X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Bell & Ross

Rechercher dans :
The Millennium Watch Book
Jaeger-LeCoultre - Orbites Bleues

Jaeger-LeCoultre Orbites Bleues

Master Grande Tradition GyroTourbillon 3 Jubilee*

En plaçant un spiral sphérique dans un tourbillon sphérique, Jaeger-LeCoultre a bouclé une boucle. Cette mise en abyme de sa forme fétiche a donné naissance à une pièce dont le tourbillon était plus que jamais le point d’orgue.

Comme toutes les éditions de la famille Gyrotourbillon, celui-ci n’a pas été désigné par son nom complet, et à rallonge, mais par son matricule. Le Gyrotourbillon 3 a été l’objet d’un engouement incroyable au moment de sa sortie. Présenté en personne par Jérôme Lambert, CEO du groupe Richemont depuis 2018 et à l’époque directeur de la marque, il a suscité une quasi bousculade quand une horde de journalistes s’est ruée sur l’estrade pour admirer le seul exemplaire alors visible, au poignet du dirigeant. Pour anecdotique, cette histoire décrit bien l’attente et l’admiration que suscite la saga de Jaeger-LeCoultre, consistant à associer un tourbillon bi-axial à cage sphérique à une autre complication noble. Pour sa troisième édition, elle a pris la forme d’un chronographe à affichage digital, intégré dans un ensemble sculptural et aux finitions nouvelles. On a ajouté deux ingrédients presque magiques à ce cocktail déjà bien défini: un spiral sphérique, bleui qui plus est, et une cage volante.

Orbites Bleues

La base 

Le tourbillon même est très proche du premier, qui a été lancé en 2004. Il est composé d’une première cage de forme sphérique, ajourée pour des questions de poids, qui tourne une fois par minute. Il en contient une seconde, également ajourée, qui tourne toutes les 24 secondes. Et à l’intérieur de cette poupée russe se niche l’ensemble balancier/spiral/échappement. À cela, Jaeger-LeCoultre a ajouté deux raffinements. Le premier est destiné à alléger la cage, d’un poids conséquent par sa nature double et par son design très enveloppant. La marque a délaissé l’acier traditionnel, et même le titane, au profit de l’aluminium. Chacune des deux cages a été usinée dans un bloc de ce métal, ce qui explique à la fois la matité et les finitions peu flatteuses… l’aluminium est très blanc et ne se prête pas vraiment au polissage ou à l’anglage. Mais, quand on voit la forme incroyablement complexe de ces cages, on se dit que les finitions en question sont plutôt un haut fait qu’un pis aller. Et pour la première fois, la cage principale n’a pas été fixée à un pont supérieur, mais seulement par le dessous. Il s’agit bien d’un tourbillon bi-axial volant.

Orbites Bleues

Orbites Bleues © Jaeger-LeCoultre

L’épice

D’autre part, la manufacture du Sentier a décidé de faire montre de l’étendue de ses capacités en remettant sur le devant de la scène son travail sur les spiraux. Sur la base d’un fil produit par la manufacture A. Lange & Söhne, qui a redéveloppé la technologie de laminage et de cuisson des ressorts réglants, Jaeger-LeCoultre a impressionné. En effet, elle a réalisé un spiral de forme sphérique, doté de deux courbes terminales, et l’a bleui. Dans un tourbillon bi-axial, qui décrit une orbite qui recouvre une sphère, les questions d’équilibrage sont essentielles car la pression exercée par le poids des cages accentue les effets néfastes. Exploiter un spiral sphérique est une garantie de concentricité du développement du ressort et, partant, d’un surcroît de précision. Pour bien faire, le balancier en or a été également bleui, ce qui crée une belle continuité avec les couleurs du reste de la montre, dont le bleu est le thème.

Orbites Bleues

Orbites Bleues © Jaeger-LeCoultre

Les plus 

À côté de cet ensemble, Jaeger-LeCoultre a logé un chronographe monopoussoir digital. À l’intérieur d’un compteur 60 secondes à aiguille, elle a intégré un affichage des minutes de chronométrage allant de 00 à 60 sur deux disques et la fonction est pilotée par un poussoir unique. Les heures et minutes sont excentrées dans un cadran à une heure, créant une symétrie complexe dont l’équilibre est parachevé par l’indicateur jour/nuit à 4 heures. Le tout laisse visible une partie des ponts. Ils ont été traités, tout comme la platine, selon une technique de finition qui a connu une gloire éphémère chez Jaeger-LeCoultre. Elle consiste en un martelage manuel des surfaces, par un outil pneumatique qui y laisse des piqûres. Ce qui donne un aspect proche d’un grenage, en moins fin. Le calibre 176 mesurant 11,5mm d’épaisseur, ce qui s’explique par la hauteur de la cage dans une large mesure, la montre monte à 15,5mm d’épaisseur pour 43,5mm de diamètre. Ses 75 exemplaires ont tous été faits en platine, avant qu’une nouvelle série de 2019 ne les prolonge dans un exécution en or rose, avec quelques éléments de cadran en aventurine et météorite. 

*Cette année GMT Magazine et de WorldTempus se sont lancés dans le projet ambitieux de résumer les 20 dernières années du tourbillon dans The Millennium Watch Book - Tourbillons, un grand et beau livre magnifiquement illustré. Cet article en est un extrait. The Millennium Watch Book - Tourbillons est disponible sur www.the-watch-book.com, en français et en anglais.

 

Vous aimerez aussi

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

La marque

Jaeger-LeCoultre : BERCEAU DE LA HAUTE HORLOGERIE DEPUIS 1833. Nichée dans le décor serein de la Vallée de Joux, notre Maison offre un sentiment d’appartenance unique. C’est ici, inspirée par les paysages exceptionnels des montagnes du Jura et guidée par une flamme intérieure inextinguible, que la Grande Maison trouve son âme. Tous nos savoir-faire sont réunis sous un seul toit. À la Manufacture, horlogers, ingénieurs, designers et artisans...

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >