×

Cette recherche est sponsorisée par Maurice Lacroix

Rechercher dans :

Calendrier chrétien

"Maîtres du monde" à l'époque, les Romains répandirent le calendrier julien dans les provinces soumises à leur domination : Grèce, Égypte, Espagne, Gaules. Il continua d'y être en usage même après la chute de l'empire, et fut adopté par l'Église chrétienne, pour enfin devenir la base du calendrier des États de l'Europe.Graduellement, s'introduisit l'usage de compter les jours du mois avec des chiffres arabes, de 1 à 30 ou 31, comme nous le faisons aujourd'hui.Les lettres nondinales furent aussi abandonnées dès la fin du 1er siècle et remplacées par l'usage des lettres dominicales et de la semaine de 7 jours, déjà pratiquée par les Juifs. Mais les noms planétaires, qui s'implantèrent facilement dans les habitudes populaires, ne furent pas acceptés par l'Église. Celle-ci désigna les jours par les noms de dies dominica (dimanche) et feria prima, secunda, tertia, quarta, quinta, sexta et sabbato. En même tems, le jours de repos (ancien sabbat) fut transféré au dimanche, à cause de la résurrection arrivée en ce jour. Les noms populaires, les mêmes que ceux des sept planètes connues de Chaldéo-Assyriens, se retrouvent aujourd'hui, à part quelques exceptions, dans presque toutes les langues d'Europe.Seuls les anglais et les allemands ont conservé le "solis dies" pour le dimanche.La manière romaine de compter les années fut, elle aussi, abandonnée. L'ère actuelle, proposée en 527 par le moine Denys le Petit, est devenue d'un usage général en Europe. La première année de cette ère coïncide avec la 753è après la fondation de Rome. Denys la faisait commencer au 25 mars; dans beaucoup de pays, on préféra le 25 décembre; ces deux dates furent remplacées par le 1er janvier qui devint le premier de l'année civile.