X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par RALF TECH

Rechercher dans :
SalonQP - Des nouvelles du terroir

SalonQP Des nouvelles du terroir

L’exposition de cette année a mis sous le feu des projecteurs le rôle que joue la Grande-Bretagne dans la haute horlogerie, mais aussi dans l’industrie du luxe en générale.

Certaines expositions horlogères locales tendent à être des satellites des prestigieux salons de Genève et de Bâle. Tel n’est pas le cas du SalonQP qui regroupe le meilleur de l’horlogerie indépendante européenne mais aussi les plus grands talents britanniques et des marques de luxe locales. Les exposants ont prouvé que le Royaume-Uni a sa place dans le segment du luxe, qu'il s'agisse d’horlogerie, d'automobiles ou de systèmes audio haut de gammes, comme l’ont illustré respectivement le garde-temps Triple Calendar de Roger Smith, les voitures Lotus Evora et Exige SuperCup, et la firme écossaise Linn.

SalonQP Lotus

Représentation régionale
La maison horlogère Garrick a présenté au salon sa nouvelle montre « Norfolk », dont le cadran blanc et sobre a été exécuté en émail grand feu au sein de sa manufacture du Norfolk. Les artisans de la maison, qui ont dû apprendre cette technique difficile, ont appliqué l’émail à la main sur les deux faces d’une base en argent, afin d’éviter toute déformation. Autre exemple de la décentralisation de l’industrie du luxe britannique, Lotus est elle aussi établie dans le Norfolk, et la Dennison Watch Case Co. Ltd, qui a discrètement célébré son « pré-lancement » au SalonQP, fait revivre un nom qui jadis produisait des boîtiers de montres pour des marques comme Rolex ou Omega dans son immense fabrique de Birmingham. Enfin, le célèbre horloger Roger Smith, qui ne produit qu’une poignée de montres par année, était venu présenter en personne sa nouvelle pièce à triple calendrier. Son atelier à l’Ile de Man n’est accessible que par bateau ou par avion. Plus londonien, l’innovant Richard Hoptroff avait déjà exposé des montres connectées l’an dernier et dévoilait cette année une nouvelle version, plus petite, de sa montre bracelet atomique, unique en son genre.

Norfolk

Pour les visiteurs, c’était aussi l’occasion de voir pour la première fois des nouveautés importantes, comme l’Opus 14 d’Harry Winston ou la collection 1858 de Montblanc. Un horloger des ateliers Villeret avait d’ailleurs fait le déplacement à Londres pour présenter le travail de décoration à la main effectué sur les mouvements Minerva. De même, Seiko, qui n’exposait que sa collection haut de gamme Grand Seiko, était aussi là avec un horloger tout droit venu du Japon pour montrer le très grand soin apporté à ces mouvements mécaniques.
Chronoswiss était accompagnée par son nouveau distributeur au Royaume-Uni, Tiago Sa-Henriques. L’ex-détaillant de montres de luxe a fondé sa propre maison de distribution, FOGG Distribution. « Je connais la vente, et je sais ce que c’est que de ne pas se sentir soutenu par les marques. Je veux changer cela », explique-t-il, en promettant de donner un nouvel élan à la distribution de Chronoswiss au Royaume-Uni. « Chronoswiss revient en force », ajoute-t-il, « nous allons investir au Royaume-Uni et apporter notre soutien aux détaillants ».

Tiago Sa-Henriques

Lebeau-Courally a exposé les premiers de ses nouveaux modèles à phases de lune, et notamment une pièce splendide arborant un cadran en émail grand feu exécuté à la main. Pour la première fois, le levier inspiré des fusils de chasse, situé d’ordinaire sur la partie gauche du boîtier - et véritable signature de la marque - n’est plus simplement un élément de décoration. Il a désormais une vraie fonction : il se pousse pour régler la date, et se tire pour corriger la phase de lune par saut d’un jour.

Si le SIAR de Mexico a fait la part belle aux éditions spéciales destinées au marché local (lire notre article ici), tel ne fut pas le cas du Salon QP, à l’exception de Laurent Ferrier, qui a présenté deux éditions limitées (à 10 pièces) de son Galet Square avec micro-rotor, en or blanc et rouge et cadran bleu, spécialement créées pour son détaillant britannique William & Son.

Laurent Ferrier Galet Square Limited Edition for William & Son


 

Les marques

Chronoswiss est fière d’être une compagnie indépendante et familiale, détentrice de traditions centenaires comme l’émaillage et le guillochage. Elle a toujours utilisé des composants de première...

En savoir plus >

Laurent Ferrier aborde l’horlogerie sous cinq angles essentiels, présents dans la confection de tous les garde-temps de la marque.

En savoir plus >

On peut établir certains parallèles entre la manufacture des armes et celle des montres, qui ont en commun les termes calibre, levier et barillet. La marque belge Lebeau-Courally peut se targuer...

En savoir plus >

Depuis ses débuts, Seiko devait être pour Kintaro Hattori “toujours un temps en avance”; cette vision n’a jamais cessée d’inspirer l’entreprise. Dès le jour où il réalisa sa première montre de...

En savoir plus >