X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Bovet 1822

Rechercher dans :
Dubai Watch Week
Édito - Les ingrédients du succès

Édito Les ingrédients du succès

La recette de la Dubai Watch Week est parfaitement maîtrisée.

A l’heure de rédiger cet édito au deuxième jour de la Dubai Watch Week, il est encore trop tôt pour en tirer le bilan définitif car elle s’est achevée dimanche soir, mais force est de constater que les ingrédients du succès figurent à la carte. Dans cette recette que peu d’organisateurs de salons maîtrisent parfaitement d’une édition sur l’autre, le lieu compte autant que la date, mais également de qui s’entoure l’initiateur et plus encore quel contenu il décide de servir, en vue de quelle audience. Hind et Mohammed Seddiqi (interview à suivre) l’ont souligné en ouverture du salon, l’ambition vise à éduquer le public et à partager la passion et les valeurs de l’horlogerie.

Commençons par l’ingrédient principal, le contenu horloger. Avec une cinquantaine de personnalités de l’industrie, plus de trente marques qui exposent, un amphithéâtre animé par une quinzaine de forums horlogers, un espace hub créatif propice à l’interaction, des ateliers horlogers et deux espaces d’exposition thématique monomarque (Chopard pour sa nouvelle collection Alpine Eagle et Rolex pour une collection vintage privée et sa Submariner), les amoureux d’horlogerie n’ont que l’embarras du choix. D’autant que la diversité des marques présentant leurs nouveautés comprend un large éventail de positionnements, depuis le luxe accessible et classique de Frédérique Constant jusqu’au très haut de gamme très typé de Jacob & Co., en passant par Bulgari et Ulysse Nardin, voire des nouvelles pépites telles que Trilobe. Les visiteurs y découvrent non seulement leurs collections courantes et peuvent en discuter avec les responsables de ces marques qui ont effectué spécialement le déplacement, mais également des premières mondiales (Armin Strom, de Bethune) ou des séries limitées conçues pour les Emirats Arabes Unis (par exemple l’Aviator de Breitling pour la compagnie aérienne Etihad) exposées au public pour la première fois, ainsi que des séries limitées en collaboration avec Seddiqi, en l’occurrence l’organisateur de la Dubai Watch Week et plus important détaillant de la région. Notre contributrice Roberta Naas reviendra dessus cette semaine et nous avons constitué un dossier DWW.

Les ingrédients du succès

© WorldTempus / Brice Lechevalier

Autour de la table

Forte de sa réputation, de son expérience et de sa force de frappe commerciale dans la région, la famille Seddiqi s’est par ailleurs entourée de partenaires clés pour assurer le succès de cette biennale (son retour en 2021 a été officiellement confirmé). Il s’agit d’un partenariat public-privé intégrant Dubai Culture et Dubai Tourism, mais également Christie’s et le Dubai International Financial Centre. Cela paraît essentiel de conjuguer les intérêts et d’exploiter les synergies de ces entités.

Ce qui nous mène au lieu et à la date de la Dubai Watch Week (ou de tout autre événement horloger d’envergure internationale). Cela semble évident mais n’a pas toujours été le cas, évitons les conflits d’intérêts de calendrier avec d’autres événements horlogers d’autres zones géographiques. Un lieu facilement accessible tel que le centre de Dubaï, au sein d’un quartier ouvert au public mais avec un profil tout de même pertinent pour une exposition de montres de luxe comme le Dubai International Financial Centre, constitue aussi un bon ingrédient. Surtout lorsque ce haut de lieu de la finance possède son propre écosystème de bars et restaurants (indispensables au réseautage en dehors des stands) et abrite également les plus grandes galeries d’art. A commencer par Christie’s, qui draine non seulement les collectionneurs de montres mais tend aussi des passerelles entre l’horlogerie et les amateurs d’art contemporain.

Les ingrédients du succès

© WorldTempus / Brice Lechevalier

Au-delà des clients finaux dont l’affluence reste parfois difficilement maîtrisable (d’autant plus lorsque les conditions météorologiques conduisent à fermer les écoles comme ce fut le cas à Dubaï la semaine passée !), la participation massive de la communauté horlogère permet également de mesurer le succès. Collectionneurs et journalistes en font partie (et notamment ceux de WorldTempus en première ligne), mais aussi les autres entités qui nourrissent les échanges tout le long de l’année et qui participaient officiellement à cette DWW : le GPHG avec ses montres lauréates, le Watch Photo Awards avec une exposition dédiée, Only Watch incarné par Luc Pettavino, Baselworld par la voix de son CEO Michel Loris-Melikoff sur un forum, ou encore Watchbox avec qui Seddiqi s’est associé pour la vente de montres d’occasion certifiées. Le menu était copieux et harmonieux, le service à la hauteur, nous recommandons vivement et nous reviendrons.

Les ingrédients du succès

Coffret de séries limitées Seddiqi © WorldTempus / Brice Lechevalier

Vous aimerez aussi