X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Jaquet Droz

Rechercher dans :
Reuge - Vibrato, ma non troppo: automates musicaux et plumes anti-vibrations

Reuge Vibrato, ma non troppo: automates musicaux et plumes anti-vibrations

Que seraient les automates musicaux sans le monde des oiseaux ? Car, si leurs plumes les égaient de leurs couleurs, elles contribuent aussi à la limpidité de la mélodie

La manufacture Reuge nous invitait il y a peu dans les coulisses feutrées et colorées du savoir-faire du « plumassier » – soit la pose de plumes sur les oiseaux-chanteurs, aussi parés que des colibris. Mais, en matière d’automates musicaux, les atours de volatiles se glissent aussi dans des endroits plus inattendus. Car les plumes font aussi office de dispositifs anti-vibrations, permettant de contrôler la précision et la durée du son. Leur pose fait partie de ces métiers devenus rares, maintenus vivants au sein de la manufacture Reuge où les artisans se les transmettent.

Des poules aux superpouvoirs

Saviez-vous qu’autrefois les plumes anti-vibrations provenaient directement… des basses-cours ! En effet, le cartilage des minuscules plumes du dos des poules possède l’étonnante propriété de réduire les vibrations des lames des automates musicaux et d’en améliorer ainsi l’acoustique. Aujourd’hui, des petites lamelles en kevlar, d’une épaisseur de 0,8 mm, remplacent ces ancêtres organiques.

Vibrato, ma non troppo: automates musicaux et plumes anti-vibrations

La pose de plumes anti-vibrations © Reuge

Collées directement sous les lames du clavier (également appelé cylindre) de l’automate musical, les plumes anti-vibrations fonctionnent comme un « étouffoir de résonance », capable d’absorber les échos et les bruits métalliques. En limitant la vibration de chaque lame, l’on obtient un son et une mélodie plus agréables. La qualité dépend de la grande finesse des plumes – de 0,05 mm à peine et également conçues pour résister le plus longtemps possible. À terme, l’usure est toutefois inévitable et la manufacture se charge de les remplacer.

Un doigté aussi subtil qu’une plume

Chez Reuge, c’est une poseuse de plume qui, telle une dompteuse de vibrations, manie les brucelles à la perfection lors de cette opération délicate. L’extrémité des plumes, par groupes de quatre, est trempée dans de la colle rapide, puis appliquée sous les 43 lames de l’automate musical – jusqu’à 144 lames pour les claviers les plus longs. « Chaque cylindre est différent. Aligner parfaitement les plumes représente un défi ! » précise-t-elle. Les lames, d’une épaisseur de 0,5mm pour les plus fines, sont en effet espacées d’à peine un tiers de millimètre. Ce qui requiert tout autant de précision lors de la pose des plumes. Ensuite, celles-ci, jusqu’alors assez longues et ressemblant à un petit peigne, sont raccourcies à une longueur de 4mm grâce à une étampe.

Vibrato, ma non troppo: automates musicaux et plumes anti-vibrations

La pose de plumes anti-vibrations © Reuge

Dans les boîtes à musiques de type « cartel » – dont le barillet est parallèle au cylindre, alors qu’il est perpendiculaire au cylindre dans les boîtes à musique de type « tabatière » – il s’agit de coller deux couches de plumes, principalement sur les lames les plus graves, plus lourdes et plus difficiles à « amortir ». Un savoir-faire rare, pour un résultat tout en beauté musicale. 

 

Vous aimerez aussi