X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Rebellion

Rechercher dans :
Et pourquoi pas... ? - Grand Seiko SBGA 405 Godzilla

Et pourquoi pas... ? Grand Seiko SBGA 405 Godzilla

La GS Godzilla s’inscrit dans cette lignée de montres décalées et nous offre un voyage au sein de la science-fiction nippone avec l'un de ses monstres préférés, Godzilla.

Humour

Dans une époque qui devient de plus en plus triste et pleine de contraintes, l’humour est une valeur de « survie ». Le sourire, le détachement, la capacité à ne pas se prendre au sérieux sont de sérieuses compétences indispensables pour affronter les tensions quotidiennes, et l’environnement hautement anxiogène qui parfois nous entoure. L’humour est également une attitude positive qui montre une capacité à se remettre en cause et en place ! A l’inverse, le manque d’humour traduit une forme d’insécurité, voire d’arrogance. En résumé, rien de sérieux ne peut se faire bien – sans humour.

En lisant ces premières phrases, vous pourriez penser que cette nouvelle chronique Et Pourquoi Pas... ? parle de management, de leadership ou de développement personnel. Non (en fait si, mais il faudra lire entre les lignes). Pourtant le sujet de l’humour est critique également pour nos objets préférés – et ceux qui les font.

Lorsque l’on regarde la production actuelle de montres, force est de constater que peu de marques osent vraiment « se marrer ». Pire, beaucoup se prennent bien trop au sérieux, essayant même de « démolir » certains de leurs collègues qui osent parfois se moquer un peu de cette industrie bien trop guindée. Je me souviens d’une montre produite par H. Moser & Cie il y a quelques années – la Frankenstein Hommage -  qui avait fait hurler certaines « grandes » marques qui se sentaient visées par cette blague horlogère. C’est bien dommage et bien triste.

Pourquoi Pas Grand Seiko SBGA 405 Godzilla ?

La montre Frankenstein H. Moser & Cie

Donc l’humour fait rarement bon ménage avec les montres. Souvent, les pièces qui osent sortir un peu du cadre sont soit des pièces d’entrée de gamme, ou des montres réservées aux enfants ! Pour oser le sourire « horloger », gardez votre état d’esprit d’enfant et économisez votre argent. Donc, lorsqu’on regarde d’un peu plus près la production actuelle de montres « humoristiques », la liste est plutôt réduite. Je pense par exemple à la superbe pièce Joker de Konstantin Chaykin et ses différentes déclinaisons, comme l’Halloween et la Dracula magnifiquement bien exécutées. Du côté des marques « main stream » suisses, pas grand-chose. Il faut soit regarder plus à l’Est, soit chercher dans le passé, comme certaines montres Genta qui rendaient hommage à Mickey.

Pourquoi Pas Grand Seiko SBGA 405 Godzilla ?

Joker Dracula © Konstantin Chaykin

On peut aussi se retourner vers des « petites » marques, comme Undone, qui offrent des capacités de personnalisation permettant de réaliser des montres à la fois uniques et rigolotes. Enfin, la liste ne serait pas complète sans citer Swatch, et quelques pièces qui naviguent entre humour et art (comme la très décalée Lisa masquée). Mais c’est presque tout.

Pourquoi Pas Grand Seiko SBGA 405 Godzilla ?

Lisa Masquée © Swatch

La Suisse n’étant donc définitivement pas une place où le sourire se marie avec l’horlogerie, allons donc voir du côté de l’Asie – et le Japon en particulier. Pourquoi ? Parce que le pays du Soleil Levant a une vraie capacité à – parfois – ne se pas prendre trop au sérieux. Voyageant en Asie – et au Japon en particulier- tous les mois, je peux vous dire qu’une rapide balade dans les rues de Tokyo vous convaincra de la capacité de nos amis nippons à oser et à sortir du cadre. D’ailleurs, les amateurs de montres Seiko vintage vous diront combien les pièces « Disney » produites dans les années 70 sont de délicieux « bonbons » horlogers, à la fois amusantes et bien réalisées. Plus récemment, je pense également à certaines Seiko produites pour rendre hommage aux mangas. Elles expriment bien la force créatrice – et l’imagination– de la marque nippone. Mais encore une fois, plus on monte en gamme, et plus l’humour se raréfie, et c’est pour cela que j’ai été tout de suite séduit par cette montre Godzilla dont je vais vous parler très vite.

Pourquoi Grand Seiko

J’ai déjà présenté à plusieurs reprises la marque Grand Seiko. Elle est pour moi une des marques qui présente le meilleur rapport qualité-prix de l’industrie, avec des mouvements de toute beauté (quartz, mécanique ou automatique), des innovations technologiques uniques (le Spring Drive) et des finitions exceptionnelles. Les collectionneurs ne s’y trompent pas et la demande pour les GS ne cesse d’augmenter, notamment ici aux USA.

J’écrivais récemment que « … opter pour une Grand Seiko c’est entrer dans la haute horlogerie nippone, et posséder une montre à nulle autre pareille, avec le charme, le souci du détail et la rigueur propre au Japon ». Aujourd’hui, Grand Seiko a su se placer au niveau des plus belles marques horlogères mondiales. Son image – sérieuse, et nous reviendrons dessus - ne cesse de se renforcer, et la marque conquiert de plus en plus de parts de marché.

Après avoir restructuré son offre pour la clarifier, Grand Seiko fonce tête baissée à la conquête des marchés internationaux. Fièrement adossée à un passé glorieux, elle compte aussi sur une parfaite maîtrise de l’horlogerie haut de gamme, tant technique que stylistique. Cependant, Grand Seiko s’autorise parfois à sortir d’un cadre trop contraint, pour proposer des montres originales, inattendues mais toujours bien faites, offrant un petit supplément d’âme, comme la magnifique SBGH 269 et son cadran rouge feu ou la SBGC 229 qui rend hommage à une icône automobile, la Nissan GTR.

Pourquoi Pas Grand Seiko SBGA 405 Godzilla ?

SBGH 269 & SBGC 229 © Grand Seiko

La GS Godzilla s’inscrit dans cette lignée de montres décalées. Ici pas de références aux saisons japonaises ou aux voitures de sport, mais un voyage au sein de la science-fiction nippone avec l'un de ses monstres préférés, Godzilla.

La Grand Seiko SBGA 405 Godzilla, la beauté d’un monstre marin

Avant de parler plus en détails de la montre, évoquons le monstre. Godzilla est considéré au Japon comme le Roi des Monstres, croisement improbable entre un gorille et une baleine. C’est d’ailleurs de là que vient son nom, contraction des mots japonais pour gorille et baleine. Ce personnage de science-fiction est apparu pour la première fois en 1954 et s’est retrouvé depuis dans de nombreux films et mangas. Parfois gentil, parfois méchant, toujours grognon, Godzilla n’est ni beau, ni subtil. C’est une créature préhistorique rendue « possible » par une explosion atomique. Depuis, vivant dans la profondeur des océans, il surgit hors de l’eau et vient détruire multiples villes de son pas pataud, affrontant d’autres de ses collègues kaiju, pour le bonheur des petits et des grands. Ses exploits cinématographiques ne sont pas forcément dignes d’un Oscar, mais se laissent pourtant regarder avec un sourire aux lèvres et des yeux d’enfants.

En 2019, nous avons donc fêtés les 65 ans de la bestiole et c’est Grand Seiko qui a décidé de lui offrir un joli cadeau avec cette montre hommage. Pour une marque qui se positionne en haut de gamme, jouer avec le personnage de Godzilla n’était pas forcément un choix facile. Certes, quelques éléments relient l’horloger et le monstre, qui sont – à leur façon - deux piliers de la culture nippone et qui ont pratiquement le même âge. Mais d’un côté nous avons la subtilité et le raffinement, de l’autre la brutalité et l’exagération. La GS SBGA 405 a parfaitement évité tous les pièges et se présente comme une montre originale, presque trop sage, mais remplie de références à Godzilla.

Pourquoi Pas Grand Seiko SBGA 405 Godzilla ?

SBGA 405 Godzilla © Grand Seiko

D’abord c’est une montre de sport, collant parfaitement à l’écosystème dans lequel vit notre Kaiju. C’est aussi une montre imposante (44,5mm), une des plus grandes de la collection actuelle de Grand Seiko. Ensuite, la SBGA 405 se pare de plusieurs attributs qui évoquent Godzilla. Il y a le cadran, rouge bordeaux, qui veut rappeler les rayons que Godzilla peut projeter pour détruire ses ennemis. Sa finition est – comme pour tous les cadrans GS – exceptionnelle, et on ne se lasse ni de sa couleur inhabituelle, ni de son design tout en subtilité. Il y a le bracelet lui aussi de couleur bordeaux qui évoque la peau granuleuse de Godzilla. Enfin, il y a le fond de la montre, qui reproduit une scène célèbre et qui m’a donné l’idée du titre de ce Et Pourquoi Pas... ? : Humour. Qu’y voit-on ? Godzilla en train de détruire une horloge. Et pas n’importe laquelle, une horloge Seiko, installée en 1952 au sommet du building Wako, magasin de luxe au cœur de Ginza et distributeur de Seiko / Grand Seiko. Imaginez une Rolex décorée d’un monstre lacustre détruisant le siège historique de la marque à Genève. Voilà pourquoi cette GS est vraiment marrante et montre que lorsqu’on est confiant, on peut se moquer de soi avec respect ! Pour finir, notre Grand Seiko offre d’autres caractéristiques propres aux GS : un mouvement de haute horlogerie (ici, un Spring Drive), un polissage Zaratsu et une boîte en titane.

La Godzilla est donc une vraie réussite, et il ne reste plus qu’à espérer que Grand Seiko continuera sur cette lancée, la science-fiction japonaise étant remplie de caractères originaux qui mériteraient un tel hommage !

Qu’en pense l’avocat du Diable ?

Enfin, une montre qui fait référence à la destruction, les catastrophes et la peur ! L’avocat du Diable adore ! Et cette couleur rouge « enfer », miam !

Plus sérieusement, même si cette Grand Seiko SBGA 405 est une belle pièce, il y a tout de même quelques petits détails qui pourraient être retravaillés. D’abord le bracelet. Il est vraiment réussi, mais il est en requin. J’aurais préféré voir Grand Seiko s’éloigner des bracelets en peaux et oser un bracelet textile. Ce choix se serait d’ailleurs parfaitement justifié pour une montre qui fait référence à un personnage de fiction, probablement réalisé en caoutchouc ou en plastique ! Ensuite le cadran : là encore, il est très réussi. Il aurait juste fallu supprimer la réserve de marche et – peut-être – traiter les index différemment pour évoquer les griffes du monstre.

Sinon, encore une fois, rien à dire, sauf bravo !

Comment porter la Godzilla avec style ?

Halloween étant derrière nous, je ne peux vous conseiller un costume de monstre marin.

Cependant, la Grand Seiko Godzilla pourrait se porter dans un style japonais casual, et tout de même rendre hommage au Big Guy. Pour la veste, cette fois-ci quelque chose d’inhabituel, un blouson Bomber Godzilla 65th Anniversary de la marque Kidrobot. J’adore son design très « Kawai », les couleurs kaki et gold et la tête de Godzilla dans le dos.
En dessous, le meilleur choix sera toujours un tee shirt à manches longues, pourquoi pas un simple J Crew ou un des modèles vendus par United Arrows à Shinjuku. Ensuite, le denim bien sûr ! La Grand Seiko et Godzilla mérite  le meilleur, et cette fois-ci, direction la marque Evisu. Si certains de leurs modèles sont extrêmes, j’apprécie leur nouveau denim avec des broderies Tiger & Seagull. Quoi de mieux pour un look qui fasse référence à un croisement entre un gorille et une baleine. Au pieds, je reste fidèle à Berluti, et une paire de leurs nouveaux sneakers Stellar en cuir marron et scritto rouge.

Ainsi apprêté, direction le cinéma pour voir le dernier Godzilla – le Roi des Monstres (2019). Honnêtement, il n’est pas génial (loin de là) mais encore une fois, avec un peu d’humour et de prise de distance, vous passerez quand même un bon moment … à regarder avec votre Grand Seiko !

 

Vous aimerez aussi

La marque

Dès le début, Grand Seiko a recherché les caractéristiques essentielles d’une montre : précision, beauté, lisibilité. Son design reflète l’extraordinaire sens de l’esthétique japonais. La marque va continuer à atteindre de nouveaux sommets en tant que marque.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >