×

Cette recherche est sponsorisée par Hublot

Rechercher dans :

Olivier Müller

Olivier Müller

Paradoxalement, passion horlogère et réflexion sur le temps sont difficilement compatibles. La passion se moque du temps : la plongée dans un livre, dans une interview, la déconstruction d’un mouvement endommagé, sont des tâches qui exigent d’être libéré du temps pour y consacrer la totalité de son esprit.

Je suis journaliste, spécialisé dans l'horlogerie. En parallèle, j’ai servi pendant 15 années dans le conseil en communication. Sur ces deux acquis, j’ai fondé Delos Communications en 2008, agence 100% dédiée à l’horlogerie, spécialisée dans la production de contenus (texte, photo, vidéo) et le conseil media (presse, social media management). L’agence comporte aujourd’hui cinq collaborateurs et travaille avec les principaux magazines européens et de nombreuses marques horlogères.

Volontiers collectionneur, auto-formé sur les ouvrages de Georges Daniels, viscéralement attaché à la beauté technique du mouvement, je m’emploie à replacer chaque pièce dans son contexte : historique, esthétique, humain, économique, géographique. Après tout, une montre ne fait que refléter son temps, son concepteur et son histoire !

Paradoxalement, passion horlogère et réflexion sur le temps sont difficilement compatibles. La passion se moque du temps : la plongée dans un livre, dans une interview, la déconstruction d’un mouvement endommagé, sont des tâches qui exigent d’être libéré du temps pour y consacrer la totalité de son esprit.

La montre, dans tout cela ? On ne peut qu’adhérer au propos de Jean-Claude Biver : « Qu’une montre donne l’heure, c’est le cadet de mes soucis ! ». Dépourvue de cette contingence, une montre révèle sa beauté, sa puissance, sa finesse. La H8 de Beat Haldimann est ainsi une sorte de sublime quintessence de l’art horloger.

Ma philosophie de vie, je l’emprunte volontiers à un certain Bruce Springsteen, la bande-son de mes premiers articles : « Stay young, stay hungry, stay alive ». En somme, rester humble, rester curieux et passionné.

La Montre, par Georges Daniels : parce que la somme théorique ici compilée a probablement de quoi alimenter mes réflexions pour une centaine d’années.

La Conquête du temps, par Dominique Fléchon : parce qu’on ne demande pas à une bible horlogère pourquoi elle doit être lue – elle le doit, c’est ainsi !

Les rêveries du promeneur solitaire, par Jean-Jacques Rousseau : parce que cet ouvrage posthume, sublime, montre à quel point le philosophe suisse a su se détacher de toutes contingences…et même du temps.

Jaeger-LeCoultre Yearbook 6 : parce que bien qu’ouvrage de marque, cette édition du Yearbook m’a particulièrement impressionné par l’intelligence de son approche artistique, culturelle, la puissance de ses photographies – un exemple à suivre sur la forme comme sur le fond.

Masters of Contemporary Watchmaking, de Michael Clerizo : parce que la plume de M. Clerizo est d’une finesse inégalable, enlacée autour de sublimes photos, l’ensemble restituant toute l’humanité de ces horlogers de légende. Alors que la plupart des auteurs s’attache à écrire ce qui ne peut être pris en photo, Michael Clerizo, lui, donne ses photos à lire et ses textes à jouer comme une partition. A le lire, on entend les opéras que passent Philippe Dufour ou George Daniels dans leur atelier !

Site internet : http://www.delos-communications.com/

Email : welcome@delos-communications.com

Mobile : + 33 6 819 448 25

Téléphone : +41 79 956 43 53

Google + : https://plus.google.com/104920754672461038450

Twitter : http://www.twitter.com/delos_comm

Filtrer

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >