X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par MB&F

Rechercher dans :
Watches and Wonders
Van Cleef & Arpels - Le Temps Poétique

Van Cleef & Arpels Le Temps Poétique

Rêveries horlogères

À l’occasion de son retour au salon Watches & Wonders en 2022, la Maison puise dans ses sources d’inspiration emblématiques de nouvelles histoires enchantées reflétant le Temps Poétique qui lui est propre. Empreinte de rêve et d’émotion, cette vision de l’horlogerie prend vie au fil d’une déambulation offrant un voyage au cœur de la Nature Enchantée et jusqu’à la voûte céleste. Van Cleef & Arpels poursuit sa tradition des automates avec trois pièces inédites qui unissent expertise horlogère et savoir-faire joaillier. Véritable invitation à vivre au rythme du cosmos, l’Astronomie Poétique met en scène le ballet des planètes sous la glace d’un automate de haute voltige, tandis que la vitalité de la faune et de la flore est exprimée par les mécanismes de deux autres objets animés d’une grande finesse. Au sein du jardin Van Cleef & Arpels, deux nouvelles montres font leur entrée dans la collection Complications Poétiques. Sur leur cadran, les fleurs capturent le secret des heures sous leurs pétales précieux, les corolles s’épanouissant au gré de la journée. Ce voyage au cœur de l’imaginaire de la Maison se poursuit par un rêve d’opéra, alors que l’art de la danse insuffle une nouvelle esthétique à une création signature : la montre Lady Arpels Ballerine Enchantée. Le temps s’écoule paisiblement, ouvrant les portes d’un monde de merveille et d’harmonie.

Le Temps Poétique

Détail du cadran de la montre Lady Arpels Heures Florales Cerisier © Van Cleef & Arpels

Objets Extraordinaires

Réputé pour son savoir-faire de Haute Joaillerie, Van Cleef & Arpels s’illustre également dès sa fondation en 1906 dans un domaine plus méconnu : celui des objets précieux qui enchantent et créent la surprise. Le modèle réduit du yacht Varuna en est un exemple emblématique. Commandé par Eugène Higgins, célèbre figure de la société new-yorkaise de l’époque, ce bateau en or émaillé semble voguer sur une mer de jaspe sculpté posée sur un socle d’ébène. À l’origine électrifiée, sa cheminée servait de sonnette pour appeler le majordome. Les objets créés par Van Cleef & Arpels ont également été l’occasion de répondre à des commandes spéciales originales comme celle de la Maison d’Hortense, un habitacle en or jaune, lapis-lazuli et corail destiné à abriter la grenouille d’un maharadja. Cet animal était connu pour évoluer différemment au gré des variations thermiques de l’atmosphère et servait ainsi de station météorologique.

Le Temps Poétique

Modèle réduit du yacht Varuna, circa 1906 Collection Van Cleef & Arpels © Van Cleef & Arpels

Les objets horlogers de la Maison accompagnent le temps qui passe avec élégance et ingéniosité. Les pendules mystérieuses des années 1920, puis celles plus contemporaines des années 1990 mettent en scène un bestiaire inspiré d’horizons lointains : singes taillés dans de l’améthyste intense, pandas en pierres ornementales contrastées ou encore ours pavés de diamants. L’intérêt pour les minéraux bruts ou les matières organiques comme le bois a donné naissance dans les années 1970 à des presse-papiers incrustés de cadrans horlogers ourlés de fils torsadés d’or jaune. 

Le Temps Poétique

Cage à oiseau, circa 1935 Collection Van Cleef & Arpels © Van Cleef & Arpels

Objets de bureau ou de décoration, accessoires de beauté ou de fumeurs, les objets de Van Cleef & Arpels témoignent des habitudes de leur temps et de l’expertise de la Maison par les techniques et les pierres utilisées. Remarquables par leurs associations de matières, les pièces se font ainsi le théâtre d’un dialogue à la croisée de la joaillerie, de l’horlogerie et des métiers d’art. Après la création de son automate Fée Ondine en 2017, trois nouveaux Objets Extraordinaires voient le jour, offrant tour à tour une plongée dans le cosmos ou une rêverie au cœur de la Nature Enchantée. Imaginés dans des dimensions variées, ils illustrent l’esprit d’innovation de la Maison, sa recherche perpétuelle d’excellence, ainsi que son attachement à la pérennisation des savoir-faire rares. Ces œuvres collectives dont le développement nécessite plusieurs années de recherches et de travail mêlent habilement mouvement et musique pour raconter de nouvelles histoires.

La tradition des planétariums

La reproduction figurative du ciel est un art séculaire. Dès l’Antiquité, le terme de « planétarium » fait son apparition pour désigner les maquettes figurant le Soleil, la Lune et les planètes environnant la Terre. Le plus ancien spécimen de ces représentations est la machine d’Anticythère, datant du IIe siècle avant J.-C.. Ces objets racontant la voûte céleste cohabitent au fil du temps avec des instruments de mesure d’une grande précision : astrolabes, sphères armillaires, horloges astronomiques ou encore planétaires permettant de modéliser les mouvements des planètes autour d’un Soleil fixe. Au gré des époques, les planétariums galiléens succèdent aux planétaires coperniciens, dont le Planétarium géant Eise Eisinga – fondé aux Pays-Bas dans la commune de Waadhoeke en 1781 – est l’ultime exemple. 

Le Temps Poétique

Automate Planétarium © Van Cleef & Arpels

En 2014, Van Cleef & Arpels s’attelle à réduire les dimensions du planétarium pour les adapter à l’échelle du poignet. Ainsi naît la montre Midnight Planétarium, représentant la course des planètes du système solaire au sein d’un garde-temps d’une grande complexité. Le modèle masculin est accompagné dès 2018 d’une déclinaison féminine, puis en 2021 d’une version de Haute Joaillerie. Huit ans après la révélation de sa collection Planétarium, Van Cleef & Arpels revisite ce concept devenu emblématique à travers un nouvel Objet Extraordinaire qui vient enrichir son univers de l’Astronomie Poétique.

Le ballet des planètes

Se distinguant par ses dimensions impressionnantes (50 cm de hauteur pour 66,5 cm de diamètre), l’automate Planétarium met en scène le Soleil et les planètes de son système visibles à l’œil nu depuis la Terre : Mercure, Vénus, la Terre – accompagnée de son satellite, la Lune –, Mars, Jupiter et Saturne. Chaque astre se déplace conformément à son temps de rotation réel, effectuant ainsi un tour complet en 88 jours pour Mercure, 224 jours pour Vénus, 365 jours pour la Terre, 687 jours pour Mars, 11,86 ans pour Jupiter et 29,5 ans pour Saturne. Comme sur les montres féminines de la collection, la Lune tourne elle-même autour de la Terre en 29,5 jours, animant l’objet d’un mouvement perceptible jour après jour. 

Le Temps Poétique

Automate Planétarium - Saturne, en or blanc, saphirs, diamants et jaspe © Van Cleef & Arpels

Au déclenchement de l’animation, une étoile filante fait son apparition en sortant d’une trappe et survole le cadran pour indiquer l’heure. Elle entraîne avec elle les planètes dans un véritable ballet accompagné par une mélodie cristalline spécialement composée en partenariat avec Michel Tirabosco – musicien concertiste suisse. Une planète sur deux tourne dans le sens inverse de sa révolution naturelle, conférant à l’ensemble une poésie fantastique.

Le Temps Poétique

Assemblage de la structure externe du Soleil sur son noyau © Van Cleef & Arpels

L’expertise horlogère au service du Temps Poétique

Cet objet de table inédit reproduit fidèlement le mouvement de six planètes autour du Soleil et leur position à une heure donnée grâce à un mouvement mécanique d’une grande complexité. Il est doté d’un module planétarium développé exclusivement pour Van Cleef & Arpels, ainsi que d’une animation à la demande permettant de rejouer la danse des astres à volonté. Sous le globe de l’automate – soufflé sur-mesure pour l’objet par l’atelier Fluid situé à Belle-Île –, l’étoile filante en or, diamants et Serti Mystérieux rubis indique les heures et les minutes sur un cadran 24 heures. Sur le socle de l’objet, plusieurs guichets se succèdent : heures/minutes, jour/nuit, quantième perpétuel indiquant le jour, le mois et l’année, et enfin réserve de marche. La boîte à musique et le carillon de l’automate sont eux aussi visibles grâce à une porte.

Le Temps Poétique

Assemblage du module quantième perpétuel © Van Cleef & Arpels

La magie des matières

Pour recréer l’émerveillement qu’inspire l’observation des astres, Van Cleef & Arpels a apporté un soin particulier à la sélection et au travail des matières, issues des traditions joaillières et associant pierres précieuses et ornementales. Le Soleil, encerclé par une structure en or jaune, saphirs jaunes et grenats spessartites, présente un noyau de diamants sertis sur plus de 500 tiges d’or. Au fil de l’animation de l’automate, ce dernier frémit grâce à un mécanisme impliquant un trembleur. Cette technique de joaillerie permet au motif de vibrer au moindre mouvement, accentuant le scintillement des pierres. 

Autour de l’astre de jour se déploient les différentes planètes en volume. Mercure est représenté par une pierre de lune entourée d’or blanc, de saphirs et de diamants, tandis que Vénus fait jouer les nuances de l’agate avec celles de l’or rose et des saphirs violets et jaunes. La Terre met en scène une pierre jusque-là inédite dans la création de la Maison : la chrysocolle, ici rehaussée par l’or blanc, les émeraudes et les tourmalines dites Paraíba. La lueur familière de la Lune, en orbite autour de la Terre, est évoquée par une opale entourée d’or blanc, d’or jaune et de diamants, contrastant avec le fond bleu nuit de l’objet. La cornaline prête ses nuances chaleureuses à Mars, son rougeoiement accentué par l’association avec l’or rose, les saphirs roses et les diamants. Enfin, Jupiter se pare d’un cœur en calcédoine et d’un pourtour en or jaune, grenats spessartites et diamants, alors que Saturne fait la part belle au jaspe, ses anneaux mêlant l’or blanc aux saphirs et aux diamants.

Le Temps Poétique

Ajustage de l’anneau en or, saphirs et diamants de Saturne sur son noyau en jaspe © Van Cleef & Arpels

Suggérant la profondeur du cosmos, quinze disques en verre aventuriné sertis de diamants en dégradé se succèdent de manière concentrique au sein du cadran, la moitié étant animée individuellement par le mouvement. Les planètes et l’étoile filante se meuvent ainsi à leur propre rythme dans un environnement scintillant. L’ensemble éveille une double émotion, entre plongée dans l’univers et beauté du travail joaillier.

Automate Fontaine aux Oiseaux : Le temps de l'amour

Alliant animation à la demande et affichage rétrograde de l’heure, cette création offre aux regards un double spectacle. Sur la tranche du socle, une plume se déplace progressivement le long de l’échelle du temps. Une fois les douze heures passées, elle revient à son point de départ afin de recommencer sa course pour la demi-journée suivante. Lorsqu’il est actionné – jusqu’à cinq fois d’affilée – l’automate prend vie durant environ une minute, révélant une scène attendrissante. Grâce à la mise en mouvement des différents éléments, l’eau du bassin se met à onduler, comme sous l’effet d’une brise légère. Une fleur de nénuphar ouvre ses pétales tandis qu’une libellule s’élève en battant des ailes et en pivotant légèrement. Les oiseaux posés sur le bord de la fontaine s’éveillent, leur chant retentissant grâce à l’assemblage d’un soufflet et d’une boîte à claquement qui imitent respectivement pépiements et sons de bec. Ils redressent la tête et agitent leurs ailes pour entamer leur parade amoureuse. Ils se rejoignent en chantant, leurs pattes articulées se soulevant l’une après l’autre dans un mouvement d’un réalisme saisissant. Une fois la scène terminée, la libellule se repose, les oiseaux reprennent leur place et le nénuphar se referme gracieusement.

Le Temps Poétique

Automate Fontaine aux Oiseaux © Van Cleef & Arpels

Une œuvre collective

L’excellence d’artisans chevronnés et experts dans leur domaine a été nécessaire à la réalisation de l’automate Fontaine aux Oiseaux. Après avoir imaginé son premier Objet Extraordinaire, l’automate Fée Ondine dévoilé en 2017, Van Cleef & Arpels s’est à nouveau entouré d’ateliers d’exception, en France et en Suisse, notamment Meilleur Ouvrier de France et Entreprise du Patrimoine Vivant. L’expérience de l’automatier François Junod, installé à Sainte-Croix en Suisse, s’est une nouvelle fois conjuguée à celle de lapidaires, joailliers, sertisseurs, émailleurs, ébénistes : autant de virtuoses ayant dialogué et partagé leur savoir-faire, chacun dépassant ses limites pour donner vie à une histoire poétique. Décomposer et articuler le mouvement des oiseaux, façonner des ailes et des vaguelettes suffisamment fines et légères pour être entraînées par le mouvement… Les défis n’ont cessé de se présenter, impliquant un processus de recherche permanente, de la conception aux ultimes étapes de finition. L’émotion de la Maison n’en est que plus grande de réunir encore ces métiers rares et précieux, mus par la mission d’accomplir ensemble une nouvelle prouesse technique et artistique. Cet Objet Extraordinaire unique, qui a nécessité plus de 4300 heures de travail dans les ateliers Van Cleef & Arpels et plus de 25200 au global, incarne une aventure humaine collective, sous l’égide bienveillante des oiseaux emblématiques de la Maison.

Le Temps Poétique

Mise à jour du corps d’un oiseau © Van Cleef & Arpels

« Ce type de projet nécessite de toujours repousser les limites de nos savoir-faire. Les différents défis techniques qui se présentent à nous demandent une constante remise en question et l’acquisition de nouvelles compétences. Ces expériences sont enrichissantes à la fois techniquement et humainement, car elles donnent lieu à de très nombreuses interactions avec de nouveaux corps de métiers. Lorsque l’objet s’anime, le plaisir et la satisfaction sont immenses, car il n’y a rien de plus magique que la nature qui se met en mouvement. » Gregory Weinstock, Directeur des Ateliers de Haute Joaillerie Van Cleef & Arpels.

« Ce projet hors du commun est d’abord un rêve éveillé qui réunit des artisans à la pointe de leur art. C’est également pour moi un saut dans la magie des automates contemporains, ainsi que des défis colossaux sur la recherche et le développement de chaque détail des différentes animations. J’ai ressenti beaucoup d’émotion lors des premiers essais sur les vagues et la libellule. L’aspect merveilleux de l’objet et l’impression de vie que suscitent les mouvements des oiseaux nous emportent dans un spectacle féerique. » François Junod, automatier.

« Nous sommes tous tributaires les uns des autres, je trouve formidable de voir que le travail de chacun met en lumière celui des autres corps de métier. C’est une belle récompense. » Catherine Nicolas, artisan laqueur Meilleur Ouvrier de France.

« C’est une grande fierté pour nous de réaliser des objets d’une si rare complexité, de relever des défis techniques de cette ampleur et de travailler main dans la main avec des corps de métiers qui nous stimulent. » Nathalie Muller, Atelier Joaillerie Parisienne.

Les oiseaux

Mues par un mouvement particulièrement réaliste, le corps des oiseaux a été conçu en or jaune avant d’être orné de pierres chatoyantes. Le mâle, reconnaissable à sa crête qui se déploie lors de l’animation, se distingue également par son dos incrusté de lapis-lazuli, son poitrail serti d’un dégradé de saphirs bleus et violets, d’émeraudes et de grenats tsavorites, ainsi que par ses ailes ponctuées de saphirs taille poire. Son regard est figuré par des cabochons de saphirs sertis dans l’or blanc et entourés de diamants. La femelle est caractérisée par son plumage de turquoise et son poitrail paré des douces nuances de saphirs violets et roses, de grenats mandarins et de rubis. Ses ailes reprennent ces tendres teintes, également ponctuées de saphirs taille poire. Durant l’animation, elle cligne malicieusement de ses yeux violets en boules d’améthyste, alors qu’elle rejoint son compagnon. Le mécanisme savamment dissimulé dans le socle de l’objet confère au déplacement des oiseaux une grande fluidité. De subtils mouvements, tels qu’une légère agitation des ailes, un clignement d’œil ou encore le soulèvement des pattes, sont rendus possible grâce à une expertise mécanique d’une grande précision. Chaque frémissement concourt ainsi à la magie de la scène, plongeant le spectateur dans une douce contemplation.

Le Temps Poétique

Assemblage du squelette mécanique d’un oiseau sur la structure de l’automate © Van Cleef & Arpels

L’eau du bassin

Support enchanteur de l’automate Fontaine aux Oiseaux, l’eau du bassin est constituée de cinquante lamelles en pierres ornementales qui ondulent durant l’animation. Mêlant calcédoine et cristal de roche, elles reprennent les nuances mouvantes de l’onde et son effet de miroitement translucide. Elles sont assemblées une à une au mécanisme de la création grâce à un système de rails, inspiré par la technique du Serti Mystérieux. Leur mouvement imitant celui de vaguelettes a fait l’objet d’une recherche minutieuse pour en assurer la fluidité et la douceur. Des feuilles et fleurs de nénuphar sont fixées grâce à des charnières leur permettant de se soulever avec souplesse au gré de l’ondulation de l’eau.

Le Temps Poétique

Positionnement des lamelles du plan d’eau en calcédoine et cristal de roche sur les rails en aluminium © Van Cleef & Arpels

La libellule

Ouvrant le bal de l’animation de l’objet, cette pièce a suscité une recherche approfondie en raison de son mouvement d’envol. Son corps se compose de trois parties en or blanc serties de diamants : la tête, le thorax – supportant les ailes et abritant un mécanisme miniature – et l’abdomen monté sur ressort. Ses deux paires d’ailes, battant chacune à son propre rythme, peuvent être admirées sous différents angles alors que la libellule tournoie. Elles se parent de nacre blanche incrustée de fins fils d’or et d’émail plique-à-jour présentant de subtils dégradés de couleur délicatement irisés. Des diamants sont juxtaposés à l’émail et à la nacre, permettant de mettre en valeur la translucidité de ces matières avec éclat. Le regard de la libellule est figuré par deux cabochons de saphir parachevant cette créature précieuse.

Le Temps Poétique

Mise en place de la nacre incrustée d’or sur les ailes de la libellule © Van Cleef & Arpels

« Cette création a représenté un vrai défi technique, la difficulté étant autant liée aux dimensions de la libellule, qui devait conserver son caractère virevoltant malgré sa petite taille et sa mobilité, qu’à la multiplication de matières d’une grande fragilité, comme l’émail et la nacre incrustée d’or. Nous avons cherché à nous rapprocher au plus près de la nature, en l’observant attentivement, afin d’offrir une représentation la plus fidèle possible d’une véritable libellule, dans son apparence comme dans son mouvement. » Nathalie Muller, Atelier Joaillerie Parisienne.

Les fleurs et feuilles de nénuphar

Les pétales tout en finesse des fleurs de nénuphar ont été entièrement façonnés à la main avant d’être émaillés. En raison des dimensions généreuses des corolles et des risques de déformation du métal lors des passages au four, cette dernière étape est particulièrement délicate. La mise en couleur a également nécessité une méthode spécifiquement adaptée afin de créer de subtils dégradés du rose poudré au mauve. Chacun des éléments a été travaillé en légèreté pour pouvoir être animé par le mécanisme.

Les feuilles de nénuphar ponctuant le bassin ont également fait l’objet d’une attention toute particulière. Chacune présente un travail de laque en cloisonné, conjuguant à la sculpture de l’or le travail minutieux de la couleur. Entièrement réalisé à la main selon un savoir-faire traditionnel, depuis le mélange des pigments jusqu’à l’apposition de la matière sur le support, le ponçage des différentes couches et le lustrage final, le travail de la laque est ici confronté à un défi particulier : celui de respecter les nervures des feuilles, figurées par des cloisons d’or jaune. La laque est ici appliquée à l’aérographe, de nombreuses couches étant successivement superposées afin d’obtenir de subtiles variations de vert. Une couche finale transparente nommée glacis est appliquée en dernier, scellant la couleur et apportant de la brillance à l’ensemble. 

Le Temps Poétique

Détail des fleurs et feuilles de nénuphar sur l’automate Fontaine aux Oiseaux © Van Cleef & Arpels

« Lorsque je travaille la laque sur une pièce avec tant de reliefs et de détails, je dois concevoir l’œuvre dans mon esprit avec autant de précision que dans le geste, car il n’y a pas de retour en arrière possible. » Catherine Nicolas, artisan laqueur Meilleur Ouvrier de France.

La plume

Délicate gardienne de l’heure, la plume se distingue par sa silhouette élancée évoquant la légèreté et par son association de couleurs. Sur l’or jaune sculpté, les douces nuances des saphirs violets se conjuguent à la vivacité des grenats tsavorites et des émeraudes dans un dégradé rappelant le plumage des oiseaux. 

La vasque de la fontaine

Le socle de l’objet, adoptant la forme d’un bassin, est recouvert sur sa partie supérieure d’une marqueterie de coquille d’œuf. Cette technique, appelée Rankaku au Japon, était très en vogue durant la période Art Déco et présente sur un grand nombre d’objets des années 1920. Elle nécessite un travail d’une grande minutie, chaque élément étant posé à la main sur le support.

« J’ai découvert la pose de coquille d’œuf en Asie, notamment au Vietnam où elle est très utilisée. Le résultat évoque une marqueterie, une mosaïque, car on dessine avec le morceau, sa forme, ses dimensions et la manière dont il est placé. Dans mon travail, j’essaye d’obtenir une pose très régulière, très fine, en utilisant de petits morceaux dont les cassures restent parallèles, tout joue pour que le résultat soit agréable à l’œil. » Catherine Nicolas, artisan laqueur Meilleur Ouvrier de France.

Le Temps Poétique

Mélange des pigments pour la préparation de la laque végétale © Van Cleef & Arpels

La pose de coquille d’œuf se double d’un travail particulièrement attentif de laque végétale, appliquée selon la technique traditionnelle de la laque Urushi. La laque végétale désigne essentiellement l’exsudat d’arbre à laque poussant en Asie du Sud-Est : lorsque l’écorce du tronc de l’arbre est griffée, une sève blanche peut être récoltée. Pour obtenir une surface lisse en association avec la coquille d’œuf, environ 8 couches de laque sont nécessaires, chacune nécessitant un temps de séchage long et une étape de ponçage à la main. Cette dernière est particulièrement complexe, la matière tendre de la coquille d’œuf pouvant changer de couleur au contact de l’abrasif.

« Pour créer des effets de matière, il faut imaginer son travail en trois dimensions en pensant à l’ordre et l’épaisseur des couleurs superposées. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de mêler la pose de coquille d’œuf à la laque : les irrégularités de la coquille doivent être prises en compte pour que l’ensemble finalisé soit lisse. » Catherine Nicolas, artisan laqueur Meilleur Ouvrier de France.

Automate Rêveries de Berylline : Une douce contemplation

L’automate Rêveries de Berylline est le premier d’une série de pièces inspirées par la nature, thème cher à la Maison depuis sa fondation. Hauts d’une trentaine de centimètres, ces automates réalisés en partenariat avec l’atelier François Junod mettent en scène l’ouverture d’une fleur dévoilant une gracieuse créature ailée. Ici, une fleur née d’un jardin imaginaire s’anime à la demande et ouvre ses pétales sur un colibri prêt à prendre son envol. Le mouvement de l’oiseau a fait l’objet de nombreuses heures de recherche et d’essais : ses ailes se déploient avec réalisme pour battre quelques instants, à un rythme naturel. Le colibri reprend ensuite sa place au cœur de la corolle, qui referme simultanément l’ensemble de ses pétales autour de l’oiseau, l’enserrant avec douceur. La musique accompagnant cette saynète a été spécialement imaginée pour cette collection. Une feuille d’acanthe en or poli miroir et diamants achève la création, liant la fleur au socle de la pièce, où une bague rotative et une seconde feuille permettent la lecture de l’heure.

Le Temps Poétique

Automate Rêveries de Berylline © Van Cleef & Arpels

« La difficulté principale de la création d’automates réside dans le poids des différents éléments. Pour que le mécanisme puisse se lancer et que le mouvement se déroule avec fluidité, il faut que l’ensemble des éléments soit le plus léger possible. Pour nous, joailliers, il est inhabituel d’avoir des contraintes de ce type. Pour l’automate Rêveries de Berylline, nous avons donc travaillé très étroitement avec l’atelier François Junod – reconnu comme le meilleur atelier dans le domaine des automates – pour parvenir à la conception et à l’animation à la fois du colibri et de la fleur. » Allan Passebon, Directeur adjoint des Ateliers de Haute Joaillerie Van Cleef & Arpels.

Les savoir-faire au service de l’enchantement

La scène jouée par l’automate Rêveries de Berylline fait la part belle aux métiers d’art. Le socle de la création, entièrement sculpté, est composé de deux volumes en porphyre rouge et d’un bol en lapis-lazuli. Les pierres, choisies avec soin par les gemmologues de Van Cleef & Arpels, ont été minutieusement taillées et polies pour révéler tout leur caractère et la vie qui les habite. Leur matière harmonieusement parsemée d’inclusions témoigne de l’expertise de la Maison dans la sélection de pierres ornementales rares ou atypiques en joaillerie. Les savoir-faire de Haute Joaillerie de Van Cleef & Arpels donnent vie à l’oiseau, dont les pierres scintillantes captivent le regard lorsqu’il bat des ailes. Une attention toute particulière a été portée à la sélection de ces gemmes, leurs nuances rappelant le plumage chatoyant d’un véritable colibri. Ultime détail, un saphir mauve taillé en briolette semble suspendu tel une goutte d’eau au bec de l’oiseau, sa couleur variant subtilement au gré de la lumière.

Le Temps Poétique

Détail du colibri dans la fleur ouverte de l’automate Rêveries de Berylline © Van Cleef & Arpels

Enfin, une corolle de fins pétales culmine au sommet de l’automate, se parant de douces nuances nées de l’art exigeant de la laque. Réalisée en collaboration avec Catherine Nicolas, Meilleur Ouvrier de France, cette fleur imaginaire a fait l’objet d’un travail particulièrement minutieux, selon les procédés et techniques de la laque asiatique traditionnelle. Peints un à un à l’aérographe en plusieurs couches successives, les 36 pétales présentent ainsi de subtils dégradés de couleurs, identiques d’un pétale à l’autre.

« C’est un plaisir immense de voir la pièce bouger, la fleur qui s’ouvre pour laisser le colibri sortir. En tant que laqueur, c’est très émouvant de travailler sur un automate, car la laque prend toute sa majesté dans le mouvement, lorsqu’elle joue avec la lumière. » Catherine Nicolas, artisan laqueur Meilleur Ouvrier de France.

« Les échanges avec d’autres corps de métiers sont particulièrement stimulants. Passé la phase de découverte de chacun, un lien de confiance s’établit, une alchimie opère et le travail commence à être très excitant ! Ces projets nous permettent de découvrir de nouvelles expertises et en cela, ils deviennent de véritables aventures humaines. Nous avançons main dans la main, de façon complémentaire, et nous construisons des relations d’avenir. » Allan Passebon, Directeur adjoint des Ateliers de Haute Joaillerie Van Cleef & Arpels.

Le Temps Poétique

Test du mouvement d’ouverture/fermeture des pétales en or rose © Van Cleef & Arpels

Complications Poétiques

Avec la collection Complications Poétiques, les merveilles de technique horlogère, tout comme les matières précieuses et les savoir-faire traditionnels sont au service de l’histoire qui anime le cadran. À chaque création, l’innovation est indissociable de la recherche de l’émerveillement. Mouvement rétrograde, module d’ouverture de fleurs et guichet affichant les minutes permettent de lire l’heure au fil d’une promenade dans un jardin fleuri ou des mouvements d’une ballerine. Au-delà de la prouesse technique, ces mécanismes de haute voltige offrent de précieux moments d’émotion, inscrits dans l’imaginaire de Van Cleef & Arpels.

Le Temps Poétique

Lady Arpels Heures Florales © Van Cleef & Aprels - Clément Rousset

Lady Arpels Heures Florales et Lady Arpels Heures Florales Cerisier

« Notre objectif, lorsque nous travaillons sur des concepts horlogers, est de capturer, à travers les mécanismes, ce qu’il y a de poétique dans le passage des heures. Et quoi de plus poétique que la mesure du temps à travers l’ouverture et la fermeture des fleurs ? » Nicolas Bos, Président de Van Cleef & Arpels.

Le Temps Poétique

Lady Arpels Heures Florales Cerisier © Van Cleef & Aprels - Clément Rousset

Le temps des fleurs

Pour rendre hommage à la nature qui la fascine depuis 1906, la Maison s’est inspirée du concept d’horloge florale (Horologium Florae), imaginé par Carl Von Linné, dans son ouvrage Philosophia Botanica en 1751. Le botaniste suédois y évoque un plan de jardin hypothétique composé d’une grande variété de plantes dont les fleurs s’ouvrent et se ferment à des moments précis du jour, indiquant alors l’heure. Van Cleef & Arpels reprend ce principe pour donner naissance à deux créations inédites, les montres Lady Arpels Heures Florales et Lady Arpels Heures Florales Cerisier. Leur cadran en trois dimensions met en scène le temps qui passe avec poésie, grâce à l’ouverture et à la fermeture de 12 corolles. La lecture de l’heure devient alors un spectacle, à mesure que les fleurs s’épanouissent et se referment de manière aléatoire, renouvelant toutes les 60 minutes le paysage du cadran.

Le Temps Poétique

Détail d’une fleur sur le cadran de la montre Lady Arpels Heures Florales Cerisier © Van Cleef & Arpels

« Le projet Heures Florales est né d’une rencontre étonnante entre un très grand botaniste et un horloger un peu original. Le premier, Carl von Linné – notamment connu pour sa classification des espèces animales et végétales – a eu une envie très poétique : imaginer un jardin qui serait une horloge. Le second, Van Cleef & Arpels, est cet horloger original qui s’est intéressé à ce merveilleux concept de l’horloge de Linné, à la frontière de la science et de l’art. » Nicolas Bos, Président de Van Cleef & Arpels.

L’excellence des savoir-faire horlogers

Pour donner vie au cadran, jusqu’à 166 éléments s’animent grâce à un module entièrement développé par les artisans des Ateliers Horlogers de la Maison à Genève. Chaque pétale de ce jardin est articulé et relié au mécanisme de la montre, nécessitant un travail d’assemblage minutieux. Au défi technique représenté par l’association d’autant d’éléments s’est ajouté celui de rendre possible une ouverture des fleurs triplement aléatoire. À chaque changement d’heure, les fleurs ouvertes se ferment pour faire place à une nouvelle combinaison. Le lendemain, la séquence des bouquets se succédant au fil des heures sera différente. Ainsi, l’œil s’amuse de nouvelles surprises, cherchant la mesure du temps de boutons en corolles. La lecture de l’heure est complétée par un affichage des minutes, visible au sein d’un guichet sur la tranche du boîtier.

Le Temps Poétique

Assemblage de la masse oscillante de la montre © Van Cleef & Arpels - Johann Sauty

La poésie des métiers d’art

Les montres Lady Arpels Heures Florales et Lady Arpels Heures Florales Cerisier mettent en scène un véritable jardin joaillier au cœur d’un boîtier de 38 mm, respectivement en or blanc et en or rose. La première montre évoque l’été dans un camaïeu de bleu et de vert d’une grande douceur, les feuilles et les fleurs contrastant délicatement avec le fond en nacre blanche. Le second garde-temps décline le même dessin dans un tableau printanier. De légers papillons bleus – emblématiques de Van Cleef & Arpels – s’invitent parmi les corolles roses et rouges, accentuant les jeux de relief du cadran.

Le Temps Poétique

Application de la peinture miniature sur les pétales des fleurs du cadran © Van Cleef & Arpels - Johann Sauty

En tout sur chaque montre, pas moins de 226 éléments sont magnifiés par les métiers d’art réunis au sein des Ateliers Horlogers de Genève. Pétales et papillons en peinture miniature, branches en or sculpté et nuages en nacre sculptée sont rehaussés d’un travail de serti d’une grande finesse, faisant se côtoyer diamants blancs et jaunes. L’or au dos du boîtier est gravé en écho au cadran, tandis que la masse oscillante du mouvement, en or guilloché et peinture miniature, est visible sous une glace saphir, elle aussi gravée et émaillée d’une créature ailée, tour à tour libellule ou papillon. Le temps s’écoule ainsi au rythme de la nature dans le jardin de Van Cleef & Arpels. 

Lady Arpels Ballerine Enchantée

Née en 2013 et récompensée la même année du prix Complication Dame au Grand Prix de l’Horlogerie de Genève, la montre Lady Arpels Ballerine Enchantée est devenue une création horlogère emblématique de la Maison, reflétant l’une de ses sources d’inspiration majeure : la danse. Cette année, Van Cleef & Arpels la réinvente à travers deux nouvelles pièces empreintes de grâce et de modernité, l’une en or blanc, l’autre en or rose. La silhouette gracieuse de la danseuse a été revisitée, adoptant une posture élancée et dynamique, tandis que les voiles de son tutu se déploient dans de nouvelles matières et couleurs. Lorsque la figure féminine s’anime, comme dans un songe, différents savoir-faire se conjuguent pour insuffler à la scène fluidité du mouvement, légèreté et raffinement.

Le Temps Poétique

Lady Arpels Ballerine Enchantée © Van Cleef & Aprels - Clément Rousset

La grâce des ballerines Van Cleef & Arpels

Figurant une danseuse mi-femme mi-papillon, ces créations s’inscrivent dans la tradition des ballerines et fées chères à la Maison. Dès les années 1940, Van Cleef & Arpels se distingue par ces clips à la fois ludiques et gracieux, qui attirent immédiatement l’attention des collectionneurs. Sous l’impulsion de Louis Arpels, passionné de ballets, la Maison donne vie à une multitude de ballerines, inspirées par des personnalités mythiques telles que la Camargo, danseuse du XVIIIe siècle, ou la célèbre étoile russe Anna Pavlova. Les silhouettes élancées, capturées dans une infinité de poses, se parent de costumes et de coiffes en pierres précieuses, tandis qu’un diamant représente leur visage.

Le pas de deux entre Van Cleef & Arpels et la danse se poursuit grâce à une rencontre qui va marquer l’histoire de la Maison. À New York, Claude Arpels fait la connaissance du célèbre chorégraphe George Balanchine et l’invite à la boutique de la 5e Avenue. De leur passion commune pour les pierres naît bientôt une complicité artistique qui donne lieu au ballet de Balanchine Joyaux. Inspiré par les émeraudes, les rubis et les diamants, ce triptyque est représenté pour la première fois à New York en avril 1967.

Le Temps Poétique

Montre de poche Magicien chinois, 1927 - Clip Fée, 2004 Collection Van Cleef & Arpels © Van Cleef & Arpels

Le monde de la danse continue d’influencer la Maison. En 2013, la montre Lady Arpels Ballerine Enchantée est inspirée par une citation d’Anna Pavlova : « J’ai rêvé que j’étais une ballerine, et que je passais toute ma vie à danser avec la légèreté d’un papillon… ». Elle fait également écho au patrimoine de Van Cleef & Arpels, et plus particulièrement au mécanisme double rétrograde de la montre de poche Magicien chinois de 1927. À la demande, le personnage désigne les heures et les minutes en levant les bras. Aujourd’hui, l’affichage rétrograde, qui insuffle une dimension poétique à la lecture de l’heure, est devenu caractéristique de la collection Complications Poétiques.

Légèreté et profondeur

Sur les nouveaux modèles, le corps de la ballerine est sculpté en relief dans l’or, tandis que des diamants esquissent sa coiffe, son visage, son buste et sa taille. Elle étend les bras avec grâce, au-dessus des voiles de son tutu qui se superposent en transparence. Une première corolle fixe – en émail champlevé, saphirs et diamants pour la montre Lady Arpels Ballerine Enchantée, et en émail plique-à-jour pour la montre Lady Arpels Ballerine Enchantée Or Rose – habille la danseuse. Un second jeu de voiles parés d’émail plique-à-jour forme deux ailes translucides qui s’élèvent avec délicatesse pour indiquer l’heure. Cette saynète se détache sur un fond guilloché à motif rayonnant qui renforce l’impression de mouvement. Plusieurs couches d’émail translucide violet ou rose sont ensuite appliquées afin d’apporter profondeur et éclat à l’ensemble.

Un mouvement heure à la demande, double rétrograde

La Maison met une nouvelle fois l’accent sur sa vision poétique du temps grâce à un mouvement heure à la demande, double rétrograde. Sur les montres à affichage rétrograde, les aiguilles décrivent un arc de cercle avant de revenir à leur position initiale, prêtes à entamer une nouvelle course. Ici, lorsque l’utilisateur actionne le bouton poussoir situé à 8h, le tutu de la ballerine s’anime. Le jupon indiquant les heures s’élève en premier, suivi par l’autre jupon qui vient se positionner sur l’échelle des minutes. Afin de permettre la lecture, ils restent en place quelques secondes, puis regagnent simultanément leur point de départ. L’une des prouesses de cette complication réside dans la fluidité du mouvement, la ballerine semblant bouger ses ailes avec grâce et lenteur.

Le Temps Poétique

Vue du cadran de la montre Lady Arpels Ballerine Enchantée © Van Cleef & Arpels - Clément Rousset

Cadrans Extraordinaires

Deux nouveaux modèles en édition limitée, conçus comme des œuvres d’art miniatures, viennent s’ajouter à la collection Cadrans Extraordinaires, mêlant plusieurs savoir-faire en un même tableau. Cette année, l’art des graveurs, des lapidaires, des sertisseurs et des émailleurs raconte la poésie de l’amour à travers la représentation de couples d’animaux. Au sein d’une boîte de 33 mm, ces scènes en relief prennent vie à travers de saisissants jeux de perspective, recréant la profondeur de paysages lointains. Dans la tradition des couples d’animaux chère à la Maison, de tendres duos semblent suspendre le temps d’un regard complice.

Lady Couples d’Animaux

Inspiré depuis ses origines par la nature, Van Cleef & Arpels rend un hommage particulier à la faune, captée dans toute sa richesse et sa diversité, à travers les nouvelles montres Lady Couples d’Animaux. Issus de la forêt verdoyante ou de la savane profonde, ils expriment la vitalité et l’enchantement du monde naturel dans une palette de matières éclatantes. Grâce à ce thème universel, la Maison exprime les valeurs d’amour et d’affection qui lui sont propres tout en renouant avec son registre animalier – notamment illustré en 2011 par les montres African et Polar Landscape en 2011 et en 2016 par la collection de clips L’Arche de Noé racontée par Van Cleef & Arpels. Une vision renouvelée du bestiaire Van Cleef & Arpels, entre créativité, savoir-faire et poésie.

Montre Lady Couple de Lions

Sur le cadran de la montre Lady Couple de Lions, les métiers d’art se conjuguent pour créer un paysage tout en profondeur. Un couple de lions, à l’avant-scène, est minutieusement sculpté en haut relief dans l’or blanc et l’or jaune, avec une attention particulière au volume des silhouettes et au poli du pelage. À ses pieds, un parterre de diamants et de saphirs roses contraste avec un second plan en marqueterie de turquoise et d’onyx, traversé de diamants ronds suggérant le miroitement d’une étendue d’eau sous le soleil. Ce dernier, figuré dans l’or rose guilloché et poli miroir, se dévoile derrière des nuages de nacre blanche aux discrètes irisations. Au dos de la boîte, le décor gravé dans l’or poursuit l’histoire d’amour racontée par le cadran.

Le Temps Poétique

Vue du cadran de la montre Lady Couple de Lions © Van Cleef & Arpels

Montre Lady Couple de Lapins 

La nouvelle création Lady Couple de Lapins met à l’honneur certains métiers d’art emblématiques de Van Cleef & Arpels. La sculpture sur nacre donne ici vie à un couple de lapins, échangeant de tendres regards. Autour d’eux, un jardin d’émeraudes, de grenats tsavorites et de saphirs roses accueille de la végétation en émail plique-à-jour. Le soleil en or rose guilloché et poli miroir déploie d’intenses reflets, tandis qu’un nuage en lapis-lazuli renforce la profondeur du tableau. Au dos de la montre, un décor gravé reprend les lignes graphiques du cadran, prolongeant ainsi ce spectacle émouvant. 

Le Temps Poétique

Lady Couple de Lapins © Van Cleef & Arpels

 

Vous aimerez aussi

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

La marque

L’excellence joaillère et horlogère distingue chacune des créations de Van Cleef & Arpels. Elles s’inspirent tour à tour de la nature, la couture ou l’imaginaire et ouvrent les portes d’un univers intemporel de beauté et d’harmonie.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >