×

Cette recherche est sponsorisée par Bulgari

Rechercher dans :
RETAIL - Champs-Elysées à la reconquête des Chinois

RETAIL Champs-Elysées à la reconquête des Chinois

Boycott, tremblement de terre, JO... Les touristes chinois désertent Paris. Au grand dam des enseignes des Champs-Elysées, qui misent sur cette clientèle.

A LA GRANDE parfumerie des Champs-Elysées Sephora, ils sont devenus de meilleurs clients que les Américains et dévalisent régulièrement les rayons. Chez Louis Vuitton, ils débarquent par cars entiers et repartent au minimum chacun avec un petit portefeuille. Même chez le joailler Cartier, il sont les bienvenus.

Pour tenter de renouer avec les touristes chinois, qui ont déserté la capitale après la polémique sur le Tibet en mai dernier puis l'approche des JO (voir ci-dessous), le Comité des Champs-Elysées a organisé la semaine dernière une opération séduction. Quatre journalistes de grands magazines chinois ont été invités par l'association de commerçants - qui regroupe 95 % des enseignes de l'avenue - pour une journée « VIP ».

600 000 touristes en 2007

Car l'enjeu est de taille : quelque 600 000 touristes chinois sont venus visiter l'Hexagone en 2007, dépensant en moyenne par jour et par personne 247 €. Dont 82 % sur les Champs-Elysées et les grands magasins. « Ils consacrent une toute petite partie de leur budget à se loger et se nourrir, détaille Jean-François Zhou, responsable d'une agence qui organise des séjours à Paris pour des Chinois. Ils préfèrent le shopping ! »

Première étape de la « visite séduction » : la parfumerie Sephora, qui a enregistré une baisse de sa clientèle chinoise de « 40 à 50 % ces derniers mois ». « Nous voulons à tout prix les retrouver, insiste Afif Hadar, le directeur de ce magasin qui emploie une dizaine de salariés parlant couramment le mandarin. Avec la baisse du pouvoir d'achat des Américains et la crise économique au Japon, ils représentent pour nous le marché de l'avenir. » Manucure pour l'une, soin des cheveux pour une autre et grand sac de cadeaux pour toutes, les quatre journalistes - toutes des femmes - sont choyées. Direction Cartier, où une employée parlant le chinois attend le petit groupe. Elle ne les quittera plus. « La majorité du tourisme chinois n'est pas encore très haut de gamme, détaille une responsable de la joaillerie. Mais c'est un marché à séduire. » Le maroquinier Louis Vuitton, lui, les a déjà envoûtés. Cinquante vendeurs sur les 240 que compte l'enseigne des Champs parlent chinois.

Alors les journalistes, conquises ? « C'est une avenue superbe et très pratique pour faire du shopping », commente l'une d'elle, qui s'apprête à retourner faire quelques emplettes après le dîner-spectacle organisé au Lido. « Certains des magasins installés ici comme Sephora existent aussi en Chine mais les parfums y coûtent beaucoup plus cher, explique FuFu, qui travaille pour un magazine masculin de luxe. La France est donc parfaite pour faire des cadeaux. » Mais du boycott, de l'éventuel retour des touristes chinois en France, impossible de discuter. Les quatre journalistes affirment ne « jamais en avoir entendu parler ». Peu importe : le Comité des Champs poursuivra son opération séduction à Shanghai à l'automne.
RETAIL_320096_0
 RETAIL_320096_1
9 H 30. Première étape de la visite : un arrêt chez Sephora. (LP/C.N.)
RETAIL_320096_2
10 H 30. Suite des réjouissances avec un saut chez Cartier. 16 H 30 (LP/C.N.)
RETAIL_320096_3
16 H 30 Dans l'après-midi, Vuitton présente ses bagages. (LP/C.N.)
Violette Lazard

SOURCE : Le Parisien, 21 juillet 2008 (cliquez sur un des sacs Louis Vuitton ci-dessus)…

 

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

La marque

Audace et inventivité, l’histoire horlogère de la Maison Cartier est le reflet d’un état d’esprit unique : « le joaillier des rois et le roi des joailliers». Sa renommée est liée à la tradition d’excellence dont elle a hérité. Cartier fut précurseur dans l’utilisation du platine en joaillerie et l’un des pionniers de l’horlogerie.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >