L'Agefi - 11 décembre 2009

Bastien Buss
TAG Heuer_327122_0

Tiger Wood. DR



«La situation actuelle de Tiger est bien entendu délicate et embarrassante, avant tout pour lui même et ses proches. J'ai énormément de respect pour le champion, de compassion pour l'homme et de tristesse pour sa famille. Cela doit néanmoins rester dans la sphère privée et ne remet pas a ce stade en cause notre relation contractuelle, d'autant qu'il a reconnu publiquement via internet avoir manque à ses devoirs familiaux», a indiqué à L'Agefi Jean-Christophe Babin, CEO de la marque en mains du groupe LVMH.

Auparavant l'une des figures favorites des agences publicitaires, Tiger Woods n'est néanmoins plus en odeur de sainteté à la télévision américaine, où il s'est tout simplement volatilisé des écrans depuis les rumeurs sur ses déboires conjugaux après un mystérieux accident de voiture. Selon l'institut américain de mesure d'audience Nielsen, le sportif jadis omniprésent sur le petit écran, n'a pas été vu dans une publicité diffusée aux heures de grande écoute depuis un spot pour la marque de rasoir Gillette le 29 novembre. Tiger Woods bénéficiait jusqu'à présent d'une image impeccable, les sponsors ayant fait de lui le premier milliardaire du sport, cumulant quelque 110 millions de dollars de revenus annuels grâce à eux et aux gains empochés sur le green. Mais même si son capital image a fondu, ses parraineurs ne devraient pas totalement le lâcher tant qu'il restera au plus haut niveau sur les parcours de golf. Le géant des boissons Gatorade a récemment annulé son contrat avec le sportif, mais le groupe a précisé avoir pris sa décision avant l'irruption du scandale. Son principal sponsor, Nike, a assuré de son côté la semaine dernière soutenir le champion. Signe supplémentaire néanmoins de la dégradation de l'image du sportif, un parlementaire américain initiateur d'un projet de loi pour lui décerner la Médaille d'or du Congrès, l'une des plus hautes distinctions civile aux Etats-Unis, a annoncé qu'il ne donnerait pas suite à son action.