×

Cette recherche est sponsorisée par A L’Emeraude

Rechercher dans :
Emile Chouriet - Une ballerine au départ de la Streif

Emile Chouriet Une ballerine au départ de la Streif

Élégant garde-temps à l’allure sport-chic, une Fair Lady Ballerina a découvert les majestueux paysages du Tyrol autrichien au poignet de notre rédactrice.

L’univers de la danse classique et des tutus de soie s’invite dans la collection Fair Lady et se substitue au modèle précédent arborant un motif inspiré des techniques de l’origami. Le cadran de cette montre se pare ici d’un majestueux guilloché à la teinte argentée opalescente rappelant la tenue des danseuses de ballet. Les douces ondulations offrent une excellente lisibilité et ont un effet apaisant en période de stress.

Telles une ballerine qui tournoie sous les projecteurs, les aiguilles effectuent leur ronde sur le cadran scintillant orné de 4 index en diamants (0.014 ct), ajoutant une note précieuse à l’ensemble. Le bracelet n’est pas en reste ! Ses extrémités présentent des éléments décoratifs qui, par leur forme et leurs pierres bleues Swarovski, font écho à la couronne crantée également sertie.  

Une ballerine au départ de la Streif

© Emile Chouriet

Féminine jusque dans les moindres détails, cette montre se présente dans un boîtier rond en acier au diamètre de 29 mm, épousant harmonieusement tous les types de poignets. Pour celles qui auraient des poignets très fins comme le mien, pas de panique si lorsque vous l’essayez elle tourne autour de celui-ci ! J’ai moi-même dû faire enlever quelques maillons du bracelet en acier mais, même raccourci, il reste très flexible et confortable. Ni vu, ni connu !

Si une représentation de ballet requiert une précision extrême, il en est de même pour le fonctionnement d’une montre. La Fair Lady Ballerina bat au rythme d’un mouvement mécanique à remontage automatique de haute précision, fabriqué en Suisse. Grâce à sa réserve de marche de 38h, je n’ai dû la remettre à l’heure qu’une seule fois. 

Une ballerine au départ de la Streif

Fair Lady Ballerina © Emile Chouriet

Qui eût cru que les valeurs de la danse et de l’horlogerie étaient en fin de compte si proches ? Les clés de la performance technique réalisée par les horlogers semblent ici se confondre avec celles de la maîtrise artistique d’une ballerine, rimant avec précision, élégance et souplesse. Tout est une histoire de timing…

Le sport, c’est chic

Pour ma part, ne pratiquant pas la danse, j’ai décidé d’emmener cette élégante montre féminine avec moi pendant mes vacances en Autriche. Elle m’a accompagnée lors de toutes mes excursions à travers le Tyrol. Légère, on oublie presque sa présence, mais lorsque l’on veut savoir l’heure qu’il est ou le temps qu’il nous reste pour visiter tel ou tel endroit, elle est fidèle au poste.

Une ballerine au départ de la Streif

La Fair Lady Ballerina aux chutes du Krimml © WorldTempus/Cloé Mugny

Par beau temps, comme par mauvais temps – malheureusement nous avons eu beaucoup de jours de pluie pendant les deux semaines – le cadran clair, dépourvu de chiffres, offre une lisibilité optimale. A défaut de pouvoir me baigner dans les lacs, j’ai pu tester l’étanchéité (30 m) de la montre aux gouttes de pluie et à la bruine émanant des chutes du Krimml, situées dans la réserve naturelle Hohe Tauern dans le land de Salzbourg. Considérées comme les plus hautes d’Europe, ces chutes valent le détour !

Une ballerine au départ de la Streif

Aperçu de la pente et de la maison de départ © WorldTempus/Cloé Mugny

En dehors de ses magnifiques lacs, le Tyrol regorge de stations de ski aux versants verdoyants en été. Grande amatrice de ski, j’ai donc emmené la Fair Lady au départ de la Streif (Kitzbühel), LA descente par excellence de la saison de Coupe du Monde de ski alpin. Mais aussi la plus difficile… et la plus impressionnante ! En effet, lorsque je me suis retrouvée dans le portillon de départ, je ne faisais pas la maline… l’inclinaison de la pente fait froid dans le dos. Mieux vaut donc s’assurer que la boucle déployante de la montre est bien fermée pour ne pas devoir aller la chercher en bas ! En parlant du fermoir, il est très élégant et facile à utiliser. Une fois la montre au poignet, on n’aperçoit pratiquement pas la jonction des deux parties du bracelet. 

Une ballerine au départ de la Streif

Elements 007 © WorldTempus/Cloé Mugny

Notre Ballerina a également expérimenté des conditions un peu plus difficiles à Sölden, à plus de 3 000 m d’altitude. Au village, la température était agréable, mais au sommet… on se serait cru dans un frigo. A l’intérieur du bâtiment dédié à James Bond – certaines scènes du film Spectre ont été tournées ici – nos organismes ont été mis à rude épreuve, mais le coeur de la montre trois aiguilles a continué à battre à la même fréquence.

A l’aise en pleine nature comme en ville

Après le land de Salzburg, la ville de Salzburg. La Fair Lady Ballerina convient aussi bien pour faire du sport que pour flâner dans les ruelles marchandes et savourer les spécialités de la région. Avec une tenue plus habillée, elle rayonne au poignet et ajoute une note d’élégance.

Dans cette magnifique ville respirant la musique et la danse, cette montre a retrouvé son univers. Les motifs du cadran rappelant les tutus de soie des ballerines et les chaussons soyeux en dentelle faisaient écho à la musique de Wolfgang Amadeus Mozart et aux airs du film La Mélodie du Bonheur. Ce petit coin de paradis est un régal pour les yeux et les papilles.

Si j’ai eu un véritable coup de cœur pour l’Autriche, il en est de même pour ce gracieux modèle Fair Lady Ballerina que j’ai tout de suite adopté. Cette montre épurée et élégante, compagne idéale pour un porté quotidien, est disponible au prix attractif de 1'240.-

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

La marque

Tel un gène, la maison s’attache à conserver et à perpétuer les valeurs d’Emile Chouriet. Depuis toujours, l’élégance est associée à l'héritage du savoir-faire horloger genevois.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi