×

Cette recherche est sponsorisée par HYT

Rechercher dans :
Chronométrie - L'Observatoire de Besançon

Chronométrie L'Observatoire de Besançon

Les dix-huit montres inscrites au Concours International de Chronométrie, organisé par le Musée d'Horlogerie du Locle, ont fait une première halte à l'Observatoire de Besançon. Plongée dans les coulisses de ce qui fut l'un des plus importants pôles chronométriques d'Europe.

Gold'Or - Avril  2011

Fabrice Eschmann



Le local est exigu, les instruments de mesures succincts. Dans un coin, à l'abri des regards, un coffre imposant renferme une valise en plastique. Sur ses flancs, de petites inscriptions indiquent l'orientation des montres : 3H, 6H, 9H, 12H. « Il faudra que je la remette dans la même position », lance François Meyer, responsable du service Temps Fréquence de l'Observatoire de Besançon. A l'intérieur, les dix-huit pièces du 2e Concours International de Chronométrie, engoncées dans un tapis de mousse, passent leur premier test. Arrivées il y a quelques jours, elles partiront ensuite pour le bureau biennois du COSC, puis pour la HE-Arc du Locle – où elles seront exposées à des chocs et des champs magnétiques – pour enfin revenir à Bienne pour un dernier test. Les résultats seront proclamés le 20 octobre 2011 au Musée des Monts au Locle, organisateur du concours.
 

Chronométrie_330958_0


La relative simplicité du dispositif de tests de régularité des montres – un microscope équipé d'un capteur optique, relié aux horloges atomiques du service Temps Fréquence – témoigne d'une activité peu importante. Abandonnées pendant plus de 30 ans, les activités chronométriques de l'Observatoire n'ont en effet repris qu'en 2008, à la demande d'horlogers locaux. Kari Voutilainen, horloger indépendant du Val-de-Travers, fut le premier à voir à nouveau le célèbre Poinçon à tête de vipère apposé sur l'une de ses montres.

 
Un hommage

« Si nous avons inclus l'Observatoire de Besançon parmi les organes de tests du concours, c'est aussi en hommage au rôle important qu'a joué l'industrie horlogère française dans la chronométrie », souligne Claude-Henri Chabloz, président du comité d'organisation. Et de fait : en 1885, lorsque l'Observatoire ouvre ses portes, la Franche-Comté concentre 80% de la production d'horlogerie française et sa capitale détient un quasi monopole sur la fabrication des montres et chronomètres. Les trois volets du service chronométrique – l'observation des étoiles pour déterminer l'heure, la transmission de cette heure aux horlogers et le service de contrôle des montres – connaissent rapidement un grand succès. Le 31 décembre 1886, 195 montres ont déjà été déposées – dont deux chronomètres de marine – et des bulletins ont été délivrés pour 123 d'entre elles.

Chronométrie_330958_1



La pièce maîtresse de l'Observatoire est alors un cercle méridien. Destiné à l'astrométrie – science de la position des astres – il combine une lunette et un cercle gradué positionnés précisément dans un plan vertical nord-sud. Combinée à une horloge de précision, la lunette permet de déterminer l'instant exact du passage d'un astre dans ce plan. Le cercle gradué, quant à lui, indique la hauteur au-dessus de l'horizon de l'astre observé. Ces deux valeurs permettent de calculer sa position dans la voûte céleste. A l'inverse, l'observation du passage au méridien d'un astre dont on connait déjà la position permet d'obtenir la « correction d'horloge », donc de « fabriquer » le temps.

Chronométrie_330958_2



 
Promouvoir la tradition

Le Concours International de Chronométrie a l'ambition affichée de perpétuer la tradition des concours d'observatoires qui ont vu le jour au XIXe siècle. La Suisse n'en comptant plus, l'Observatoire de Besançon est apparu comme le partenaire idéal pour donner à la manifestation le petit côté culturel qui lui aurait manqué. Depuis 2008, il a remis quelque 300 bulletins de marche par année.

 

_______________________________________________

 

Chronométrie_330958_3

 

 

Liste des candidats


Catégorie Entreprise, mouvement classique

Artisan d'Horlogerie d'Art Voutilainen, modèle Voutilainen Cal. 28
Chopard & Cie, modèle Chopard L.U.C 1937
MHVJ, modèle MHVJ Chrono T1000
Mido S.A. (Swatch Group), modèle Mido Baroncelli Gent Chronometer
Montres Journe S.A., modèle Chronomètre Souverain
Technotime S.A., modèle Technotime
Tissot S.A. (Swatch Group), modèle Tissot Le Locle


Catégorie Entreprise, mouvement tourbillon

Chopard Manufacture S.A., modèle Chopard L.U.C Tourbillon Tech Twist All Black
Frédérique Constant S.A., modèle Frédérique Constant Tourbillon
Greubel Forsey S.A., modèle Greubel Forsey Double Tourbillon Technique
Les Ateliers L.Leroy SAS, modèle Osmior Regulateur Automatique
MHVJ, modèle MHVJ Chrono T1500
Montres Journe S.A., modèle Tourbillon Souverain
Technotime S.A., modèle Technotime Tourbillon


Catégorie Ecole, mouvement école ETA 6498

Marlène Clément, Bois d'Amont (F), ETVJ - Le Sentier
Micail Jair da Silva Moreira, Le Locle (CH), CIFOM - Le Locle
Geoffroy Meylan, La Sarraz (CH), ETVJ - Le Sentier
Derek Hadfield, Columbia (USA), NAWCC - Columbia
 

 

BIPH

 

Chronométrie_330958_4