X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par TAG Heuer

Rechercher dans :
Édito - Mythes horlogers : au fond des choses

Édito Mythes horlogers : au fond des choses

Deux des malentendus les plus persistants concernant les montres de plongée sont dissipés.

Confession - Je ne fais pas de plongée. Je ne suis ni plongeuse professionnelle (ce qui n'est pas une surprise) ni même une plongeuse qui fait de la plongée de manière récréative. Par la suite, vous serez peut-être pardonné de penser que vous n'êtes pas obligé de croire ce que je dis à ce sujet. Et c'est vrai, vous n'y êtes pas obligé. En général, vous n'êtes pas obligé de croire tout ce que vous lisez. (En d'autres termes, arrêtez de rediffuser les articles non vérifiés que vous avez trouvés sur Facebook).

Ce que je sais faire, en revanche, c’est de collecter, synthétiser et présenter des informations provenant de plusieurs sources fiables. Ainsi, en ce qui concerne les montres de plongée, je peux affirmer avec une certaine confiance que ce que vous allez est 100 % authentique. Et si vous ne le pensez pas, vous pouvez aller le vérifier vous-même. Ce n'est pas si difficile, il faut environ cinq secondes pour aller sur Google.

Ok, cette première chose que vous avez probablement déjà entendue : les valves à hélium sont inutiles à moins que vous ne soyez un plongeur en saturation. Qu’est-ce que la plongée en saturation ? Mon ami, laissez-moi vous présenter Wikipédia. Au cas où vous ne voudriez pas cliquer sur le lien et quitter cette page (et qui pourrait vous en vouloir ?), voici un résumé : la plongée en saturation est une forme de plongée qui est née de la nécessité pour les plongeurs de rester à des profondeurs de 50m ou plus sous le niveau de la mer, pendant des jours ou des semaines à la fois, sans avoir besoin de séances de décompression chaque fois que les plongeurs remontent à la surface. Les plongeurs travaillent ou font ce qu'ils doivent faire sous l'eau à des profondeurs de 50m ou plus, vivent dans des chambres spéciales qui sont pressurisées à un degré équivalent et font des allers-retours entre les lieux de vie et de travail grâce à une cloche à plongeur pressurisée. 

L'air dans les environnements pressurisés est un mélange d'oxygène et de gaz inerte, principalement de l'hélium, et les plongeurs en saturation respirent ce mélange pendant des jours. C'est ce qui provoque le maladie de décompression lorsque les plongeurs ne prennent pas assez de temps pour remonter progressivement. L'hélium qui s'est accumulé dans la circulation sanguine se transforme en bulles en raison de la baisse rapide de la pression environnante, ce qui entraîne des symptômes physiologiques allant d'une légère éruption cutanée à la mort. N'essayez pas cela à la maison. L'hélium s'accumule aussi dans votre montre, car c'est un petit atome sournois, et lorsque votre montre subit le mal de décompression, elle le manifeste souvent en faisant exploser littéralement sa partie supérieure. Le verre du cadran se détache, victime de l'hélium en expansion à l'intérieur du boîtier de la montre qui se fraye un chemin hors du joint mécanique le plus faible de la montre. 

C'est à cela que sert la valve à hélium. Il s’agit essentiellement d’un système d'égalisation de la pression. Vous n'en avez pas besoin si vous n'êtes pas un plongeur en saturation - c'est-à-dire si vous n'êtes pas un foreur sous-marin ou James Cameron.

Maintenant, la deuxième chose. Nous pensons tous qu'une des caractéristiques essentielles de la montre de plongée est la lunette tournante unidirectionnelle. Voici une autre chose que je veux vous présenter : ISO-6425 section 4.1.5, la section de la norme internationale régissant la définition et les caractéristiques d'une montre de plongée, qui fait spécifiquement référence à l’indication du temps de plongée. 

Les numéros de section changent entre les mises à jour - je fais référence à l'une des plus récentes révisions, publiée en 2018. Cette section particulière, qui concerne l'indication du temps de plongée, n'a cependant pas été révisée ou modifiée depuis des décennies et ne devrait donc être une nouvelle pour personne. Elle indique qu'une montre de plongée doit être munie d'un dispositif d'indication du temps de plongée (comme une lunette tournante), qui doit être protégé contre toute manipulation involontaire ou erronée. Une lunette tournante unidirectionnelle ne répond pas à ce critère. Elle n'est protégée contre toute manipulation involontaire que dans un seul sens, alors que l'exigence de l'ISO spécifie une protection absolue, et non pas un seul type de protection. (Si un juge vous ordonne de rester loin de votre ex et que vous argumentez que vous ne vous éloignez d'elle que lorsqu'elle sera éveillée, cela ne suffit pas).

La protection absolue est importante en raison - encore une fois - du temps de décompression. La lunette tournante unidirectionnelle est utile pour calculer le temps total de plongée, car en théorie (et en réalité), sous-estimer son temps de plongée restant et remonter à la surface avec de l'oxygène en trop dans sa bouteille est bien mieux que de surestimer son temps de plongée restant et de manquer d'oxygène. Cependant, sous-estimer son temps de décompression est tout aussi dangereux et pourrait entraîner - répétez après moi - des symptômes physiologiques allant d'une légère éruption cutanée à la mort. 

En résumé, les valves à hélium sont inutiles, sauf pour la plongée en saturation. Et si vous ne pouvez pas bloquer votre lunette tournante dans les deux sens, votre montre n'est pas une montre de plongée. #SorryNotSorry.