×

Cette recherche est sponsorisée par Scatola del Tempo

Rechercher dans :

Richard Mille

Richard Mille n’a pas cherché à se faire une place dans l’univers horloger, il l’a créée, avec le souci constant de ne rien tenir pour acquis et de faire de l'innovation et de la technique extrême, ses moteurs.

A propos

Chaque montre signée Richard Mille repose en effet sur un triptyque : le meilleur de la technique et de l’innovation, une forte dimension artistique et architecturale affirmée au service d’une montre très confortable, le meilleur de la culture de la Haute Horlogerie avec des finitions à la main. A l’origine de la marque, la volonté de Richard Mille d’appliquer à l’horlogerie les techniques et matériaux issus des secteurs les plus innovants comme la Formule 1 ou l’aérospatiale, dans le but de réaliser une montre extrême, sans compromis ni artifices.

Comme dans les voitures de course d’aujourd’hui, la fonction dicte la forme, sans artifices esthétiques. Pour Richard Mille, chaque vis, pignon, levier et ressort doit assumer toute la sécurité et la précision requises.

Ce qui se perçoit visuellement est également présent au niveau de chaque décision, chaque étape de création et de réalisation de la montre (même les célèbres vis qui ferment les boîtiers des montres sont le fruit de mois de développements et d’investissements considérables, chacun nécessitant plus de vingt étapes de production). Des matériaux de haute technologie tels que le titane grade 5, le Carbone TPT®, le Quartz TPT® ou bien encore le carbure de titane sont largement utilisés. C’est la recherche expérimentale sur des matériaux innovants, parfois révolutionnaires, mais toujours adaptés à des objectifs techniques précis, qui a ainsi conduit à la réalisation de de la RM 27-01 Rafael Nadal, la montre tourbillon la plus légère du monde, avec 18.83g et le tourbillon RM 27-03 Rafael Nadal capable de résister à des chocs de 10000g ou bien encore le chronomètre Haute Performance RM 031, une montre mécanique dont la variation chronométrique est de seulement 0 à 20 secondes par mois.

2001
Création de la marque Richard Mille.
2002
Richard Mille devient partenaire principal du Mans Classic.
2007
La RM 012 reçoit l’aiguille d’or lors du GPHG.
2013
Présentation de la RM 27-01 Tourbillon Rafael Nadal, ne pesant que 18.83g.
2016
Annonce d’un Partenariat de 10 ans avec McLaren.
Philosophie

Richard Mille n’a pas cherché à se faire une place dans l’univers horloger, il l’a créée, avec le souci constant de ne rien tenir pour acquis et de faire de l'innovation et de la technique extrême, ses moteurs.

Les montres

RM, la marque horlogère Suisse qu’on ne compare à aucune autre.

Si l’on devine aisément quel homme d’affaires se cache derrière les initiales « RM » et se trouve au sommet de la prestigieuse marque horlogère des Breuleux, on évoque en revanche moins souvent Dominique Guenat, propriétaire de la manufacture Valgine qui produit les différents composants des modèles de la marque. Les deux hommes se sont associés en 2001 avec la volonté de produire des montres en avance sur leur temps, repoussant ainsi les limites de précision, de robustesse, de légèreté, mais aussi de prix, rendant toute tentative de réplique impossible au vu de la complexité des pièces produites en séries très limitées.

Rafaell Nadal, ambassadeur de la marque depuis 2010 porte fièrement la RM 27-03 dont les couleurs évoquent les origines du tennisman.

Outre la résistance et les caractéristiques mécaniques, la vivacité des couleurs de la boite est un exploit en soi. Composée de Quartz TPT®, développé par l’entreprise North Thin Ply Technology ®, la lunette et le boîtier sont réalisées à partir d’une superposition de couches de silice ne mesurant que 45 microns d’épaisseur entre lesquelles sont ajoutés des pigments. Le véritable exploit réside dans la stabilisation de ce matériau qui passe notamment par une cuisson à 120°. C’est seulement après la difficile étape de l’usinage qu’apparaissent les différentes couleurs alternées à la surface du matériau.

Active dans le domaine du sport automobile, la marque Richard Mille s’est associée au pilote de Formule 1 brésilien Felipe Massa depuis 2004.

En effet, le pilote porte les montres lors de ses courses afin de les tester, et les montres, une fois testées portent tout naturellement le nom du pilote. Cette collaboration à double sens a donné le jour à plus de 8 modèles caractérisés par leur légèreté et leur ergonomie. Ces montres sont réalisées dans des matériaux particulièrement résistants sans être trop denses tels que les nanofibres de carbone NTPT™, ou bien le titane grade 5, à partir desquels le modèle anniversaire des 10 ans de collaboration a été réalisé. Il s’agit d’un chronographe flyback automatique avec fonction compte à rebours et quantième baptisé RM-011 Felipe Massa.

Sébastien Loeb, grand pilote automobile français, porte un véritable bolide mécanique au poignet.

Véritable prouesse horlogère, la RM 36-01 G-Sensor, spécialement développée pour la star du WRC Sébastien Loeb, est un outil indispensable au pilotage permettant de mesurer les G subis durant les manœuvres de pilotage. Le défi mécanique relevé par la marque jurassienne réside dans la maîtrise de la précision et de l’étanchéité de la montre qui comporte une lunette fonctionnelle tournante permettant de programmer la fonction du capteur de G intégré à la glace saphir en plein centre du cadran. Le mouvement régulé par un tourbillon, n’offrant pas moins de 70 heures de réserve de marche, fait de ce garde-temps un accessoire de luxe idéal pour effectuer un Paris – Dakar.

RM 68-01, Lorsque l’art contemporain s’immisce dans le cercle très fermé des montres de luxe.

A défaut de faire des métiers d’art un argument de vente, comme le font certaines marques au passé ancestral, la marque horlogère contemporaine a fait appel à Cyrille Kongo, référence du street art en France, afin de lui proposer un support de création inédit. De cette collaboration naît la montre RM 68-01 réalisée à 30 exemplaires uniques. La céramique noire et le carbone NTPT™ du boîtier asymétrique, qu’elle partage avec la RM 61-01 de Yohan Blake, encadre parfaitement le décor aux couleurs vives, peint à même le mouvement squelette le rendant ainsi mobile. Plus qu’une œuvre de graffiti, il s’agit là d’une véritable œuvre d’art cinétique.