×

Cette recherche est sponsorisée par Roger Dubuis

Recherche
Rechercher dans :

Girard-Perregaux

Depuis 1791, Girard-Perregaux poursuit la voie de sa tradition de Haute Horlogerie. L’histoire de la Maison est jalonnée de garde-temps légendaires qui allient design pointu et technologie innovante.

A propos

Le début des activités de la manufacture remonte à 1791, offrant ainsi plus de deux siècles d'héritage qui constituent le pilier de ce que Girard-Perregaux est aujourd’hui. 

Jean-François Bautte, né le 22 mars 1772, apprend tout d’abord le métier de monteur de boîtes puis devient successivement guillocheur, horloger et orfèvre. Il signe à 19 ans ses premières montres, en 1791. Horloger de talent, Jean-François Bautte se fait connaître pour ses modèles de montres extra-plates. De manière innovante pour l’époque, il fonde à Genève, sa ville d’origine, une société manufacturière abritant tous les métiers de l'horlogerie. Jean-François Bautte accueille ainsi de prestigieux visiteurs et notamment la future reine Victoria. Industriel astucieux et homme d’affaires averti, il commerce avec les cours européennes qui lui permettent, année après année, d’asseoir sa réputation. 

En 1837, Jacques Bautte et Jean-Samuel Rossel prennent la succession de Jean-François Bautte qui leur lègue en héritage son patrimoine industriel. Quelques années plus tard, Jean-Samuel Rossel poursuit l’aventure seul, bientôt secondé par son fils, Jacques Rossel. Leurs travaux dans le domaine de la chronométrie sont alors régulièrement récompensés lors d’expositions internationales.

En 1852, Constant Girard fonde la maison Girard & Cie. Deux ans plus tard, il épouse Marie Perregaux (1831-1912). De l'union de leurs deux noms naît, en 1856 à La Chaux-de-Fonds, la Manufacture Girard-Perregaux. Les trois frères de Marie Perregaux, Henri (1828-1893), François (1834-1877) et Jules (1838-1903), s'investissent également dans l'entreprise : Henri et Jules en la représentant dans les deux Amériques, et François en Asie.

Constant Girard présente en 1889 un Tourbillon primé lors de l’Exposition universelle de Paris, la célébrissime pièce « La Esmeralda », offerte au président du Mexique Porfirio Díaz à la fin du XIXe siècle. C’est également cette année que Gustave Eiffel présente sa célèbre dame de fer.

En 1906, Constant Girard-Gallet, fils de Constant Girard et Marie Perregaux, reprend la maison Bautte et la fusionne avec Girard-Perregaux & Cie.

A la fin des années 1950, Girard-Perregaux dispose de son propre département Recherche & Développement intégré à la Manufacture. Cette équipe en interne permet à la marque de développer des mouvements de haute précision. En 1966, Girard-Perregaux introduit au sein de sa famille Gyromatic le premier mouvement haute fréquence (36.000 alternances/heure). En 1967, 70% des certificats de chronomètres délivrés par l’Observatoire de Neuchâtel sont attribués aux Chronomètres Haute Fréquence Girard-Perregaux. La Manufacture se penche à cette époque sur le domaine des mouvements quartz et donne à la Suisse sa première production industrielle de montres-bracelets à quartz en 1971. La fréquence fixée par Girard-Perregaux de 32.768 Hz demeure le standard universel pour les montres à quartz.

Pour célébrer son bicentenaire, la Manufacture présente en 1991 une version miniaturisée, de la dimension d'une montre-bracelet, du Tourbillon sous trois Ponts d'or, montre de poche qui lui avait valu une distinction à sa création.

En 1992, L’entrepreneur italien, architecte et ancien pilote automobile Luigi Macaluso prend la direction de Girard-Perregaux. La Manufacture développe alors sa logique manufacturière et introduit en 1994 une nouvelle famille de calibres ultraplats respectivement nommés GP3000 et GP3100.

En 2008, Girard-Perregaux présente un Tourbillon Bi-axial équipé de deux cages concentriques qui permettent à l’organe réglant d’effectuer des rotations pluridimensionnelles. Cette construction compense ainsi les écarts de marche dus à la gravité terrestre.

En 2011, le groupe Kering, l’une des entreprises leaders dans les domaines du sport et du lifestyle, devient l’actionnaire majoritaire de Girard-Perregaux. La Manufacture fête alors son 220e anniversaire. A cette occasion, la collection Haute Horlogerie s’enrichit d’un modèle inspiré de son histoire avec un Tourbillon sous Pont d’or Girard-Perregaux 1966 disponible en 50 exemplaires individuellement numérotés.

Girard-Perregaux dévoile en 2013 une innovation notoire dans le monde de la Haute Horlogerie : un échappement à force constante, l’Echappement Constant L.M dont les premiers prototypes avaient été présentés en 2008. 

1791
Jean-François Bautte, alors âgé de 19 ans, présente à Genève ses premières montres. Horloger de renom et homme d’affaire averti, il sera notamment reconnu pour ses modèles extra-plats.
1856
De l'union de Constant Girard et de Marie Perregaux naît, en 1856 à La Chaux-de-Fonds, la Manufacture Girard-Perregaux. Les trois frères de Marie Perregaux, Henri, François et Jules, s'investissent également dans l'entreprise : Henri et Jules en la représ
1889
Constant Girard-Perregaux présente un Tourbillon sous trois Ponts d'or primé lors de l'Exposition universelle de Paris, la célébrissime « La Esmeralda », pièce iconique de l’histoire de la Manufacture. Cette montre de poche a été offerte au président du M
1966
Girard-Perregaux introduit au sein de sa famille Gyromatic le premier mouvement haute fréquence (36.000 alternances/heure).
2013
Girard-Perregaux dévoile en 2013 une innovation notoire dans le monde de la Haute Horlogerie : un échappement à force constante, l’Echappement Constant L.M. C’est une révolution, tant au niveau technique et conceptuel qu’en terme d’utilisation de matériau
Philosophie

Depuis 1791, Girard-Perregaux poursuit la voie de sa tradition de Haute Horlogerie. L'histoire de la Maison est jalonnée de garde-temps légendaires qui allient design pointu et technologie innovante.

Entièrement tournée vers la création de haute horlogerie d'exception, la Maison est l'une des seules à associer sous le même toit tous les métiers pour concevoir et fabriquer ses mouvements. Avec plus de 80 brevets, Girard-Perregaux se consacre intégralement à la recherche et au développement pour inscrire de manière continue son héritage unique dans l'horlogerie moderne.

Fidèle à sa tradition d'excellence, Girard-Perregaux a à cœur d'en transmettre l'héritage en s'engageant 

Les collections

1966

Dans les années 1960, Girard-Perregaux était l'une des très rares Manufactures horlogères à disposer de sa propre équipe de Recherche & Développement. En 1966, elle lança le premier mouvement Haute Fréquence, qui allait apporter des performances de précision exceptionnelles. La collection Girard-Perregaux 1966 rend hommage à cette époque en intégrant les fruits de l'engagement permanent de la Manufacture dans l'innovation.

Cat's Eye

Collection féminine plusieurs fois primée, la Cat's Eye propose une lecture gracieuse du temps dans un cadran ovale devenu emblématique de la Maison, qui allie sensualité et haute technologie.

Competizione

Le chronographe a amplement participé à forger la renommée de Girard-Perregaux. La collection Competizione propose deux interprétations qui évoquent un design lié au monde automobile.

Heritage

La collection est créée en 2016 pour rassembler les pièces marquantes de l’histoire de la Manufacture Girard-Perregaux.

Laureato

une icône des années 70, cet âge d'or de l'horlogerie qui a vu naître plusieurs modèles maintenant considérés comme des légendes. La Laureato conserve aujourd'hui tous les codes du design de l'époque: un boîtier en acier aux surfaces brossées et polies, un look sportif et chic qui résiste à l'épreuve du temps. 

Vintage 1945

Bien avant que le vintage n'envahisse toutes les tendances, Girard-Perregaux imaginait une collection inspirée par les formes d'une de ses montres de style Art Déco de 1945. Depuis, des déclinaisons variées interprètent avec modernité la personnalité unique de la ligne Vintage 1945.

Bridges

En 2016, Girard-Perregaux lance pour la première fois une collection dédiée à ses modèles iconiques tels que le Tourbillon sous Trois Ponts d’or. Cette icône se décline désormais avec une plus grande gamme de designs et de fonctions.

Les montres

  • Economie

    Marché français de l'horlogerie L’impossible conquête horlogère ?

    L’horlogerie en France est à la peine. Pourtant, les marques suisses parviennent à surclasser les prix moyens locaux grâce à des garde-temps de renom ou au tarif très étudié. Une réponse adaptée à un marché qui tarde à se délier ?

    21 Mars 2017

  • Innovation et technique

    Girard-Perregaux Planétarium Tri-Axial

    Découvrez de près le modèle Planétarium Tri-Axial, l’un des rares tourbillons à trois axes de l’industrie horlogère.

    16 Mars 2017