×

Cette recherche est sponsorisée par Anonimo

Rechercher dans :
Baselworld
Raymond Weil - Les préférences d’Elie Bernheim

Raymond Weil Les préférences d’Elie Bernheim

Le CEO de Raymond Weil raconte la naissance du tout premier mouvement maison de la marque et parle de ses derniers partenariats musicaux.

Est-ce que le premier mouvement maison Raymond Weil était en projet depuis longtemps ?
Oui,  parce que j’ai souvent entendu des critiques à notre égard selon lesquelles nous n’étions pas capables de développer notre propre mouvement. En même temps, d’autres marques présentaient leurs mouvements comme étant maison mais ils n’avaient qu’un seul petit composant modifié. Donc il était important pour moi de développer un mouvement à l’interne chez Raymond Weil.  Mais je voulais aussi que notre approche soit honnête. Nous avons conçu et dessiné le mouvement, mais nous ne sommes pas une « manufacture », et nous avons donc confié sa production à Sellita, avec qui nous travaillons depuis 30 ans. Normalement ils ne font pas cela, mais ils ont accepté de le produire en exclusivité pour nous et c’est ainsi que le calibre 1212 est né. 

Il était aussi important pour nous de montrer que, dans un environnement économique relativement compliqué, nous pouvions utiliser un modèle d’affaires simple, en évitant des risques majeurs, pour produire une montre avec un mouvement maison et la vendre à seulement CHF 1'895,-.

Les préférences d’Elie Bernheim


Le monde de la musique a toujours été au cœur de la marque. Dites-nous en plus sur vos derniers partenariats.
Je crois que Raymond Weil jouit d’une légitimité authentique dans ce domaine et c’est quelque chose que je souhaite développer. Mon père se focalisait davantage sur la musique classique et même si j’aime la musique classique, j’avais envie de faire évoluer les choses vers un public plus large. Raymond Weil est une marque multigénérationnelle et nous avons besoin de produits qui s’adressent à toutes sortes de personnes dans notre gamme de prix qui va de 500 à 3'000 CHF.

C’est pourquoi je voulais des partenariats qui plaisent à tout le monde. Tout comme chacun a entendu parler des Beatles, la plupart des gens qui aiment la musique pop et rock connaissent les guitares Gibson. Le modèle Les Paul est le plus connu parmi les guitares Gibson et nous avons donc décidé de lancer une montre dédiée à cette guitare emblématique. A 3'200 CHF, c’est la plus chère que nous avons présentée cette année à Baselworld.

Freelancer Gibson Les Paul watch


Nous avons également une deuxième édition dans la collection Beatles. C’est un partenariat important pour nous et c’était tout aussi important pour moi de montrer que ce n’était pas juste un accord ponctuel mais que nous étions dans le long terme. La première édition a été épuisée très rapidement et cette deuxième édition, limitée à 3'000 exemplaires, présente un élément créatif que j’apprécie : le motif d’un disque en vinyle reproduit sur le cadran. Sur la première édition nous avions les titres des albums des Beatles inscrits tout autour du cadran avec l’album « Help » à 4 heures, mimé par les « Fab Four » en forme de sémaphore. Sur cette nouvelle édition, nous avons un hommage similaire : l’image d’Abbey Road avec les silhouettes des membres du groupe.

Vous présentez également une nouvelle montre « Bowie » et donc un autre gros partenariat. Comment cela s’est-il fait ?
Nous voulions offrir une nouvelle histoire extraordinaire qui touche différentes générations et quel meilleur moyen de le faire qu’avec une montre David Bowie ? David Bowie représente les années 1970, 1980 et 1990, mais en même temps son dernier album est sorti l’an dernier et il a remporté cinq Grammy Awards il y a deux mois seulement, il est donc aussi complètement contemporain. Nous avons noué un partenariat avec la Fondation Bowie, mais trouver une idée créative qui résume David Bowie était très difficile car il avait de multiples facettes. Nous avons travaillé avec la Fondation sur cet aspect et avons décidé que l’éclair sur le visage de David Bowie sur la couverture de son album Aladdin Sane de 1973 était un élément graphique déterminant. Nous avons aussi pris le logo dessiné par Andy Warhol qu’on trouve pour la première fois sur la pochette de l’album de 1974 Diamond Dogs. Le cadran noir comporte un motif en forme de disque vinyle et le fond du boîtier affiche une photo de David Bowie prise par le célèbre photographe Terry O’Neill, que la Fondation nous a aimablement fournie et qui sera utilisée dans notre campagne de promotion de cette montre. La photo a été prise en 1976, qui par coïncidence est l’année de création de Raymond Weil.

Freelancer David Bowie watch


Est-ce que le partenariat avec Les Beatles vous a aidé à trouver d’autres associations musicales ?
Tout à fait. Cela nous a ouvert des portes. Par exemple, nous avons créé la montre Buddy Holly à la demande de la fondation qui détient les droits sur son nom. Elle arbore les lunettes caractéristiques de Buddy Holly comme contrepoids à l’aiguille des secondes, sa couleur favorite le bleu ciel et son chiffre porte-bonheur, le 9. Plus nous créons ce genre de pièce, plus nous sommes approchés par d’autres musiciens et fondations. Et c’est là que cela devient intéressant car nous voyons notre légitimité dans le monde de la musique confirmée.

Maestro Buddy Holly watch


Quel genre de personne achète ces montres en édition limitée ?
Je dirais qu’en tout cas 60% des gens qui achètent la montre Beatles sont des fans absolus des Beatles. Les autres sont de fidèles admirateurs de Raymond Weil. Quant à la montre Bowie, le premier jour de Baselworld nous avons reçu 300 demandes d’acheteurs. Des fanatiques absolus de Bowie. Le plus intéressant c’est que parmi ces 300 demandes, 250 voulaient savoir où ils pouvaient acheter la montre en ligne. Cela signifie que la mentalité des gens change très rapidement et que nous nous trouverons bientôt devant un nouveau paradigme en ce qui concerne la distribution.

Etant donné le nombre de véritables amateurs de musique qui nous ont exprimé leur intérêt pour de telles montres, je pense que nous allons devoir envisager des pré-commandes. La montre Bowie, par exemple ne sera pas disponible sur le marché avant septembre prochain et je crois que le genre d’acheteur intéressé par ce type de montre serait heureux de payer 1'595 CHF à l’avance pour s’assurer de l’obtenir. 

Comment voyez-vous le développement de ces partenariats musicaux ?
Nous avons déjà un grand nom pour l’an prochain qui va faire grand bruit, ainsi qu’un autre artiste qui nous a contactés directement. A l’instar de quelqu’un qui s’assied pour admirer sa propre collection de disques, ces partenariats deviennent une sorte de collection pour nous. Même si ces éditions limitées ne représentent que 5% de nos ventes, elles contribuent à vendre aussi les autres montres Raymond Weil.

La marque

Lors de la création de la Marque en 1976, Raymond Weil souhaitait démocratiser la haute horlogerie suisse. Cette approche visionnaire, toujours chère aux trois générations, a permis à la Marque de se développer à l’échelle internationale en quelques décennies à peine.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi