×

Cette recherche est sponsorisée par Hublot

Rechercher dans :

Calendrier julien

Avec l'intention de mettre un terme aux abus de pouvoir des politiciens, Jules César manda un astronome grec du nom de Sosigènes d'Alexandrie, afin d'étudier avec les possibilités de réformer le calendrier. C'est ainsi que naquit le "calendrier julien", ancêtre de notre calendrier contemporain.César commença d'abord par ajouter à l'année courante, 708 de Rome (46 av. J.-C.), en plus du mois de 23 jours qui devait être intercalé cette année-là, 2 autres mois, entre November et December, l'un de 33 jours, et l'autre de 34 jours, afin de regagner le retard. Il en résulta une année de 455 jours, qui fut d'ailleurs connue sous le nom d'"Année de la confusion".Toujours d'après les conseils de Sosigènes, César décréta que l'année, principalement réglée sur le cours du soleil, aurait 365 jours, et que, comme il restait un excédent évalué à 6 heures (ce qui donnait 24 heures en 4 ans) on ajouterait, chaque quatrième année, 1 jours de plus. Placé après le 24 février, qui se nommait dans le calendrier romain sexto ante calendas martii, ce jour fut nommé bi sexto ante calendas martii, ce qui lui fit donner le nom qu'il porte encore aujourd'hui, de jour bissextil, et à l'année qui le contient, celui d'année bissextile. On répartit les 10 jours de la nouvelle année sur les mois, qui eurent alors 30 ou 31 jours alternativement, sauf février qui, de 30 les années bissextiles, n'en eu que 29 les années ordinaires.Cette réforme ayant été opérée par Jules César, il fut décidé en l'an 716 de Rome (38 av. J.-C.), sur proposition d'Antoine, alors consul avec César, de renommer Julius le mois Quintilis. La réforme prit elle-même le nom de "Réforme julienne", et le calendrier issu d'elle celui de "Calendrier julien".Cette réforme fut d'abord mal appliquée. Les pontifes intercalèrent une année bissextile, non pas tous les quatre, mais tous les 3 ans. Au bout de 36 ans, on avait intercalé 12 années bissextiles là où il n'en fallait que 9. Heureusement, on s'en aperçut, et Auguste, qui régnait alors, ordonna que pendant douze ans on ne fît aucune année bissextile, et ainsi la réforme julienne reprit sa justesse.En récompense de ce service, le Sénat romain décréta, en l'an 746 de Rome (8 av. J.-C.) qu'il serait donné au mois Sextilis le nom d'Augustus, de même qu'il avait été fait pour Jules César. On persuada également Auguste que, n'étant en rien inférieur à César, son mois devait avoir autant de jours que le sien; on enleva donc un jour à Februarius pour l'ajouter à Augustus qui en compta dès lors 31. Puis, pour éviter une suite de trois mois de 31 jours, on donna le trente et unième de septembre à octobre, et on fit de même pour novembre et décembre.Le nombre de jours des mois, ainsi que leurs noms, n'ayant pas changé depuis lors, ils sont arrivés à nous tels qu'ils étaient à la fin du règne de l'empereur Auguste !Les mois, par contre, n'étaient pas divisés de la même façon : les jours étaient répartis dans le mois en trois parties inégales : des Calendes aux Nones, des Nones aux Ides, et des Ides à la fin du mois. Cette division remonte à l'époque très ancienne où les habitants du Latium comptaient le temps par lunes. Le premier jour du mois, correspondant à la Nouvelle lune, portait le nom de Calendes.Contrairement à aujourd'hui, les jours n'étaient pas comptés en les ajoutant les uns aux autres, mais en décomptant, des calendes aux nones, des nones aux ides, et des ides aux calendes suivantes, 5è, 4è, 3è avant les nones, ou avant les ides, ou avant les calendes.Ce mode de calcul persista jusqu'au moyen âge; jusqu'au XVIè siècle, on trouve des actes publics écrits en latin et datés à la romaine.De même, les années étaient comptées à partir de la fondation de Rome, 753 avant Jésus-Christ.