X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Eberhard & Co.

Rechercher dans :
Et pourquoi pas... ? - L’enfance et la collection de montres Ralph Lauren Polo Bear

Et pourquoi pas... ? L’enfance et la collection de montres Ralph Lauren Polo Bear

Notre collectionneur souhaite la bienvenue à cette montre simple et amusante qui évoque la nostalgie de l’enfance.

D’où vient notre passion pour les montres ? La réponse à cette question fondamentale est souvent liée à notre enfance, aux différentes personnes qui nous ont influencés, et certainement à notre éducation (au sens large du terme). J’ai appris à aimer les montres indirectement. Non pas par l’objet lui-même, mais par un intérêt que mon Papa avait pour les stylos. Issu d’une famille d’immigrés, l’apprentissage a toujours eu une place importante dans notre famille et le stylo était en quelque sorte un objet magique.

Très vite, je suis tombé « amoureux » d’un vieux Parker au corps argenté, motif tapisserie, et j’ai commencé à m’intéresser aux détails de sa construction, aux matériaux ou au design. Si je reste toujours un amateur de belles plumes, mon attention a, un jour, glissé vers les montres.

La première montre ! Voilà un sujet qui nous unit tous. Montre d’enfant, montre empruntée à son père, cadeau pour un événement important. Cette « première » reste toujours présente dans le cœur des collectionneurs. Même dépassée, cassée, maltraitée pendant des années, elle reste celle qui a tout commencé.

Je me rappelle donc d’un court séjour à Genève, ma première fois au bord du lac. J’ignorais, bien sûr, à ce moment, que la vie me ramènerait ici, bien plus tard. À cette époque, le quartz régnait en maître et mon rêve de garçon était une jolie montre digitale. Ce fut une Certina, petite, simple et probablement relativement peu chère. Elle fut ma première.

Aujourd’hui, elle est toujours là, bracelet cassé, mais « montée » sur un NATO aux couleurs vives. Si je la porte peu, je ne peux m’empêcher de la prendre régulièrement en main et de vérifier si « elle va bien ». Ce rituel me rassure, mais me ramène aussi dans le passé, avec un petit brin de nostalgie.  

Alors justement, quid de la nostalgie. En grandissant, les montres deviennent plus sérieuses, plus « adultes ». Si elles restent des objets qui nous fascinent, peu sont liées à l’enfance, ses couleurs, ses goûts, ou ses souvenirs.

Quand on parle de montres et d’enfance, on pense naturellement aux Flik Flak colorées, ou aux Swatch que chacun d’entre nous a pu posséder. Mais elles restent cantonnées dans un rôle précis et destinées à une « cible » précise. Pourtant, la fameuse citation de Malcolm Forbes, à savoir « la différence entre un homme et un adulte est le prix de ses jouets », nous est particulièrement destinée. La montre est un lien qui nous rattache à l’enfance, mais, en grandissant, elle semble perdre de son caractère « enfantin ». Devenue adulte, la montre se durcit, devient sévère, sérieuse, bref, parfois pas amusante du tout. La maturité aurait-elle tué l’enfant qui sommeille en nous ?

En y regardant de plus près, il y a pourtant des marques « adultes » qui osent encore s’aventurer sur le terrain de l’enfance : grand amateur de Seiko vintage, j’apprécie ces modèles automatiques reprenant les figures des personnages de Disney. Il y a aussi les géniales Gérald Genta qui célèbrent la même souris. Et plus récemment, c’est encore elle – confiée à Damien Hirst – qui a provoqué l’engouement chez les fans de Swatch. Dans cette liste – réduite – des montres qui nous font voyager dans notre passé, on peut aussi citer Ice-Watch et Tintin ou Casio et ses G-Shock.

Mais force est de constater que l’exercice reste difficile. Combiner un rappel à l’enfance et le sérieux d’une montre d’adulte ne semble pas aisé. Et ce n’est pas la faute des marques, mais plutôt la nôtre, adultes coincés qui pensent que porter une montre amusante brisera notre image de sérieux, voire notre crédibilité professionnelle.

Alors, lorsqu’une marque tente de nous faire sourire et de nous ramener aux douceurs de nos doudous et de nos ours en peluche, je ne peux qu’acquiescer, dire tout haut « bravo c’est super cool » et rajouter un grand « merci ».

Pourquoi Ralph Lauren ?

Qui ne connaît pas Ralph Lauren ? L’icône fête cette année les 50 ans de sa marque et est devenu, au fil des décennies, une véritable légende de la mode. Originaire du Bronx, il est passionné par la mode, mais ne l’étudiera jamais à l’école. Ralph Lauren a donc tout appris « sur le tas », commençant par des petits boulots, pour terminer comme vendeur chez Brooks Brothers.

Imaginez donc Ralph Lauren, dans la fameuse boutique de Madison Avenue, en train de vendre des chemises « button down », inventées par Brooks Brothers. Comment ne pas voir un lien entre ses futures créations et les classiques de la marque préférée des POTUS (President Of The United States) ?

Il en faudra peu pour que Ralph Lauren propose des changements – refusés bien sûr – et décide de voler de ses propres ailes. À partir de là, tout devient un conte de fée et, petit à petit, Ralph Lauren va dominer le monde.

Le style RL, classique mais toujours original, va faire fureur. Que vous vous sentiez cow-boy, motard sur la Route 66, étudiant dans une Ivy League ou Gatsby en smoking, il y aura forcément du « Ralph » pour vous.

Au-delà de ses créations, Ralph Lauren c’est aussi un univers, une ambiance et un goût du spectacle. Ses boutiques sont de véritables trésors de créativité, comme en témoigne la merveilleuse Rhinelander Mansion, probablement la plus belle boutique de mode de la planète.

Cependant, il reste à la marque un territoire à conquérir. C’est celui de l’horlogerie. Pendant 10 ans Richemont et RL travailleront de concert, sortant certaines montres intéressantes, dont mes préférées sont la Safari et la Stirrup de 2011.

Mais désormais, RL a repris son autonomie et nous propose quelques nouveautés séduisantes.

Si la collection American Western nous ramène vers le Grand Ouest, John Wayne et les films de John Ford, mon attention a très vite été attirée par un modèle aussi inhabituel que rafraîchissant : la Ralph Lauren Bear Watch.

L’enfance et la collection de montres Ralph Lauren Polo Bear

Trois modèles de la collection Western © Ralph Lauren

La collection de montres Polo Bear : il était une fois l’enfance…

Si vous aimez Ralph Lauren, vous ne pouvez ignorer un des personnages clés de ses collections : le Teddy/Polo Bear.

Depuis 1991 – et une édition limitée du fameux ours en peluche de Steiff - l’ourson chic est présent sur de nombreux vêtements RL. Il y a des pulls, des tee-shirts, des polos et des casquettes. Polo Bear est probablement un des personnages les plus cool du monde de la mode, toujours bien vêtu, avec un goût irréprochable. Il alterne le smoking, le jean ou les tenues vintage. Il inspire, amuse, mais surtout inspire une tendresse enfantine. Bref, on l’aime bien cette star à poils !

Alors, quand Ralph Lauren décide de lui offrir une montre, il ne faut pas hésiter et se laisser tenter. Car avec cette pièce, Ralph Lauren a vu tout juste.

D’abord, la collection de montres Polo Bear rassemble quatre modèles.

Commençons par Flag Bear, qui porte le pull « American Flag » pour lequel RL est devenu célèbre, une chemise en chambray, un jean et des mocassins bateau. Il est le plus « dressed down » [ndlr : décontracté] de la bande, casual à souhait.

L’enfance et la collection de montres Ralph Lauren Polo Bear

Polo Bear - Flag Bear © Ralph Lauren

Ensuite, vient Preppy Bear, habillé pour l’occasion du classique blazer RL avec écusson, d’une chemise blanche, d’une cravate à rayures et d’un chino. C’est LE look RL par excellence, indémodable et reproduit tant de fois sans jamais être égalé.

L’enfance et la collection de montres Ralph Lauren Polo Bear

Polo Bear - Preppy Bear © Ralph Lauren

Après l’étudiant vient le Monsieur. Cette fois-ci Martini Bear se présente dans un superbe smoking noir, fleur rouge à la boutonnière et slippers. Rien à dire, cet ours est le plus proche de Purple Label, la collection haut de gamme de RL.

L’enfance et la collection de montres Ralph Lauren Polo Bear

Polo Bear - Martini Bear © Ralph Lauren

Enfin, nous avons Spectator Bear. Plus intello, il est le seul à porter des lunettes. Côté tenue, il porte un manteau beige, un pull bleu, une chemise blanche, une cravate, un pantalon en flanelle grise et des saddle oxfords. Ce look écrivain de Saint-Germain-des-Prés est le plus recherché et inhabituel.

L’enfance et la collection de montres Ralph Lauren Polo Bear

Polo Bear - Spectator Bear © Ralph Lauren

Chacun de ces ours est présent sur le cadran de la montre, dont il occupe une bonne partie. Les cadrans sont tous blanc cassé avec de massifs chiffres noirs. Seul manque le 9, qui laisse sa place à un gros logo POLO, souligné par Ralph Lauren. Il est donc difficile de ne pas remarquer l’origine de la montre ! À noter, la montre Polo Bear n’a pas de date, ce qui est un bon choix et permet de simplifier le cadran.

Celle-ci mesure 42 mm pour 10,4 mm d’épaisseur et est animée par un mouvement automatique RL 300-1, probablement un ETA modifié. Le mouvement est visible à travers un fond saphir. Détail intéressant, la couronne est située à 2 heures, ce qui renforce le charme de ce modèle, et elle arbore le logo joueur de Polo de Ralph Lauren.

Autre élément distinctif, les anses du bracelet sont arrondies, dans le plus pur style vintage. L’aiguille des secondes est noire, à l’exception de Flag Bear qui a droit à une version rouge.

Chaque montre est proposée avec deux bracelets, un cuir gold et un tissu au motif tartan, rappel des premières collections de cravates de Ralph Lifschitz, avant qu’il ne devienne Lauren ! Une seule exception, le modèle Martini Bear (smoking), qui, bien sûr, ne peut porter que du noir, décliné en un alligator et un tissu. Ralph Lauren a pensé à ceux qui changent fréquemment de look et les bracelets sont donc équipés d’attaches rapides !

Voici donc un beau panel d’oursons stylés. Avec cette collection, Ralph Lauren frappe fort et ose entrer sur un territoire aussi délicat que séduisant.

Je ne peux que souhaiter un grand succès à ces modèles, qui célèbrent les 50 ans de la marque avec humour et élégance !

Que pense l’avocat du diable de ces ours en peluches ?

Il est difficile pour l’avocat du diable de ne pas trouver plein de choses à reprocher à une montre qui célèbre l’insouciance et l’enfance. Elle est sympa, décalée et fait sourire… Dommage pour les méchants !

Plus sérieusement, seuls quelques détails pourraient être améliorés.

D’abord, revoir le diamètre à la baisse, de 42 à 40 mm. De cette façon, la montre devient plus versatile et peut séduire plus de poignets.

Ensuite, il faudrait aussi faire subir une cure d’amaigrissement au logo, trop présent sur le cadran et qui le parasite un peu. L’ours seul suffit largement à « marquer » la montre, faisons lui confiance !

En essayant la montre, je me suis aussi rendu compte que le bracelet en tissu était trop grand pour de petits poignets et il est impossible de rajouter un trou. C’est bien dommage !

Dernier commentaire, dommage que Ralph Lauren ne propose pas un coffret avec les quatre montres. Le choix entre les quatre est difficile et, même si ma préférée est la Spectator Bear, je ne peux m’empêcher de penser que pouvoir alterner entre les différents modèles serait une bonne option.

Quel style pour porter Teddy ?

Le choix ne peut, bien sûr, que se porter sur un total look RL. Si la Martini Bear peut être réservée aux soirées, les trois autres modèles sont versatiles et s’adaptent à plusieurs styles.

Il faudra juste choisir parmi les pièces classiques de la marque, avec un passage obligé par le blazer en laine et boutons dorés ou un Purple Label en serge, la chemise blanche à col boutonné, le polo à manches courtes, et un jean (Selvedge de préférence) ou un chino (j’adore le chino patiné de RRL).

Côté souliers, mon choix s’oriente vers une vieille paire de mocassins RL en cordovan, venus de chez Crockett & Jones. Mais une paire de sneakers Severn peut aussi bien faire l’affaire.

Et bien sûr, la pièce maîtresse sera LE fameux pull Teddy Bear. Vous avez le choix entre l’Admiral Bear de Purple Label, l’ours randonneur en laine ou le classique Polo Bear en gris ou bleu.

L’enfance et la collection de montres Ralph Lauren Polo Bear

© Ralph Lauren

Si le temps se couvre, je ne prendrai pas la même route que mon Spectator Bear préféré, mais j’opterai pour une veste de style militaire M65, soit en camouflage, soit en coton kaki.

Si vous souhaitez changer de style comme changer de montre, il faudra vous équiper d’un sac de voyage RL (le magnifique Cooper 50) et d’un fourre-tout en flanelle bleue a écusson RL, et les charger avec d’autres pièces de la – vaste – collection Ralph Lauren.

En tout état de cause, il sera difficile de ne pas faire un bon choix et de ne pas rendre ainsi hommage à un grand Monsieur de la mode.

La marque

Depuis sa création, Ralph Lauren est synonyme d’élégance, de raffinement et d’intemporalité des valeurs qui se retrouvent au sein des garde-temps de la marque.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi