X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Cartier

Rechercher dans :
A L’Emeraude - Kari Voutilainen et A l’Emeraude

A L’Emeraude Kari Voutilainen et A l’Emeraude

Le magasin familial situé à Lausanne est fier de figurer parmi les rares à détenir les montres exceptionnelles de Kari Voutilainen.

Kari Voutilainen est né en Finlande en 1962. Il savait déjà à l’âge de 10 ans qu’il voulait travailler de ses mains et être indépendant. Après avoir fréquenté une école d’horlogerie en Finlande (la seule au monde propriété privée de l’association horlogère nationale), il a travaillé dans le service après-vente en Laponie. Après avoir suivi deux cours à l’école d’horlogerie suisse WOSTEP, il s’est installé en Suisse pour travailler chez Parmigiani Fleurier sur des projets de restauration et de marque privée. C’est pendant ses dix ans à Fleurier qu’un collègue a suggéré à Voutilainen de fabriquer sa propre montre, un projet dans lequel il s’est finalement embarqué après une période d’enseignement de trois ans.

Il a présenté ses premières montres à Baselworld en 2005 et elles ont été bien accueillies, avec des commandes immédiates ainsi que des requêtes pour un modèle plus simple. Seulement deux ans plus tard, la popularité de la marque Kari Voutilainen était bien établie et la demande était forte. Mais afin de maintenir son indépendance, Voutilainen a décidé de ne pas accepter les grosses commandes. « À Baselworld 2007, j’ai refusé tous les clients sauf trois », dit-il.

Kari Voutilainen et A l’Emeraude

Derek Cremers, CEO de A L'Emeraude, et Kari Voutilainen

Depuis lors, la société s’est renforcée et emploie maintenant 24 personnes. Grâce à des réinvestissements constants, Kari Voutilainen a été en mesure de présenter son propre calibre en 2008 et est aujourd’hui presque entièrement autonome, s’appuyant sur des fournisseurs extérieurs uniquement pour le spiral et le tambour du barillet. Il produit ses propres boîtiers au Noirmont, les composants du mouvement et les cadrans à l’ancienne usine Comblemine à St-Sulpice, non loin de la grande maison à Môtiers qui accueille les ateliers et le logement de Kari Voutilainen.

Kari Voutilainen et A l’Emeraude

Les avantages de l’indépendance l’emportent largement sur les désavantages mineurs, selon Kari Voutilainen. « En étant indépendant, je peux fixer mes propres objectifs. Je n’ai à dépendre de personne d’autre, ni à accepter les standards de qualité de quiconque d’autre. Cela signifie que je n’ai pas besoin d’avoir de gros stocks, même si j’ai des coûts fixes relativement élevés, comme les salaires. Mais mon indépendance a permis de maintenir la stabilité de la société sur le long terme. »

Kari Voutilainen et A l’Emeraude

À part ses activités comme fournisseur de l’industrie, avec la production de composants de mouvements et de cadrans, Kari Voutilainen fabrique uniquement 40 montres par année. Les relations avec les partenaires de vente sont par conséquent très importantes, car il attend la même passion de leur part que celle qu’il met dans son propre travail. « On voit assez vite si la passion est pour la montre ou pour le compte en banque », explique-t-il. « Certaines personnes ne regardent même pas la montre et ne s’intéressent qu’à la marge que je suis disposé à leur offrir. »

Kari Voutilainen a même refusé certaines commandes de clients directs, lorsqu’il a senti que cette passion était inexistante. « Je mets beaucoup d’énergie dans mon travail », nous rappelle-t-il. Il est normal que les quelques montres qu’il produit chaque année se retrouvent entre de bonnes mains. Sans surprise, il prend très au sérieux ses relations avec les détaillants pour les mêmes raisons. « C’est formidable de travailler avec A L’Emeraude, et pas seulement en raison de la proximité géographique », dit-il. « Ils partagent la même passion que moi pour la haute horlogerie, ce qui est très important, car ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront transmettre la passion que je mets dans mon travail et expliquer mes montres de manière adéquate aux connaisseurs que sont leurs clients. Comme moi, ils ont également une approche à long terme, ce qui explique le succès de nos relations de travail. »

Kari Voutilainen et A l’Emeraude

Pour Derek Cremers, CEO de A L’Emeraude, ses relations étroites avec Kari Voutilainen conviennent parfaitement à la vision à long terme de la boutique. « Nous savions depuis le début, lorsque notre famille a acheté le magasin, que nous voulions vendre des montres et des bijoux haut de gamme. Mais les liens humains et personnels que nous entretenons avec chacune des marques avec lesquelles nous avons la chance de travailler sont également très importants pour la vision à long terme qui est la nôtre. Nous savons que si nous demandons à Kari de faire quelque chose pour nous, il nous écoutera attentivement et parviendra toujours à le faire. Nous avons réalisé quelques projets en association avec lui, qui ont pris quelques années, notamment une répétition minutes, des pièces uniques et un modèle à tourbillon de 37 mm. Les clients qui découvrent Voutilainen et achètent ce genre de garde-temps sont disposés à être patients. D’autres qui possèdent déjà des montres Voutilainen savent ce qu’elles impliquent. »

Vous aimerez aussi