×

Cette recherche est sponsorisée par Schwarz Etienne

Rechercher dans :

Pendule nocturne

La fin du XVIIe siècle vit l'apparition des pendules " nocturnes ". Elles furent mises au point, à Rome, par les frères Matteo, Pietro Tommaso et Giuseppe Campani, pour le pape Alexandre VII. Elles remplacèrent progressivement les horloges " lanternes ", domaine où excellait entre autre, vers 1650-60, Camerini à Turin. Les pendules " nocturnes ", chefs-d'œuvre richement décorés, étaient de véritables petits autels baroques souvent équipés d'échappements silencieux, d'où leur nom de Orologi della Morte. Elles permettaient la lecture de l'heure dans l'obscurité grâce à une bougie placée à l'intérieur de la pendule. Un disque ajouré des heures et de ses fractions tournait à la place des aiguilles, indiquant le temps par transparence. On alla même jusqu'à imaginer un système de projection des heures sur un mur. Outre celles réalisées par les Campani, citons aussi les pendules " nocturnes " de Giovan Pietro Callin de Gênes et de Ludovico Manelli de Bologne.