X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Van Cleef & Arpels

Rechercher dans :
Omega - Le bronze est le nouvel or

Omega Le bronze est le nouvel or

Trois nouveaux modèles Seamaster 300 écrivent un nouveau chapitre de l'histoire de la collection légendaire

Certaines années revêtent une grande importance pour tout aficionado de l'Omega Seamaster. La première est, bien sûr, 1948 - l'année du lancement de la Seamaster. À l'époque, Omega entretenait déjà des relations avec le ministère britannique de la Défense, dont elle était le plus grand fournisseur de garde-temps standards. Rien que pendant la Seconde Guerre mondiale, Omega a fourni près de la moitié des montres remises aux militaires de l'armée et de la marine britanniques, soit un total d'environ 110'000 pièces. La réputation de l'entreprise en matière de production de grands volumes de montres robustes et performantes était déjà bien établie, notamment grâce à la fameuse "WWW" (Waterproof Wrist Watch) réf. CK2444, lorsqu'elle a lancé la Seamaster. La Seamaster originale de 1948 était une montre d'une élégance relativement classique, un look qui démentait sa capacité à résister à la pression de l'eau. Sa profondeur nominale précise, bien qu'elle n'ait pas été annoncée à l'origine, a été évaluée plus tard par des tests officiels, d'abord à 60 m, puis à 100 m et plus.

Seamaster 300

Seamaster 300 © Omega

1957 est une année significative non seulement pour les amateurs de la Seamaster, mais aussi pour tous les amoureux d'Omega. Cette année-là, la "trilogie professionnelle" des montres Omega - la Speedmaster, la Railmaster et la Seamaster 300 - a été présentée. À l'époque, il n'était pas anormal que les références des montres présentent quelques variations esthétiques, et le premier modèle Seamaster 300 (réf. CK2913) est connu pour exister en quelques variantes. La version qui s'est avérée la plus attrayante, définissant ainsi l'iconographie standard de la Seamaster 300, est celle dotée d'une aiguille des heures dauphine, d'une aiguille des minutes flèche et d'une aiguille des secondes "sucette".  

D'autres caractéristiques, telles que le cadran noir, les indices fléchettes avec chiffres arabes aux quarts, la lunette de plongée mince avec marqueur de compte à rebours lumineux, le symbole Naïade intégré au logo Omega sur la couronne et la gravure Hippocampe sur le fond du boîtier, sont également devenues partie intégrante du design de l'Omega Seamaster.

Une chose importante à noter à ce stade est l'utilisation du terme "Broad Arrow" dans un contexte horloger. À proprement parler, ce terme fait spécifiquement référence au glyphe utilisé par le ministère britannique de la Défense pour marquer les équipements militaires. Dans les montres, il est surtout visible sur le cadran ou le fond du boîtier. Vous verrez souvent le style d'aiguilles en forme de flèche de la Seamaster 300 décrit comme "Broad Arrow". Bien que ce terme ne soit pas parfaitement exact, il est désormais considéré comme un usage acceptable dans certains cercles (selon le degré de pédantisme de vos amis collectionneurs).

 

Seamaster 300

Seamaster 300 Bronze Gold © Omega

En 1957, bien que le chiffre 300 soit imprimé en évidence sur le cadran de la Seamaster 300, la montre n'était pas officiellement étanche à 300 mètres. La légende Omega raconte que la Seamaster 300 a été conçue pour avoir une étanchéité officielle de 300 m, mais que l'équipement de laboratoire utilisé pour les tests ne pouvait mesurer que 200 m d'étanchéité. (Il existe un écho moderne de cette histoire dans le record établi par l'Omega Seamaster Aqua Terra 150m >15'000 Gauss au début de l'année 2013 - la partie ">15 000" du nom de la montre, assez peu maniable, était imposée par le fait que la montre était vraisemblablement résistante à des niveaux de magnétisme encore plus élevés, mais 15'000 Gauss était la limite de l'équipement de test).

Seamaster 300

Seamaster 300 Bronze Gold © Omega

Les nouveaux modèles Speedmaster 300 de cette année ajoutent deux chapitres totalement nouveaux à l'histoire globale de la Seamaster. Le premier est l'utilisation d'un cadran sandwich, une construction de cadran spécifique qui combine une base lumineuse avec une couche supérieure opaque du cadran comportant des sections découpées afin que la matière lumineuse en dessous puisse apparaître. Deuxièmement, un modèle est proposé dans un nouvel alliage exclusif d'Omega, l'or bronze. Cet alliage s'inspire principalement des références de la Grèce antique à un alliage appelé bronze corinthien qui combinait le bronze et l'or (ou l'argent), et son utilisation dans la collection Seamaster fait allusion à l'association historique entre le monde nautique et le bronze.

Seamaster 300

Seamaster 300 © Omega

Sur les nouveaux modèles en acier inoxydable, la trotteuse en forme de sucette a également été remise au goût du jour, une initiative qui sera sans aucun doute accueillie avec joie par les fans des premières Omega Seamaster. Animés par le calibre Omega Co-Axial Master Chronometer 8912, les nouveaux modèles Seamaster 300 bénéficient d'une garantie complète de 5 ans.

 

 

Vous aimerez aussi

La marque

OMEGA, société appartenant au Swatch Group, est à l’origine de révolutions majeures dans la technologie horlogère et le chronométrage de nombreux Jeux olympiques. Ses montres sont portées par des célébrités internationales et ont voyagé sur la lune, les profondeurs de l’océan et partout ailleurs entre les deux.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >