X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Rebellion

Rechercher dans :
MB&F - 2010 – 2020 : le top 5 de la décennie

MB&F 2010 – 2020 : le top 5 de la décennie

WorldTempus jette un coup d’œil dans le rétroviseur. Le but? Déceler les plus importants accomplissements de plusieurs marques horlogères majeures. Notre série se poursuit avec MB&F.

C'est peu de dire que MB&F a bouleversé le paysage horloger. Par la place centrale que tient l'imaginaire enfantin de son fondateur, Maximilian Büsser, qui explique le MB. Par sa démarche collaborative assumée, qui explique le F, pour Friends. Par l'absence de limites à sa conception du design, capable de naviguer de la montre à la boite à musique en passant par de multiples horloges. Par sa capacité à jouer des codes culturels, science-fiction ou pop, aussi bien que des codes horlogers. Par son humour, qui est certainement le trait le plus distinctif et transversal de son esthétique. Par son influence énorme sur le secteur horloger, comme en témoigne sa notoriété énorme, surtout comparée à son activité réelle. Pour résumer ses 12 Horological Machines, ses 7 Legacy Machines, ses 10 garde-temps collaboratifs et ses 17 objets, voici un florilège de créatures qui ont en commun de donner l'heure et d'être étranges.

En 2009 (oui, juste avant notre date fatidique de 2010), HM1 déboule dans un environnement horloger déjà passablement libéré. Les grands diamètres, les tourbillons fous, les complications innovantes ont commencé à peupler les poignets. Mais l'Horological Machine 1 ne ressemble à rien d'autre et a poussé plus loin que tout le monde l'interprétation horlogère. Un huit renversé, un analemme, un haricot, des lunettes, appelez cette forme comme vous voudrez, elle est faite pour qu'on s'en empare, quoi que puissent en dire ses créateurs. Puis à l'intérieur, un tourbillon central, un affichage séparé des heures et des minutes, une réserve de marche de 7 jours, le tout avec une construction entièrement inédite. Et une production ultra limitée. Et un usage précoce du saphir pour les composants horlogers. Et un rotor en forme d'astéro-hache. N'en jetez plus, la coupe est pleine.

2010 – 2020 : le top 5 de la décennie

MB&F Horological Machine 1, ou HM1 © MB&F

La folie va et vient d'HM en HM. Mais un nouveau cap est franchi avec HM6. On en arrive à être à court d'analogies pour décrire sa forme. Peut-être, finalement, serait-ce un vaisseau spatial ? La comparaison assumée avec Capitaine Flam ne résume pourtant pas la complexité des courbes de cet objet de poignet. Imaginez un peu comment satiner ce titane qui ne présente aucune, absolument aucune surface plane et quasiment aucune courbe régulière ! Au-delà de l'exploit d'exécution, il faut saluer la capacité à pousser loin la décentralisation des fonctions : rotors, heure et minutes sont repoussés aux quatre coins d'un mouvement construit comme un rover lunaire, avec en son centre un tourbillon occultable. Un vrai jouet de gosse, avec 4 zéros de plus.

2010 – 2020 : le top 5 de la décennie

MB&F Horological Machine 6, ou HM6 © WorldTempus / David Chokron

JWLYMACHINE est peut être la plus oubliée des machines de MB&F. Et pourtant, l'accomplissement était extraordinaire. En mettant ses capacités au service d'une série limitée en partenariat avec Boucheron, MB&F a montré qu'elle savait faire ami-ami avec des entités culturellement très fortes, une marque historique de la Place Vendôme, aussi bien qu'avec des individus un peu fous. Le jeu a consisté à transformer une HM3 en un hibou...et la chose est bien pauvrement décrite ainsi. La plasticité du design est une preuve de pertinence. On avait beaucoup accusé MB&F d’être uniquement anecdotique et de ne pas laisser de trace forte au sens ou une marque horlogère crée des icônes. Or cette transfiguration de montre en objet joaillier créatif était si forte, si réussie, si bien exécutée que les vilains esprits ne pouvaient que le reconnaître. Une boite en or, titane et quartz, des plumes de poitrine faite de quartz intaglio, des yeux de plume en rubellite, en diamants et en saphir, la machine horlogère abstraite s'était incarnée. Même si elle n'a pas donné de suite, JWLRYMACHINE était, malgré son apparence naturaliste, une vraie, grande folie. 

2010 – 2020 : le top 5 de la décennie

MB&F JWLRYMACHINE © MB&F

Dès 2013, MB&F a poussé la logique collaboratif et inventive jusque dans la création d'objets. Ils ont offert une seconde jeunesse à Reuge, le fabricant de boites à musique, et à l'Epée, faiseur de pendules, horloges et pendulettes en tout genre, qui s'en sont retrouvés bien dépoussiérées. Parmi tous les formats, fusée, robots, stations spatiales, Medusa sort du lot et incarne au mieux la logique des Co-Creations by MB&F. Quitte à être un objet hybride, alors autant que son utilisation le soit aussi. Medusa se pose ou se suspend. Est faite de verre soufflé de Murano, rose, bleu ou vert. Et plus que toute autre création où MB&F a mis sa patte, elle se regarde plus qu'elle ne sert. Ce qui est la définition d'un bel objet de design. 

2010 – 2020 : le top 5 de la décennie

MB&F + L'Epée 1839 Medusa © MB&F

Dès 2011, MB&F comprend qu'il est de son intérêt de créer une ligne au design plus sage, plus traditionnel, mais non dénuée de folie. C'est la nature des Legacy Machine, qui injecte le futur dans le passé pour combiner technologie actuelle et design d'antan. Mais il a fallu attendre la LM Thunderdome de 2019 pour que le concept prenne son entière mesure. Un tourbillon tri-axial posé presque seul sous un grand dôme de verre, avec un affichage relevé et décalé vers le regard. Si ce modèle prolonge des Machines précédentes, il les accomplit parce qu'il fusionne la folie de la technicité extrême, du design extrême, avec des ingrédients de facture extrêmement classique incarnés en particulier par la beauté de son mouvement. Cette fusion et cette expression des extrêmes est ce que nous attendons tous de MB&F.

2010 – 2020 : le top 5 de la décennie

MB&F Legacy Machine Thunderdome © David Chokron/Worldtempus

 

Vous aimerez aussi