X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Cyrus

Rechercher dans :
Mathey-Tissot - Exclusif : Edmond a retrouvé sa Météorite !

Mathey-Tissot Exclusif : Edmond a retrouvé sa Météorite !

On peut avoir 136 ans et s’offrir encore de belles premières

Elle aura voyagé 628 millions de kilomètres, et patiemment attendu 800'000 ans avant de se poser sur Terre. Et encore 136 années supplémentaires avant de finir sa glorieuse course sur le cadran d’une Mathey-Tissot. 

Si les chiffres donnent le tournis, c’est pour mieux rendre compte du caractère exceptionnel de cette triple rencontre : celle d’une météorite, d’un illustre horloger et de la montre éponyme qui lui rend aujourd’hui hommage. Cette pièce, sobrement nommée « Edmond Meteorite » est une édition limitée de grand prestige que vient tout juste de dévoiler la maison des Ponts de Martel, au cœur du Jura Suisse et du berceau de son horlogerie. 

Éditée à seulement 199 pièces, en acier ou plaqué or rose, cette « Edmond Meteorite » est une pépite. Déjà, parce que c’est la première pièce avec cadran météorite jamais réalisée par la maison. À ce seul titre, elle marquera son histoire séculaire. Ensuite, parce que la météorite en question n’est pas anodine. Elle a été découverte au Nord de la Suède en 1906, il y a donc plus d’un siècle. Son nom : Muonionalusta, trouvée à 10 km du village et de la rivière de Muonio, bourg de 2300 habitants à la frontière de la Suède et de la Finlande. 

Exclusif : Edmond a retrouvé sa Météorite !

Edmond Meteorite © Mathey-Tissot

Un (très) long voyage

Son arrivée sur Terre, probablement entre 800'000 et un million d’années avant notre ère, n’a certainement pas été de tout repos, puisque l’on en a retrouvé une quarantaine de fragments, jusqu’à 140 km au Nord du Cercle Arctique. Sa vie ne l’a pas moins été puisque, pour parvenir jusqu’à Mathey-Tissot, la météorite Muonionalusta aura traversé pas moins de quatre âges de glace ! Plus ancienne météorite de l’ère quaternaire, la Muonionalusta est devenue une météorite fétiche des musées et centres académiques, dont on retrouve des fragments entre Washington et Berlin, Moscou et Istanbul, Vienne et New York. Une star interstellaire dont la course se conclut aujourd’hui en beauté au sein d’une création originale Mathey-Tissot. 

Exclusif : Edmond a retrouvé sa Météorite !

Edmond Meteorite © Mathey-Tissot

Un concept mûrement réfléchi

Si l’idée avait germé en l’esprit de la marque il y a bientôt cinq ans, il fallait attendre une météorite d’exception pour la concrétiser. Redonner vie à une roche de près d’un million d’années au sein d’une création artisanale destinée à mesurer le temps est un projet hautement symbolique, pour ne pas dire philosophique. 

Fusion des éléments primordiaux, permanence à travers le temps, mais aussi rapprochement des matériaux : la météorite Muonionalusta est elle-même composée à 91,5% d’acier, complétés de 8,5% de nickel. Par souci de cohérence comme d’authenticité, Mathey-Tissot a donc choisi d’éditer une première série limitée elle aussi en acier, créant une parfaite harmonie entre cadran et boîtier. Mais pour célébrer le caractère historique et exceptionnel de cette union à travers les âges, une seconde version limitée en or rose plaqué voit également le jour. 

Exclusif : Edmond a retrouvé sa Météorite !

Edmond Meteorite © Mathey-Tissot

Nuances de gris...et d’or

Le modèle choisi pour donner vie à cette création originale ne pouvait être qu’une « Edmond » automatique, collection emblématique de Mathey-Tissot empruntant son nom au fondateur de la maison, Edmond Mathey-Tissot, qui la créa en 1886. Ce choix symbolise la permanence, la continuité, la traversée du temps, aussi bien pour la météorite que pour la marque. L’un comme l’autre, à leur échelle respective, ont bravé des siècles et des vents contraires pour parvenir jusqu’à nous. 

Sobre et élégant, d’un diamètre de 42 mm, le premier modèle acier valorise le caractère gris anthracite de la météorite, avec boîte acier, rehaut gris et bracelet italien en cuir du même ton. En clin d’œil à la géométrie et aux reflets uniques de l’acier extra-terrestre sis au cœur du cadran, Mathey-Tissot a développé un compteur de date guilloché à 6h : rencontre des lignes sculptées par l’espace d’un côté, par la main de l’homme de l’autre. 

Exclusif : Edmond a retrouvé sa Météorite !

Edmond Meteorite © Mathey-Tissot

Le second modèle privilégie les tons or rose pour, au contraire, favoriser le contraste entre le centre de cadran en météorite et l’habillage horloger : trois aiguilles, index et patronyme Mathey-Tissot brillent d’un éclat vif et chaleureux qui illumine le gris profond et mystérieux d’une météorite qui a traversé l’espace et le temps pour venir aujourd’hui en mesurer le passage. 

 

Vous aimerez aussi

La marque

C’est une maison légendaire qui a œuvré non seulement en son propre nom, mais également pour celui des plus prestigieuses marques de l’industrie horlogère du siècle passé. Reculée en ses terres du Ponts-de-Martel, Mathey-Tissot s’est développée dès les années 1920 dans la fabrication de calibres simples mais également de belles et rares complications, souvent brevetées, avec notamment de remarquables calibres à chronographe et à répétition des...

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >