×

Cette recherche est sponsorisée par Scatola del Tempo

Rechercher dans :
Dubai Watch Week - Parler, toucher et faire connaître les montres

Dubai Watch Week Parler, toucher et faire connaître les montres

La Dubai Watch Week a une fois de plus été à la hauteur de sa réputation d’excellent outil de sensibilisation à l’industrie horlogère suisse et à ses traditions.

En seulement trois ans, la Dubai Watch Week s’est imposée comme un événement incontournable de la communauté horlogère où détaillants, presse, marques, collectionneurs et curieux se mélangent. Les organisateurs Ahmed Seddiqi & Sons, sous le patronage de Son Altesse Sheikha Latifa Bint Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, vice-présidente de la Dubai Culture & Arts Authority, ont fait franchir une nouvelle étape à l’événement cette année en occupant tout l’espace de la zone d’accès de Gate Avenue au sein du Dubai International Financial Centre avec neuf chapiteaux spécialement construits pour l’occasion abritant marques, expositions, pôles créatifs et forums.

Comme la première vocation de la Dubai Watch Week est didactique, les forums horlogers ont capté une grande attention cette année. Dans un lieu très amélioré de style théâtre pouvant accueillir 150 personnes, dont 100 assises, les visiteurs ont pu à la fois écouter et interagir avec des personnalités de l’industrie sur des sujets comme le service après-vente, la personnalisation des montres et le commerce électronique. J’ai participé à presque tous les forums et la salle était comble dès le début des discussions. J’espère que cela a été aussi gratifiant pour le public que ça l’a été pour moi de prendre part au débat sur les contrefaçons avec Mohammed Seddiqi et James Lamdin, fondateur d’AnalogShift. C’était aussi un signe positif de voir autant de jeunes gens dans le public qui avaient sacrifié une partie de leur week-end pour en savoir plus sur la haute horlogerie.

Horology Forum

De gauche à droite: James Lamdin, Mohammed Seddiqi, Suzanne Wong, Paul O'Neil

La maison de ventes aux enchères Christie’s était fortement présente à la Dubai Watch Week et a grandement contribué à informer les visiteurs, jeunes et moins jeunes. Il est rare lors d’un événement horloger haut de gamme de voir de jeunes enfants être initiés au monde des enchères de façon ludique. La plupart d’entre eux ne savaient pas à quoi s’attendre, mais lorsqu’il s’est agi de choisir des gens pour prendre des photos et écrire pour le catalogue, les volontaires n’ont pas manqué, même pour une tâche aussi intimidante que l’estimation des objets qui allaient être mis aux enchères. Les adultes ont aussi eu l’occasion de mieux comprendre le monde des enchères grâce à la présence de Rémy Julia, chef du département horlogerie pour le Moyen-Orient, l’Inde et l’Afrique chez Christie’s, et John Reardon, qui a captivé l’audience avec une introduction en deux parties sur la façon de collectionner des montres Patek Philippe. Christie’s a même fait venir le légendaire sculpteur de boîtiers Jean-Pierre Hagmann pour qu’il explique ses exceptionnels talents.

La Fondation de la Haute Horlogerie (FHH) s’est aussi beaucoup impliquée lors de la Dubai Watch Week, notamment avec trois expériences immersives de réalité virtuelle qui permettaient aux visiteurs d’éprouver par eux-mêmes l’importance de la mesure du temps à travers les âges. J’ai pu effectuer un voyage en train virtuel à travers l’Angleterre lors duquel je devais m’assurer que mon train arrivait à l’heure, mais pas trop tôt, pour éviter une collision avec un train venant en sens inverse sur une voie unique. Sans une montre de poche Universal Genève virtuelle dans le cockpit, cela aurait évidemment été impossible.

La FHH a aussi organisé l’exposition « L’Eloge de l’heure », qui a été inaugurée au MUDAC à Lausanne il y a deux ans, ainsi qu’un test sur les connaissances horlogères, effectué contre la montre (évidemment !) sur iPad.

Une fois encore les pôles créatifs, organisés dans un cube en verre éthéré qui semblait flotter sur un petit étang, ont permis aux marques de s’exprimer plus librement et de lancer quelques nouveaux produits [lire article séparé]. Au niveau pédagogique, l’un des événements les plus plaisants dans cet endroit unique a été la session « Watch Etiquette » présenté par Ahmed Seddiqi & Sons. Ceux qui ont pu assister à la séance matinale du dimanche ont appris ce qu’il faut faire et ne pas faire lorsque l’on porte une montre de luxe et ont eu le rare privilège d’entrevoir une partie de la collection personnelle de Mohammed Seddiqi.

Plusieurs « master classes » ont permis à des membres du public d’expérimenter en direct les défis que représente l’assemblage d’une montre, la gravure d’un boîtier, la peinture miniature et l'émaillage d'un cadran avec l’aide d’experts renommés dans chacun de ces domaines. Ceux qui souhaitaient admirer certains des exemples les plus merveilleux de l’art de l’horlogerie pouvaient le faire dans une salle obscure où les lauréats du Grand Prix d’Horlogerie de Genève 2017 étaient présentés.

Parler, toucher et faire connaître les montres

Watchmaking masterclass

Prochaine destination ?

Nous ne verrons probablement pas de Dubai Watch Week avant 2020, lorsque le pays accueillera l’Exposition universelle. Mais cela ne signifie pas que les amateurs de montres rateront quoi que ce soit. Bien au contraire, en fait. Pour continuer à partager leur passion pour la haute horlogerie, les organisateurs prévoient de faire voyager le concept et de contribuer à mettre l’art de la haute horlogerie à la portée des amoureux des montres dans des contrées encore plus lointaines.

Vous aimerez aussi