commande par le puissant détaillant local Seddiqi & Sons qui a initié cette grande manifestation d’envergure internationale.

Le retour des événements horlogers

© Dubai Watch Week 2020

La Suisse aux premières loges Ils avaient défrayé la chronique l’an passé en jaillissant des cendres encore fumantes des deux grands salons suisses traditionnels, les Geneva Watch Days prouvent la justesse de leur propos en revenant en force sur les quais lémaniques du 30 août au 4 septembre. Toujours organisés directement par les marques fondatrices du concept, rejointes par d’autres marques séduites par cet esprit d’entreprise et leur indépendance, les Geneva Watch Days s’appuient à nouveau sur un chapiteau commun ouvert au public et des espaces de présentation individuels répartis dans les boutiques et les suites des hôtels alentours.

Le retour des événements horlogers

Les CEO des marques fondatrices des Geneva Watch Days © Geneva Watch Days

A la même période à Neuchâtel, le salon Imagination entend rassembler des exposants horlogers, mais également joailliers et fabricants d’instruments d’écriture, du 1er au 6 septembre.

Le Grand Prix d’Horlogerie de Genève fête ses 20 ans, de même que son partenaire média le site WorldTempus, et exposera à Genève fin octobre pour la première fois toutes les Aiguilles d’Or décernées depuis 2001, en plus des 84 montres sélectionnées en 2021. La cérémonie de remise des prix aura lieu le 4 novembre au Théâtre du Léman. Avec 1200 personnes dans la salle ?

Deux jours plus tard, la biennale Only Watch achèvera son tour du monde (entamé au Monaco Yacht Show le 22 septembre) sous les coups de marteau du commissaire-priseur de Christie’s à Genève. Tout le monde se souvient encore du résultat record de la vente aux enchères de 2019 (CHF 38,5 millions intégralement reversés à la recherche), et personne ne s’étonne que cette 9e édition attire plus de 55 marques. L’homme exceptionnel qu’est son fondateur, Luc Pettavino, a d’ailleurs reçu le Prix spécial du jury du GPHG en 2019.