X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Louis Moinet

Rechercher dans :
The Millennium Watch Book
Rolex - De la profondeur...à l'extrême !

Rolex De la profondeur...à l'extrême !

Dans la Rolex Deepsea, il y a certainement bien plus de profondeur que la « valeur nominale » inscrite sur le cadran

La profondeur indiquée sur le cadran de la Rolex Deepsea 116660 est claire : 12800ft = 3900m, une étanchéité impressionnante, plus d’une douzaine de fois supérieure à la profondeur maximale de 300 mètres (1000ft) actuellement garantie pour la Rolex Submariner. En outre, le volumineux boîtier de la Deepsea, conçu pour être extrêmement robuste, est plus massif que celui de la Submariner. Les aficionados estimeront peut-être que ces comparaisons, basées sur les signaux visuels des Submariner et Deepsea, sont dénuées de profondeur (jeu de mots), les différences étant tout simplement évidentes. L’histoire permet de mieux comprendre les principales différences entre la Deepsea, actuellement intégrée à la collection Sea-Dweller, et la Submariner. L’appellation Deepsea est réservée aux montres de plongée Sea-Dweller étanches à 3900m (12800ft), alors que la simple désignation Sea-Dweller correspond à une étanchéité à 1220m (4000ft), ou moins pour les modèles antérieurs. La « valeur nominale » de ces profondeurs est en réalité prudente ou sous-estimée, simplement parce qu’il convient de retirer 25% de marge de sécurité pour les véritables montres de plongée. 

La Rolex Submariner, lancée en 1953, a été conçue pour les plongeurs autonomes alors que la Sea-Dweller, dévoilée en 1967, a été développée selon les besoins des plongeurs à saturation. Quand la plongée à saturation s’est généralisée, à partir des années 1960, la Rolex Sea-Dweller est devenue la solution pour les plongeurs qui rencontraient des problèmes avec leurs montres chargées d’hélium. Si l’hélium accumulé dans le boîtier ne peut pas s’échapper durant la décompression du plongeur, la pression trop élevée peut faire sauter brusquement le verre. 

La solution Rolex fut une valve à ressort à sens unique qui permettait d’évacuer l’hélium lorsque la pression à l’intérieur de la montre était supérieure à celle du milieu ambiant, et donc de rétablir l’équilibre. Brevetée par Rolex, elle a été inaugurée en 1967 dans la Sea-Dweller 1665 — la première montre de plongée dotée d’une valve à hélium au monde.

Sur les cadrans des premières versions, l’appellation Sea-Dweller était inscrite en plus gros caractères au-dessus de la dénomination Submariner. On sait que, vers le début des années 1970, des quantités limitées de Rolex Submariner 5513 et 5514 modifiées, équipées de valves à hélium, ont été fournies à des plongeurs à saturation de la Comex (Compagnie Maritime d’Expertises). Cela indique que, du point de vue technique, la Sea-Dweller est une évolution de la Submariner. Par rapport aux Submariner, les Sea-Dweller disposent systématiquement d’une valve à hélium, en complément de leur étanchéité plus élevée.

De la profondeur...à l'extrême !

Deepsea 116660 D-Blue James Cameron © Rolex

Trois Tonnes de Pression

La Rolex Deepsea 116660 lancée en 2008 a été baptisée ainsi pour rendre hommage à la Deep Sea Special, en particulier au troisième prototype expérimental Deep Sea Special qui a établi un record mondial de plongée en 1960, dans l’océan Pacifique occidental. Attachée au submersible habité Trieste, cette montre a résisté à la descente à 10916 mètres (35814 pieds) dans la fosse des Mariannes.

À l’image de son homonyme de 1960, la Deepsea 116660 peut atteindre de grandes profondeurs : elle résiste à 3900 mètres ou à une force d’environ trois tonnes. À 12 heures sur le pourtour, l’inscription «Original Gas Escape Valve » indique l’intégration d’une valve à hélium, alors qu’à 6 heures, c’est la mention «Ring Lock System» qui est fièrement mise en avant. Le Ringlock est le système de blindage du boîtier, composé de trois parties, breveté par Rolex. Il comprend un anneau de compression en acier allié à de l’azote, placé à l’intérieur du boîtier autour du mouvement, qui sert de base au verre et au fond. Le fond en titane grade 5 est fixé à l’anneau de compression par une bague vissée en acier 904L. La flexibilité du titane renforce l’étanchéité du boîtier car, à mesure que la profondeur augmente, elle permet aux composants de s’emboîter de plus en plus étroitement, sous la pression croissante de l’eau Le cadran de la Deepsea est protégé par un verre saphir bombé de 5mm d’épaisseur, composé d’oxyde d’aluminium. L’étanchéité de la couronne vissée Triplock est assurée par trois joints, une caractéristique que Rolex compare à une écoutille de sous-marin. Doté d’un système de double extension, le bracelet Oyster de la Deepsea 116660 se déploie pour s’adapter à une combinaison de plongée d’une épaisseur maximale de 7mm. 

Il ne fait aucun doute que la Deepsea 116660 est digne de son nom: elle a même servi de référence pour la création de la Deepsea Challenge, la montre expérimentale la plus récente. En mars 2012, trois montres Deepsea Challenge fixées à un bras robotique sur la coque du submersible Deepsea Challenger, piloté par le cinéaste canadien James Cameron, sont descendues à la profondeur de 10908 mètres (35787 pieds) dans la fosse des Mariannes. Ce fut la deuxième plongée ainsi habitée, 52 ans après la première effectuée avec le Trieste en 1960. Points importants, la Deepsea Challenge reprend certaines caractéristiques de la Deepsea 116660, comme le système Ringlock, les matériaux et le calibre automatique 3135. La Deepsea Challenge est en outre équipée du bracelet Oyster avec systèmes d’extension Rolex Glidelock et Fliplock. En bref, la Deepsea Challenge est une version améliorée de la Deepsea 116660.

Avec à-propos, une Deepsea 116660 à cadran noir a accompagné toute la plongée, au poignet de James Cameron. En 2014, Rolex a sorti une version spéciale de la Deepsea 116660, avec cadran D-blue pour commémorer la plongée profonde en solitaire de James Cameron. Son point fort est le D-blue, un dégradé qui va du bleu profond au noir pour symboliser la descente du Deepsea Challenger de la surface bleue aux profondeurs intensément sombres. Le label Deepsea au-dessus de l’inscription Sea-Dweller prend la couleur verte du submersible de James Cameron. Sans surprise, la Deepsea 116660 à cadran D-blue est surnommée Deepsea James Cameron.

Les critiques n’ont pas tort d’affirmer qu’il s’agit d’un simple changement de cadran, car les autres caractéristiques de la Deepsea James Cameron de 2014 sont les mêmes que celles de la Deepsea 116660 de 2008. Cependant, par rapport à son aînée, la version D-blue fait une référence symbolique et historique importante au rôle de la Deepsea dans le développement des montres de plongée. Le cadran est l’insigne d’une distinction honorifique, sa couleur séduisante un bonus esthétique. La Deepsea James Cameron représente la quintessence de la montre de plongée, avec un pedigree soutenu par l’ingéniosité technique et l’innovation qui ne cessent d’alimenter la passion des fans purs et durs de Rolex.

Cette année, GMT Magazine et de WorldTempus se sont lancés dans le projet ambitieux de résumer la montre de plongée depuis l'an 2000 dans The Millennium Watch Book - Diver, un grand et beau livre magnifiquement illustré. Cet article en est un extrait. The Millennium Watch Book - Diver est disponible sur en français et en anglais ici :

 

Commander maintenant

 

Lecture 1 commentaire(s)

9 Novembre 2022
Laurent DECOURT
J'apprécie beaucoup votre détail de la Deepsea, qui permet d'apprendre plus sur cette montre, merci.

Vous aimerez aussi

La marque

Incontournable hier, aujourd’hui, demain : Rolex représente mieux qu’aucune autre la pérennité de l’horlogerie suisse, de son progrès constant, sans jamais rien renier de sa technicité ni de son élégance. Plus qu’une marque, un mythe.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Toutes les montres >