×

Cette recherche est sponsorisée par Emile Chouriet

Rechercher dans :

Calendrier gaulois

Le seul calendrier gaulois dont on ait connaissance date du I° siècle av JC et a été trouvé en 1897 dans un champ aux environs de Coligny (Ain). Il est exposé au Musée Gallo romain de Lyon (colline de Fourvière). Ce calendrier est la plus longue inscription en langue gauloise qui nous soit parvenue. Gravé dans une plaque de bronze d'environ 1.5 m x 0.90 m, il n'est malheureusement pas complet mais les fragments permettent de le définir.La plaque se compose d'un ensemble de mois, tous dénommés selon leurs noms gaulois, et répartis en cinq années. L'unité de base du calendrier gaulois est le " nycthémère ", c'est à dire une nuit suivie d'une journée. Cette unité se disait " latis " (au pluriel " lates "). Le changement de date avait lieu au coucher du soleil, et non à minuit comme dans le calendrier grégorien. Les lates ne portaient pas de nom propre mais il est quasi-certain qu'ils étaient nommés par adjectifs numériques ordinaux : Cintuxos, Alios, Tritios, Petuarios, Pempatos, Suextos, Sextamos, Oxtumetos, Noumetos, Decametos, Oinodecametos, Uodecametos, Tridecametos, Petrudecametos et Pempedecametos. Les lates sont regroupés en demi-mois de 15 ou 14 lates. Une moitié à la lune décroissante (de la pleine lune à la nouvelle lune) et une moitié à la lune montante. Puisque la nouvelle lune est invisible à son exact moment astronomique, le premier demi-mois lunaire comprend toujours 15 lates. L'échéance de la nouvelle lune était dite " Atenoux ", par abréviation d'atenouxtio (renouvellement) car le comptage des dates de la seconde moitié allait recommencer. Ainsi, le 16 du mois était daté I Atenoux et le 29 XIIII Atenoux. Les mois lunaires ont une durée de 29 ou 30 lates, afin de tenir compte de la durée moyenne astronomique de la lunaison, soit 29,53058 jours. Les mois contenant un nombre pair de lates sont notés MAT (abréviation de matos, complet) et les mois impairs ANM (abréviation de anmatos, défectueux). Les mois commencent théoriquement au soir du lever de la Pleine lune (du moins par pleine lune, à moins d'une journée près de son moment astronomique maximum observable).