X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×
Rechercher dans :
GMT Magazine
Grand Seiko - Anatomie d'un tourbillon tant attendu

Grand Seiko Anatomie d'un tourbillon tant attendu

Avec la Kodo Constant-force Tourbillon, Grand Seiko signe une montre squeletté d'une sophistication rare

Grand Seiko est le géant de la haute horlogerie japonaise.Et pourtant, la marque n’avait à ce jour jamais proposé de montre équipée d’un tourbillon. Elle se faisait d’autant plus attendre qu’en 2020 avait été dévoilé le calibre T0 Constant-force Tourbillon, qui y ajoute un remontoir d’égalité. Il a donc fallu attendre, encore, pour que vienne la version finale de ce concept, le calibre 9ST1, et la montre qu’il anime, la Kodo Constant-force Tourbillon. Or ce concept était plein de promesses. Sa structure, la forme de sa cage, ses spécifications, ses finitions allaient même au-delà de ce que bien des amateurs attendent de Grand Seiko. Ce d’autant plus qu’il s’agissait de sa toute première réalisation squelettée.

Le corps

Grand Seiko a su faire valoir la qualité de ses finitions, la solidité de sa conception, la sobriété de son design auprès du monde entier. Or si l’on regarde un peu rapidement la Kodo, qui veut dire battement de coeur en japonais, elle ne ressemble pas aux autres productions de la marque. Le simple fait qu’il s’agisse d’un calibre ajouré extrêmement aérien suffit à en faire une entité à part. Cette position est symbolisée par ses complications, mais aussi par l’extrême exclusivité de sa production, limitée à 20 exemplaires. Elle se lit également dans le choix des matières retenues pour réaliser la boite de 43,8 mm de diamètre et 12,9 d’épaisseur. Le platine est un symbole très fort de précieux dans les codes de l’horloger nippon. Le titane haute brillance de Grand Seiko offre légèreté et rigidité, et un polissage dit Zaratsu, que la marque maîtrise parfaitement. Plus difficile à rayer, il occupe les parties extérieures de la boite, le platine, plus tendre, l’utilise comme protection. Tous deux s’unissent dans des cornes ajourées au profil unique. 

 

Anatomie d'un tourbillon tant attendu

Kodo Constant-force Tourbillon © Grand Seikon

Le Coeur

En plus de présenter des courbes et des lignes très étudiées, ce calibre embarque donc le premier tourbillon Grand Seiko. A ceux qui savent que la marque Credor a le sien et qu’elle fait aussi partie du groupe Seiko, il faut tout de suite préciser qu’il n’existe aucun rapport entre les deux. Ce tourbillon une minute, embarquant un organe réglant 100% maison et à 4 Hz est une création entièrement originale. Il est couplé à un remontoir d’égalité, situé sur le même axe que le balancier. Ce dispositif assure à l’échappement un flux parfaitement régulier d’énergie, qui est la condition d’un isochronisme accentué et donc, d’une marche plus précise. Il est d’autant plus efficace qu’il est réarmé chaque seconde. Un remontoir une seconde, il en existe moins que les doigts de la main sur la planète horlogère... De plus, il est proche du balancier, ce qui limite les frictions inhérentes à ce dispositif et supprime les déperditions, donc les variations de couple, que le remontoir cherche précisément à éliminer. Ils sont reliés à deux barillets au rochet dont la forme est issue d'un symbole lié à l'eau tournoyante, référence directe au terme tourbillon. Ils assurent 72 heures de réserve de marche, lisibles sur un indicateur situé en lisière du mouvement, au bord du grand vide qui entoure la cage.

Les traits

Mais la création de la Kodo et de son mouvement ne répond pas uniquement à des critères quantitatifs et techniques. La démarche esthétique est absolument fondamentale dans le processus créatif de Grand Seiko. La définition du squelettage en est peut-être la plus évidente, par son étendue, la quantité de travail qu’elle nécessite et sa prépondérance visuelle. Mais la plus frappante est certainement l'intégration de la cage de tourbillon et de celle du remontoir. Leur total de six bras sont usinés en forme...de belvédère, de coupole, de cloche, choisissez l’image qui vous convient le mieux. Leur forme souple est le produit d’un façonnage minutieux après usinage. Leur profil complexe, torsadé, plongeant, est le fruit d’un patient anglage manuel. Dernier domaine de perfectionnement, le son du calibre 9ST1 est tout à fait unique : l’échappement s’active huit fois par seconde, le remontoir une seule. Tous les huit « tic », il crée un « tac » différent et parfaitement net. 

L’esprit

Ainsi, des finitions de surface parviennent à créer l’illusion que ces six bras sont un seul et même ensemble, alors qu’ils sont répartis sur deux niveaux qui correspondent à deux éléments techniques différents. Les trois premiers, situés le plus à l’extérieur, sont ceux du remontoir. Les trois autres, situés légèrement à l’intérieur, portent le tourbillon. Comme le remontoir et le balancier sont coaxiaux, il est logique que les structures qui les portent le soient aussi et qu'elles se confondent en un ensemble à part entière. Et c’est là que la nature profonde de la Kodo apparaît. Dans la superposition parfaite de l’esthétique et de la technique, où règne la mise en valeur discrète et savante d’une sophistication rare.

 

 

La marque

Dès le début, Grand Seiko a recherché les caractéristiques essentielles d’une montre : précision, beauté, lisibilité. Son design reflète l’extraordinaire sens de l’esthétique japonais. La marque va continuer à atteindre de nouveaux sommets en tant que marque.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >