×

Cette recherche est sponsorisée par Louis Vuitton

Rechercher dans :

Calendrier républicain

Le calendrier républicain fut institué par la Convention nationale le 24 octobre 1793, pendant la Révolution française, en remplacement du calendrier grégorien. Tout comme le système métrique, le calendrier républicain visait à réformer la société jusque dans ses références au temps et à l'espace. Contre la superstition et le fanatisme, le dimanche, les saints, les fêtes chrétiennes étaient abolis au nom de la Raison, la science, la nature, la poésie, l'idéologie et l'utopie. Ce calendrier fut utilisé en France de 1793 à 1806.L'année commence à l'équinoxe d'automne (22 ou 23 septembre). Elle est divisée en douze mois de trente jours, eux-mêmes subdivisés en trois périodes de dix jours, les décades. Le nom des jours correspondait à leur chiffre dans l'ordre de numérotation : primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi, décadi. Le dernier jour de chaque décade correspondait à un jour de repos. Les cinq ou six jours «complémentaires» qui restaient à la fin de l'année (du 17 au 21 septembre environ) étaient consacrés à la célébration des fêtes républicaines. La première année du nouveau système fut appelée an I, la seconde an II, etc.Trois mois furent attribués à chaque saison; les mois d'automne se nommaient vendémiaire («mois des Vendanges»), brumaire («mois des Brumes») et frimaire («mois des Frimas»); les mois d'hiver, nivôse («mois des Neiges»), pluviôse («mois des Pluies») et ventôse («mois des Vents»); les mois de printemps, germinal («mois de la Germination»), floréal («mois des Fleurs») et prairial («mois des Prairies»); et les mois d'été, messidor («mois des Moissons»), thermidor («mois de la Chaleur et des Bains») et fructidor («mois des Fruits»). Le calendrier républicain fut aboli par Napoléon le 1er janvier 1806.Le calendrier révolutionnaire a été instauré en plusieurs étapes :Le 22 septembre 1792, la convention décrète après avoir aboli la monarchie que ce jour ouvre l'an I de la république et que tous les actes devront être ainsi datés. Il est a noter que cette date correspond exactement à l'équinoxe d'automne. La convention décrète le 2 janvier 1793 que l'an II de la république commence le 1° janvier Le 5 octobre 1793, il est décidé que les années seront comptées à partir du 22 septembre. Ce décret est rétroactif pour la période du 1° janvier au 21 septembre 1793. Ce décret instaure le calendrier révolutionnaire. Une commission composée de Fabre d'Eglantine, David, Chenier et Romme est chargée le 18 octobre de préparer ce nouveau calendrier. Ce calendrier est adopté le 3 brumaire an II (24 octobre) et promulgué le 4 frimaire (24 novembre). L'année commence le jour du solstice d'automne (entre le 22 et le 24 septembre) et comporte douze mois de trente jours. Les jours nécessaires (5 ou 6) pour atteindre le solstice d'automne sont appelés jours complémentaires.Le noms des mois ont étés choisis par Fabre d'Eglantine et représentent les saisons :aire pour l'automne (Vendémiaire, Brumaire, Frimaire). ôse pour l'hiver (Nivôse, Pluviôse, Ventôse). al pour le printemps (Germinal, Floréal, Prairial). idor pour l'été (Messidor, Thermidor (Fervidor à l'origine), Fructidor). Chaque mois est découpé en trois décades de dix jours nommés :Primidi (ou primdi, primedi) Duodi Tridi Quartidi Quintidi Sextidi Septidi Octidi Nonidi Decadi Les jours complémentaires se sont appelés sans-culottides puis (7 fructidor III):Fête de la Vertu Fête de Génie Fête du Travail Fête de l'Opinion Fête des Récompenses Ce calendrier sera pratiquement abandonné sauf pour les documents officiels dès la fin de la révolution. Le calendrier grégorien reprendra sa place le 1° janvier 1806. Seule la Commune en 1871, l'utilisera pour dater quelques actes (an 79).Difficultés de conversion.Le principe de ce calendrier est très simple mais certaines tables de correspondances ou programmes de généalogie proposent des dates avec un ou deux jours de décalage.Confusions possibles :L'année ne commence pas le 22 septembre (date anniversaire de la république) mais le jour du solstice d'automne (22 à 24). L'année 1800 (an VIII) n'est pas bissextile car divisible par 100 mais pas par 400.