X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Reuge

Rechercher dans :
HYT - Vivre avec l'ennemi : HYT

HYT Vivre avec l'ennemi : HYT

Traditionnellement, les liquides -principalement l'eau- et l'horlogerie n'ont jamais été les meilleurs alliés, mais une marque très innovante a changé cette réalité : HYT.

Les principales menaces qui pèsent sur le bien-être d'un petit appareil micromécanique sont, par ordre d'importance, les impacts, le magnétisme, la poussière et l'eau. Les dispositifs d'absorption des chocs ont gagné en importance à mesure que la montre personnelle, qui restait dans les poches, s’est déplacée pour nous accompagner au poignet, avec une plus grande amplitude de mouvements et la possibilité d'être soumis à des chocs et vibrations inconnus, par opposition aux confins confortables de la poche latérale d'un gilet. Les systèmes de protection contre les chocs constituent un élément normal dans les montres-bracelets, certaines ayant une résistance inimaginable ; ce n'est donc plus un gros problème. Le magnétisme est un autre des grands ennemis d'un petit ensemble de minuscules pièces métalliques qui tentent de continuer à fonctionner en harmonie. Les différents métaux qui les composent ont des vulnérabilités différentes aux champs magnétiques. Heureusement, des alliages métalliques innovants et même l'utilisation de matériaux non ferreux comme le silicium ont permis aux montres d'être suffisamment résistantes au magnétisme ; même à notre époque, où nous avons des aimants partout, notamment sur les haut-parleurs, les ordinateurs et les téléphones portables.

Vivre avec l'ennemi : HYT

Flow © HYT

La poussière est très nocive et a d'ailleurs été l'un des premiers ennemis à être éradiqué de l'horlogerie, puisqu'une simple peluche ou un grain de poussière est capable de verrouiller une montre. En 1891, l'horloger suisse François Borgel a breveté un boîtier avec une fermeture à vis qui, bien que non étanche, laissait de côté une partie importante des poussières nocives. L'humidité et les liquides représentaient un défi plus difficile à relever ; il était nécessaire - et l'est toujours - d'avoir un accès à l'intérieur de la boîte, qui représente une ouverture par laquelle un certain liquide peut s'infiltrer. Le visionnaire Hans Wilsdorf a repris l'idée de Borgel et a également acquis le brevet d'une couronne vissée au boîtier (présenté par deux inventeurs suisses, Georges Peret et Paul Perregaux). Ces deux innovations ont constitué la base de ce qui est devenu le système Oyster : la base des montres étanches -ou résistantes à l'eau-.

Le chemin suivi par HYT est sans doute la continuation de cet effort. Bien que les composants mécaniques de base doivent encore être protégés contre l'humidité, dans cette entreprise innovante, ils ont vaincu l'ennemi en l'intégrant dans leur concept horloger. L'essence des montres HYT consiste à utiliser deux fluides qui circulent à l'intérieur d'un capillaire (tube) en verre ; l'un transparent et l'autre coloré, tous deux de densités différentes, de sorte qu'il est impossible qu'ils se mélangent ; et à son tour, le ménisque qui se forme à l'endroit où ces liquides sont réunis sert d'indicateur des heures. Bien que l'hypothèse semble simple, elle en est loin, car les complications techniques qu'il a fallu résoudre pour que ces montres deviennent une réalité étaient presque impensables au début du projet.

Vivre avec l'ennemi : HYT

H5 © HYT

Plus que la plupart des marques de montres, HYT a emprunté la technologie et les connaissances de nombreuses autres industries pour résoudre ses problèmes techniques, principalement l'aérospatiale, le secteur médical et les semi-conducteurs ; sans oublier une approche philosophique liée au passage du temps, qui est à la base du concept originel de HYT. L'essence de l'horlogerie fluide de cette entreprise provient d'une paire de soufflets en un matériau ultra-fin et extrêmement flexible, dont l'épaisseur est quatre fois plus fine qu'un cheveu. Ceux-ci contiennent les liquides dont la bordure aura pour mission de montrer le passage du temps. Ces soufflets sont pressés dans un sens ou dans l'autre par un mécanisme de haute horlogerie.

De nombreux défis sont apparus au cours de ce long développement de plus de 15 ans, mais ils ont été résolus un par un. Les fluides se dilatent ou se contractent en fonction de la température ambiante, ce qui modifie la lecture du temps, c'est pourquoi un système de compensation thermique a été intégré à l'intérieur d'un des soufflets, sous la forme d'un soufflet plus petit, pour compenser cette dilatation ou cette contraction sans affecter la précision. L'indication des heures est continue, mais tous les 12, c'est comme si l'on revenait en arrière, lorsque les liquides passent d'un soufflet à l'autre pour recommencer le comptage à partir de 6 heures, soit le matin, soit l'après-midi ; ce mouvement rétrograde à l'intérieur du tube capillaire est la seule caractéristique qui nous fait apprécier le passage du temps d'une manière différente, d'où le concept que demain viendra bientôt (bientôt maintenant ou soon now en anglais) parce que nous pouvons voir la manière dont il progresse toutes les heures, et deux fois par jour, la manière dont il redémarre.

Vivre avec l'ennemi : HYT

Soonow Drop Three © HYT

Le tube capillaire lui-même a été un casse-tête majeur pour les développeurs. La recherche mondiale pour trouver une technologie fiable pour réaliser ce composant essentiel -l'une des plus coûteuses à développer- n'a pas porté ses fruits ; ils ont donc dû créer leurs propres moyens de production pour élaborer ce tube capillaire fin et courbé de seulement 0,8 mm d'épaisseur, avec lequel ils ont même réussi à obtenir des formes capricieuses, comme dans le modèle Skull. Pour obtenir une clarté maximale au fil des heures, il a fallu mettre au point un traitement chimique : un revêtement pour la partie interne du tube capillaire à travers lequel s'écoulent les liquides chargés de nous indiquer le temps. Le but de ce revêtement est d'empêcher les liquides d'adhérer à la surface du verre, afin qu'ils ne laissent aucune trace et c'est pourquoi le mouvement du ménisque qui indique l'heure est parfaitement propre. 

La coloration des liquides n'est pas non plus une question anodine. Chaque nouvelle couleur nécessite un développement long et complexe, afin de garantir le maintien de la teinte au fil des ans ainsi que les qualités chimiques du liquide. Divers équipements ont été développés pour pouvoir fabriquer ces montres ; l'un d'entre eux permet un remplissage parfait du tube capillaire, car même la moindre bulle emprisonnée dans le liquide altèrerait la lecture. De plus, un dispositif a été développé pour simuler le fonctionnement du système capillaire pendant un an en un mois seulement, de sorte qu'un test de 24 mois équivaut à 24 ans d'utilisation ; il a été testé pendant 40 mois en continu. La permanence est l'un des piliers de la haute horlogerie et n'est définitivement pas absente des montres HYT.

Vivre avec l'ennemi : HYT

Skull © HYT

Malgré toutes ces innovations et une présence très différente, l'utilisation et le fonctionnement de la montre sont étonnamment transparents : on pourrait penser que le simple fait de la mettre à l'heure est une vraie entreprise, mais la réalité est qu'il est possible de la régler pratiquement comme n'importe quelle autre montre mécanique.

La philosophie, la technologie et le sens de la permanence s'associent à une technologie et à des matériaux jamais vus auparavant dans l'horlogerie, pour créer des pièces de haute horlogerie qui ne ressemblent à rien de ce qui a été créé auparavant ; une authentique horlogerie du 21e siècle.

 

Vous aimerez aussi

La marque

Les pionniers du «temps fluidique» sont devenus des spécialistes de ce qui a longtemps été considéré comme impossible: combiner mécanique et fluides dans une montre-bracelet.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >