X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par IWC Schaffhausen

Rechercher dans :
Tout ce que vous devez savoir - Régulateurs, partie V

Tout ce que vous devez savoir Régulateurs, partie V

Devenez un expert en horlogerie grâce à notre indispensable guide technique, pour aller jusqu’au cœur du mouvement

Vous êtes arrivés jusqu’ici dans notre petit cours en ligne sur les régulateurs horlogers, et vous serez heureux d’apprendre que le reste du cours est beaucoup plus facile que ce que nous avons traité jusqu’ici. C’est le dessert d’un dîner particulièrement complexe à plusieurs plats. Et comme pour le dessert, vous êtes autorisé à prendre votre temps et vous devriez même faire une petite pause, juste pour digérer les lourds mets du repas que vous venez d’engloutir. Et quand je dis digérer, je veux dire que c’est probablement une bonne idée de parcourir les chapitres précédents encore une fois, pour vous assurer que vous avez tout assimilé correctement.

Récapitulons ! Savons-nous ce qu’est un organe régulateur ? Oui ! Savons-nous qu’il est composé d’un oscillateur et d’un échappement ? Oui ! Savons-nous qu’un oscillateur de montre bracelet est, dans la vaste majorité des cas, un spiral et un balancier ? Savons-nous comment le balancier fonctionne ? Savons-nous ce que fait l’échappement et comment il le fait ? Oui, oui et oui ! L’affirmation positive est importante les amis.

Alors comment tout cela est-il relié à ce que nous voyons sur le cadran d’une montre ? Les aiguilles tournent et pointent vers des chiffres pour nous dire combien de temp s’est écoulé dans une journée. Comment cela est-il le résultat du balancier tournant d’avant en arrière et de la fourche à palettes se faisant frapper à gauche et à droite ?

Régulateurs

Roue d'échappement © Montres Breguet

Tout cela se résume à la roue d’échappement. Nous ne l’avons pas exposé explicitement, mais si vous avez bien enregistré les leçons précédentes, vous savez que chaque oscillation du balancier requiert deux impulsions de la fourche à palettes, une dans chaque direction. Un balancier de 4Hz oscille quatre fois par seconde et ces quatre oscillations requièrent huit impulsions. Chaque impulsion est en fait de l’énergie qui s’échappe du ressort moteur, et nous pouvons voir quand cela se produit, parce que la fourche à palettes pivote et la roue d’échappement tourne un petit peu.

Cela signifie que dans un balancier de 4Hz, la roue d’échappement effectue huit petits mouvements rotationnels par seconde. En fait, chaque roue, du barillet à la roue d’échappement, effectue les mêmes huit petits mouvements par seconde. C’est juste plus facile à voir dans le cas de la roue d’échappement, parce qu’elle a une plus grande vitesse de rotation que les autres et par conséquent elle pivote sur un angle plus large à chaque mouvement que les autres roues.

Savez-vous où tout cela nous mène ? La roue d’échappement est connectée à une autre roue qui fait tourner l’aiguille des secondes, bougeant avec le même nombre de mouvements par seconde. Dans une montre à 4Hz, l’aiguille des secondes effectue huit minuscules mouvements pour passer d’un index de seconde à un autre. Dans une montre à 3 Hz, l’aiguille des secondes effectue six mouvements pour se déplacer d’un index de seconde à un autre.

Vous comprenez pourquoi les gens utilisent l’aiguille des secondes comme un test pour savoir si une montre a un mouvement mécanique ou à quartz. Dans une montre à quartz, l’indication des secondes (s’il y en a une) se déplace d’une seconde à l’autre en sauts distincts. Dans une montre mécanique, l’indication des secondes (s’il y en a une) bouge en plusieurs mouvements d’une seconde à la suivante. (A moins qu’il n’y ait un mécanisme de seconde morte, mais nous n’avons pas à parler de cela maintenant).

Au niveau de la précision du chronométrage, qu’est-ce que cela nous dit ? Cela signifie que la plus petite unité de temps mesurable par toute montre mécanique est une fonction inverse de sa fréquence. Une montre qui bat à une fréquence plus élevée est capable de mesurer des fractions de temps plus petites. Une montre à 3Hz a une aiguille des secondes qui bouge six fois par seconde, n’est-ce pas ? Donc chaque fois qu’elle bouge, c’est un sixième de seconde. Une montre à 4Hz a une aiguille des secondes qui bouge huit fois par seconde et donc elle peut indiquer des huitièmes de seconde.

Régulateurs

Chronomaster Sport © Zenith

 

Le mouvement Zenith El Primero bat à 5Hz, c’est pourquoi il est capable d’indiquer avec précision les dixièmes de seconde. Cela est encore accentué dans les montres chronographes Striking 10th : l'aiguille des secondes fait le tour du cadran toutes les 10 secondes au lieu d’une fois par minute. Vous pouvez voir l’aiguille des secondes du chronographe tourner une fois par seconde, effectuant 10 sauts à chaque rotation.

Si vous êtes stressés à l’idée de parvenir à assimiler tout cela, sans parler des précédents chapitres, ne vous inquiétez pas. Vous n’avez pas à le faire. Vous n’avez même pas besoin de vouloir le faire. Cependant, vous pouvez au moins apprendre comment identifier l’organe régulateur dans toute montre mécanique juste en la regardant. C’est assez facile. Quelquefois il est visible côté cadran de la montre ; la plupart du temps vous pouvez le voir à travers le fond transparent du boîtier. C’est presque toujours la chose qui bouge le plus rapidement dans le mouvement d’une montre (si la montre fonctionne évidemment) et la rotation d’avant en arrière du balancier est une fausse piste.

Etant donné l’importance et la sensibilité du balancier (rappelez-vous, c’est la chose qui permet à votre montre de mesurer l’heure), il est protégé par un système antichocs, qui est visuellement très caractéristique. C’est un autre indice qui vous permettra d’identifier un organe régulateur, surtout si votre montre en a plus qu’un. C’est vrai. Très peu de montres, comme la collection de chronographes TAG Heuer Miko, la Zenith Defy 21 et la Vacheron Constantin Traditionnelle Twin Beat Perpetual Calendar, ont en fait deux organes régulateurs.

Dans le cas des montres TAG Heuer et Zenith, l’un de ces organes régulateurs fonctionne « par défaut », tandis que le deuxième organe régulateur n’est activé que lorsque le chronographe est enclenché. Quant à la montre Vacheron Constantin, il est possible d’utiliser l’un ou l’autre organe régulateur, et on ne verra que l’un d’eux en action à n’importe quel moment. C’est pourquoi j’ai affirmé que l’organe régulateur est presque toujours la chose qui bouge le plus vite dans un mouvement de montre. Pas toujours, mais presque. Parce que parfois il peut y avoir un organe régulateur qui ne bouge pas du tout, même si la montre est en fonction.

Excités à l’idée d’en apprendre davantage sur la partie la plus importante d’un mouvement de montre ? Je vais supposer que vous répondez oui, parce que la prochaine partie du programme concerne les spirals. Pour être tout à fait précise, la suite du programme est davantage que tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les spirals. Vous allez adorer.

 

Cette série d’articles est dédiée au Dr Rebecca Struthers, qui a aimablement proposé son avis d’experte sur le texte. Le Dr Struthers est co-fondatrice de Struthers Watchmakers et la première horlogère britannique à obtenir un doctorat en horlogerie. 

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

Les marques

Plus de 150 ans de savoir-faire horloger et d'innovations techniques ont permis à TAG Heuer d'être aujourd'hui la référence absolue en matière de montres de sport d'avant-garde. En accompagnant...

En savoir plus >

Entrer dans l’histoire de Vacheron Constantin, c’est entreprendre un voyage initiatique à travers l’excellence d’une horlogerie séculaire. Chaque pièce procède d’un souffle créatif qui anime...

En savoir plus >

Depuis sa création, Zenith cultive la capacité d’ouvrir de nouveaux horizons en accompagnant quelques-unes des plus remarquables aventures humaines.

En savoir plus >