×

Cette recherche est sponsorisée par A. Lange & Söhne

Rechercher dans :
Emile Chouriet - Melinda Alessi, directrice de site

Emile Chouriet Melinda Alessi, directrice de site

Melinda Alessi a choisi le titre de directrice de site d’Emile Chouriet Genève plutôt que celui de CEO. Rencontre avec une femme à la tête d’une marque horlogère.

Depuis le départ à la retraite de Jean Depéry, fondateur de la marque Emile Chouriet, la direction de la manufacture de Genève est assurée par Melinda Alessi. Dynamique, à la tête d’une marque prometteuse et mère de trois enfants, elle a accepté de nous parler de sa fonction de femme manager. 

Mme Alessi, comment êtes-vous parvenue à la tête d’Emile Chouriet ?
Lorsque je suis entrée chez Emile Chouriet, j’étais seule pour gérer l’administration, la finance et les ressources humaines. Au fur et à mesure que l’entreprise a pris de l’essor, j’ai mis en place un nouvel ERP et coordonné en interne le développement de toute l’organisation. Par la suite, j’ai repris en 2017 le département des ventes. Ayant petit à petit gagné la confiance de Jean Depéry, j’ai été nommée directrice de site, un titre que j'ai préféré à celui de CEO.

Etre une femme vous a-t-il aidé ou au contraire pénalisé dans votre ascension professionnelle ?
Ni l’un ni l’autre. Au sein de l’entreprise, il n’y a jamais eu de discrimination positive ou négative par rapport au genre, ni au niveau salarial ni au niveau des postes que nous ouvrons, et je n’ai jamais senti aucune différence de traitement entre hommes et femmes. Le fait que M. Depéry ait deux filles explique peut-être cette équité. Dans mon cas, les choses se sont faites naturellement. 

Quelle est la représentativité des femmes au sein d’Emile Chouriet à Genève ?
Emile Chouriet à Genève compte 12 femmes et 6 hommes. Côté femmes, nous avons notamment une responsable communication, une directrice artistique, une responsable logistique, une responsable des ventes, une responsable administrative, qui est mon bras droit, trois horlogères et trois personnes au contrôle qualité. Côté hommes, il y a entre autres le COO sur lequel je m’appuie pour tout ce qui est opérationnel, un responsable technique, un horloger et trois opérateurs horlogers. 

Melinda Alessi, directrice de site

L'équipe féminine d'Emile Chouriet, entourant Melinda Alessi, au centre © Emile Chouriet


Par rapport aux entreprises que je connais, il me semble que les femmes occupant des postes à responsabilité sont proportionnellement plus nombreuses chez Emile Chouriet. Généralement, on voit davantage les hommes. Mais peut-être que les femmes se font plus discrètes et travaillent plus dans l’ombre [rires] ? Pour les postes à responsabilité, force est de constater que nous recevons davantage de candidatures masculines que féminines. Je pense qu’il s’agit aussi d’une question d’apprentissage : les femme doivent apprendre à se sentir tout à fait à l’aise dans un poste généralement considéré comme plutôt masculin, et devraient aller davantage vers l’industrie.

Au niveau CEO, on a vu récemment la nomination de femmes chez Jaeger-LeCoultre, Piaget, et de Grisogono, par exemple…
En effet. Il me semble que la barrière machiste est en train de tomber, et c’est aussi le cas dans l’autre sens : on voit davantage d’hommes à la maison, s’occuper des enfants. La distinction entre rôles masculins et féminins est aussi en train de s’effacer. Aujourd’hui, si une personne possède les compétences requises, elle a la possibilité de parvenir au statut auquel elle peut prétendre et je pense que c’est sur cette base que se jugent les engagements. Mais il reste cependant encore quelques bastions, comme la charge mentale, qui reste très liée à la femme. Malgré la présence des hommes à la maison, ce sont majoritairement les femmes qui assurent cette charge mentale.

Une manager femme a-t-elle des qualités et des défauts propres ?
Je pense que les femmes ont une sensibilité différente - ce qui n’empêche pas un homme d’être sensible - et dans certains cas, cela peut être un défaut. S’agissant des qualités, je pense que les femmes ont la faculté d’être beaucoup plus polyvalentes au niveau organisationnel. Nous sommes capables de gérer de front notre vie privée, la famille et les enfants – ce que j’appelle la charge mentale - et le côté professionnel. Je pense que c’est quelque chose qui est encore très féminin. 

En tant que femme, comment se passent vos relations avec vos actionnaires chinois ?
Très bien. Le président du board est un homme, mais beaucoup de postes de haut niveau sont occupés par des femmes. Il n’est pas choquant pour eux d’avoir une femme directrice. Je ne ressens aucune différence entre la culture d’entreprise en Chine par rapport aux femmes et la nôtre.

On dit, et on entend souvent dire, que l’horlogerie est un monde d’hommes.
L’industrie compte en effet beaucoup plus d’horlogers hommes que d’horlogères. On le voit très clairement à l’école d’horlogerie, par exemple. Un certain nombre d’horlogers sont sortis du lot et se sont fait connaître en créant des pièces assez exceptionnelles. Le jour où une horlogère parviendra à montrer ses talents, les choses seront un peu différentes. Dans ce domaine également subsiste aussi encore un bastion. De plus en plus de femmes apprécient les belles montres, mais pas au point de s’intéresser au côté mécanique de l’horlogerie. Et pourtant il y en a quand même. Il y a aussi d’excellentes horlogères capables de créer leurs propres montres, mais qui restent dans l’ombre et n’osent peut-être pas se lancer. Dans l’industrie horlogère, on retrouve davantage les femmes dans le design. C’est d’ailleurs le cas chez Emile Chouriet où la direction artistique est assurée par Sophie Depéry. Une femme est donc à la base de tous les dessins et je pense que cela a insufflé ce côté assez féminin aux montres. 

Quelle est votre montre préférée dans la collection Emile Chouriet ?
Sans hésitation, la Mr Right. En raison de l’histoire qu’elle raconte, celle d’une femme indépendante qui gère sa vie privée autant que professionnelle. De par son caractère, c’est cette montre qui me correspond le mieux. Mais j’aime aussi beaucoup les Lac Léman, principalement les calibres homme. Comparé à nos concurrents, nous avons la chance de disposer d’une collection féminine très développée. Notre premier mouvement interne est un calibre femme et même nos montres masculines présentent un côté androgyne et peuvent être portées par les femmes.

Melinda Alessi, directrice de site

Les quatre modèles Mr Right © Emile Chouriet

La marque

Tel un gène, la maison s’attache à conserver et à perpétuer les valeurs d’Emile Chouriet. Depuis toujours, l’élégance est associée à l'héritage du savoir-faire horloger genevois.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi