X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Louis Moinet

Rechercher dans :
The Millennium Watch Book
Montres de plongée  - Le Top 5 des curiosités englouties

Montres de plongée Le Top 5 des curiosités englouties

Les grands fonds mémoriels de la montre de plongée recèlent de trésors engloutis. La plupart a été explorée par le Millenium Watch Book, Tome III, l’incontournable livre-événement de cette fin d’année. En voici quelques perles

1. La valve à hélium est, dans l’imaginaire collectif, le summum de la technicité de la montre de plongée. Pourtant, quelques spécialistes s’élèvent contre cette pseudo vérité. Elle ne concerne techniquement que la plongée à saturation, une pratique professionnelle à haut risque qui ne concerne que quelques rarissimes plongeurs expérimentés qui se comptent, à peu de chose près, sur les doigts d’une main. La complication en tant que telle n’est donc pas indispensable, voire inutile. 

2. Pourquoi l’écrasante majorité des montres est-elle réalisée en acier ? Déjà, parce que c’est le métal dont l’industrie horlogère maîtrise au mieux l’usinage et les réactions physiques. De surcroît, un composant en acier peut offrir un état de surface parfait et donc limiter les risques d’intrusion d’eau. Enfin, même s’ils sont, en surface, plus résistanst que l’acier, beaucoup de matériaux comme le titane, le carbone, ou le saphir, affichent des comportements problématiques lorsqu’ils sont soumis à de très fortes pressions sous-marine. L’acier est donc peut-être un matériau de l’ancien temps pour les montres de plongée, mais il n’a pas encore trouvé son remplaçant !

3. Le saviez-vous ? Le terme « spirotechnique » n’est pas celui d’un modèle, mais la licence d’un fabricant de détendeurs ! C’est la raison pour laquelle plusieurs marques l’ont exploité depuis 40 ans, en parallèle et même en concurrence. Auricoste en fait partie. La marque a été relancée par Claude Tordjmann en 2011, alors qu’il avait 78 ans. L’homme approche aujourd’hui des 90 ans et tient toujours la barre ! 

4. En 2011, l’extravagante X-Fathoms de Blancplain a été dévoilée en conditions réelles, en immersion. Jusque-là, rien d’anormal pour une montre de plongée. Sauf que le plongeur qui la portait au poignet n’était autre que Marc Hayek, président de la maison et lui-même féru de plongée ! Autre curiosité qui marqua alors les esprits : la pièce a été testée à son poignet...dans le bassin rempli de requins de l’aquarium du Dubaï Mall !

X Fathoms : L'hyper-plongeuse hyper-fonctionnelle

Fifty Fathoms X Fathoms © Blancpain

5. Il n’existe pas de marque qui soit aujourd’hui présidée par un plongeur professionnel. Sauf une : Ralf Tech. La société a été créée en 1996 par Frank Huyghe. L’homme est scaphandrier. La plongée professionnelle, il l’a pratiquée pendant des années, il en possède les qualifications, les diplômes et l’expérience. Aujourd’hui, ses modèles phares ont pour particularité d’avoir été testés à leur réelle profondeur d’étanchéité, en véritable immersion sous-marine, et non en cuve de laboratoire simulant la pression. Une exigence devenue rare, que partage notamment Rolex. 

WRX: L'archétype de la plongeuse pro

WRX © Ralf Tech

Cette année, GMT Magazine et de WorldTempus se sont lancés dans le projet ambitieux de résumer la montre de plongée depuis l'an 2000 dans The Millennium Watch Book - Diver, un grand et beau livre magnifiquement illustré. Cet article en est un extrait. The Millennium Watch Book - Diver est disponible sur en français et en anglais ici :

Commander maintenant

Les marques

En tant que plus ancienne marque horlogère au monde, Blancpain est l’archétype de la Manufacture à l’héritage horloger pluri-séculaire qui a su préserver sa tradition, tout en y insufflant un...

En savoir plus >

En 1996, le plongeur professionnel Frank Huyghe crée la marque RALF TECH : combinaisons, gilets stabilisateurs, détendeurs, masques, parmi d’autres. A partir de 2003, il conçoit grâce à son...

En savoir plus >