×

Cette recherche est sponsorisée par A L’Emeraude

Rechercher dans :
Chopard - La Quattro en version 4G

Chopard La Quattro en version 4G

18 ans après sa création, la L.U.C Quattro entre dans sa quatrième génération. A travers les variations esthétiques, son mouvement visionnaire n'a pas pris une ride.

En 1993, Chopard lance son initiative de mouvements de haute horlogerie. Dès 1996, les installations de Fleurier, qui ne sont pas encore une manufacture, sortent leur premier modèle, le calibre 1.96 à micro-rotor, qui équipe la première montre L.U.C moderne, la 1860. Puis en 2000, à l'aube de l'explosion de la montre mécanique, la marque lance son second calibre, le 1.98 à remontage manuel. Il sera rebaptisé 98.01 à la faveur d'un changement de nomenclature ultérieur. Cette fois-ci, Chopard se lance dans une seconde spécialité, la longue réserve de marche. En effet, avec ses quatre barillets, empilés deux par deux et en série, le calibre atteint les 216 heures de marche, soit 9 jours. La solution est alors novatrice et surtout, permet de contourner le principal problème des montres à forte autonomie, leur manque de précision. 

La Quattro en version 4G

La première L.U.C Quattro de 2000 © Chopard

En effet, à la fin des années 90, les calibres 8 jours sont anciens, puissants quand ils sont remontés à fond et mous quand ils s’approchent de la fin de leurs forces, ce qui nuit à la chronométrie. Le calibre 1.98, lui, délivre sa force de manière plus fluide. Cela lui vaut d'être certifié chronomètre dès sa naissance, et cela n'a pas changé depuis. Pas grand-chose d'autre, d'ailleurs, n'a été bouleversé en 18 ans. Le calibre est le même. Il a juste été décliné dans plusieurs versions, dont une à tourbillon, également enrichie d'un quantième perpétuel. Pour le reconnaître, rien de plus simple. C'est le seul calibre du marché à présenter à la fois une réserve de marche à midi et une date avec petite seconde concentrique à 6 heures. 

La Quattro en version 4G

La dernière L.U.C Quattro, présentée à Baselworld 2018 © Chopard

A quoi est due cette longévité ? A la nature même de l'horlogerie tout d'abord. Contrairement à un moteur automobile ou une plate-forme informatique, un calibre ne sort que s'il a une durée de vie de vingt ou trente ans au moins. Mais il ne faut pas négliger ici un principe de fonctionnement essentiel de Chopard. La marque est détenue et gérée par une seule et même famille. A la tête des activités horlogères, un seul et même homme, Karl-Friedrich Scheufele, qui n'agit ni dans la précipitation, ni avec imprudence. A l’époque, il s'était adjoint l'aide d'un voisin de Fleurier, un homme modeste, Michel Parmigiani. C'est lui qui a créé les premiers calibres L.U.C et c'est une équipée créée en même temps qui s'est chargée de transformer les intentions initiales en un produit durable. 

La Quattro en version 4G

Le calibre 98.01-L et ses finitions © Chopard

La première mouture de la Quattro est donc lancée en 2000. Boite en or de 38 mm, cadran guilloché, index en flèche facettés, la présentation est sobre, à l'image de son président. Quelques années plus tard, porté par la fièvre des grands diamètres, des designs exubérants, la Quattro change de visage à la faveur d'une modification des chartes graphiques Chopard. De grands chiffres arabes ponctuent les heures, ceux de la réserve de marche sont plus grands à 8 jours qu'à 0 et la date s'élargit en goutte à 6 heures. Le guilloché occupe désormais tout le cadran et est centré sur le 12. Puis en 2015, nouveau changement vers le classique, les chiffres du tour d'heure deviennent romains, cintrés et élégants. Ceux de la jauge, de la date et de la seconde s'effacent par une typographie bâton, noire et sèche. Le diamètre passe à 43 mm. La réserve de marche dispose donc d'un supplément d'espace et son aiguille change de position.

La Quattro en version 4G

Montage des 4 barillets du système Quattro © Chopard

Dernière évolution en date, la Quattro prend un coup de jeune à Baselworld 2018. 2 chiffres seulement, 3 et 9. Une réserve de marche en éventail, retour aux index facettés, et surtout un cadran satiné vertical, un mélange de bleu, gris et or rose qui dynamisent cette référence qui se relâche un peu. Mais quelques points n'ont jamais changé. Tout d'abord, la certification chronomètre, obligatoire chez L.U.C. Puis un haut degré de finitions du mouvement, décoré à la main et à la raquetterie à col de cygne. Et depuis 2015, un Poinçon de Genève systématique. Tout cela va de pair avec une utilisation exclusive de métal précieux. La Quattro n'a existé qu'en or et une seule fois en platine. 

La Quattro en version 4G

La Quattro au poignet © WorldTempus / David Chokron

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

La marque

La Maison Chopard incarne à la perfection l’alliance entre horlogerie et joaillerie. En tout temps, elle a su répondre aux attentes de son époque, en s'appuyant sur quatre valeurs essentielles : Le Savoir-faire, la tradition, l'innovation et l'engagement dans des actions philanthropiques.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi