Depuis sa création en 1917, la montre Tank ne cesse de se multiplier et 2013 voit la naissance d’une version presque carrée, la plus masculine de toutes. Nommée Tank MC pour Manufacture Cartier, elle se décline en versions acier, or rose ou Haute Joaillerie munie du calibre 1904 MC, le premier mouvement automatique à avoir été développé par la manufacture, et en version Haute Horlogerie avec un boîtier en palladium et un mouvement manuel squeletté, le calibre 9211 MC.

 

Des chiffres en guise de platine et de ponts

Lancé en 2009 parmi les premiers mouvements de manufacture Cartier, le calibre 9611 MC présente une architecture originale, parfaitement représentative du style de la maison. Les chiffres romains caractéristiques, que l’on retrouve sur nombre de cadrans, apparaissent au sein même du mouvement. Leur présence va au-delà du simple exercice de style. Ils forment la platine et les ponts auxquels sont suspendus les organes fonctionnels du calibre. Le fait d’intégrer un affichage dans la structure d’un mouvement fut une première qui a fait l’objet d’un dépôt de brevet. L’exclusivité est un modèle à remontage manuel doté de deux barillets pour assurer 72 heures de réserve de marche. On pourra admirer ses finitions main – ponts anglés, flancs satinés, faces étirées et roues cerclées – à travers les deux glaces saphir de la nouvelle Tank MC.

Avant d’animer la Tank MC, le calibre 911 MC a équipé une Santos 100 et une Santos Dumont. Les versions 9612 MC et 9614 MC, également présentées dans des Santos Dumont, se sont distinguées par la couleur anthracite ou or rose de leurs chiffres. Par ailleurs, le concept a été repris dans des mouvements de forme ronde à tourbillon volant, avec des chiffres romains pour les calibres 9453 MC et 9455 MC de la Rotonde et avec des chiffres arabes pour le calibre 9557 MC de la Pasha.
 

 

Montre Tank MC Squelette. Boîtier en palladium, 43,9 x 39,1 mm, fond saphir. Mouvement squelette à remontage manuel (calibre 9611 MC), 138 composants, 28'800 A/h, 72 heures de réserve de marche. © Cartier


Culture du mystère

Grande spécialité de Cartier, les heures mystérieuses font merveille, depuis plus de cent ans, dans une collection toujours renouvelée de pendulettes précieuses. Aujourd’hui, elles trouvent place dans une montre-bracelet Rotonde avec une conception totalement novatrice. Les aiguilles qui semblent flotter dans le vide, sans lien apparent avec le mouvement, sont entraînées par des disques en saphir qui tournent sur de fins pivots et non dans une gorge de guidage. Le système limite les frictions et la consommation d’énergie. Un rouage périphérique réalisé à l’aide de la technologie de haute précision DRIE (Deep Reactive Ion Etching), par croissance tridimensionnelle du métal, optimise l’inertie des disques de grand diamètre. Le calibre 9981 MC bénéficie d’une construction modulaire qui facilite l’assemblage final : le mouvement proprement dit, monté en forme de croissant sur la platine de base, et le module d’affichage, placé dans l’espace circulaire laissé libre, sont fabriqués séparément avant d’être réunis. Pour préserver le mystère, Cartier ne dévoile pas tout. Si on peut découvrir l’essentiel des composants à travers le fond saphir de la Rotonde Mystérieuse, la liaison entre le mouvement et le module reste invisible. Clin d’œil à Louis Cartier qui, en son temps, avait exigé que le fonctionnement des pendulettes mystérieuses reste secret et qu’il ne soit pas dévoilé aux vendeurs.
 

Montre Rotonde Mystérieuse Boîtier en or rose ou en or gris, 42 mm de diamètre, fond saphir. Cadran blanc guilloché, grille ajourée argentée soleillée avec chiffres romains décalqués. Mouvement mécanique à remontage manuel (calibre 9981 MC), affichage mystérieux des heures et minutes, 158 composants, 28'800 A/h, 48 heures de réserve de marche. © Cartier

 

Un double tourbillon qui paraît léviter

Parallèlement, le mystère enveloppe un double tourbillon logé dans le calibre 9454 MC. La magie est à son comble grâce à un disque en saphir tournant dans lequel on a découpé la forme du tourbillon. Non seulement la cage du tourbillon de type volant tourne sur elle-même en 1 minute, comme dans une construction classique, mais l’ensemble du dispositif fait le tour de l’espace qui lui est réservé en 5 minutes, et ce naturellement sans connexion apparente avec un quelconque rouage. On le dirait en lévitation. L’astuce : une crémaillère placée à la périphérie du plateau tournant en saphir le transforme en une roue dentée. Le choix d’une rotation en 5 minutes s’est imposé comme le meilleur pour limiter la consommation d’énergie. Il en aurait fallu 25 fois plus pour une rotation en 1 minute. Avec la montre Rotonde Double Tourbillon Mystérieux, Cartier témoigne une fois de plus de sa capacité à créer des mouvements signatures, reconnaissables au premier coup d’œil.

 

Montre Rotonde Double Tourbillon Mystérieux Boîtier en platine, 45 mm de diamètre, fond saphir. Cadran ardoise guilloché, grille ajourée argentée soleillée avec chiffres romains décalqués. Mouvement mécanique à remontage manuel (calibre 9454 MC), double tourbillon mystérieux, 242 composants, 21'600 A/h, 52 heures de réserve de marche, Poinçon de Genève. © Cartier