X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Baume & Mercier

Rechercher dans :
Armin Strom - Une tradition horlogère suisse-allemande

Armin Strom Une tradition horlogère suisse-allemande

Les montres d'Armin Strom se distinguent de l'horlogerie suisse à prédominance romande.

La Suisse compte 26 cantons, dont la plupart sont officiellement germanophones ou francophones - avec un peu d'italien, concentré au Tessin. Seuls trois cantons sont entièrement bilingues. Autrement dit, leur administration et leur population fonctionnent à égalité en allemand et en français. (Un canton est trilingue : les Grisons utilisent l'allemand, l'italien et le romanche, mais peu importe pour l'instant). L'un de ces trois cantons bilingues est Berne, le cœur administratif de la Suisse. La ville bernoise de Biel/Bienne reflète ce dualisme linguistique dans son nom officiel. C'est également la ville où se trouve le siège de la marque horlogère Armin Strom. 

Par rapport aux autres entreprises horlogères associées à Biel/Bienne, Armin Strom est relativement petite, indépendante, et n'a pas de structures d'entreprise ou de filiales situées de l'autre côté du Röstigraben (le mur métaphorique qui délimite les divisions linguistiques de la Suisse). Si la plupart des entreprises horlogères s'identifient selon des critères nationaux - l'une est une marque suisse ou une marque allemande ou une marque japonaise, par exemple - peu d'entre elles s'attardent sur des détails aussi pointilleux qu'Armin Strom, qui se déclare fièrement être une marque suisse-allemande. 

L'histoire de la société remonte à 1967, lorsque l'horloger Armin Strom fonda son entreprise éponyme dans la ville bernoise de Burgdorf. Il se spécialisa dans le squelettage manuel des mouvements de montres et se fit connaître par la suite pour cette compétence spécifique. Ses successeurs, Serge Michel et Claude Greisler, reprirent la société Armin Strom AG (créée en 2006), s'occupant respectivement du volet commercial et du développement des produits d'Armin Strom. Claude Greisler reçu sa formation d'horloger à Soleure, assurant la continuité des montres Armin Strom dans la tradition horlogère suisse-allemande.

Récemment, nous avons eu l'occasion de parler avec Claude Greisler, d'en savoir plus sur l'horlogerie suisse-allemande et de comprendre comment elle s'exprime dans les montres d'Armin Strom.

Swiss-German Watchmaking: Armin Strom

Serge Michel and Claude Greisler © Armin Strom

WorldTempus : Vous décrivez souvent Armin Strom non seulement comme une marque horlogère suisse, mais surtout comme une marque suisse-allemande. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce que cela signifie ?

Claude Greisler : Les montres que nous fabriquons sont influencées par notre culture, c'est une chose sur laquelle nous sommes tous d’accord. L'horlogerie suisse-française, ou romande, est plus influencée par la France, alors que nous avons une approche plus germanique. Cependant, je ne dis pas que nos montres sont allemandes ; elles sont suisses-allemandes parce que la culture suisse-allemande est encore distincte de la culture allemande. L'une des raisons pour lesquelles j'insiste sur la désignation suisse-allemande est peut-être parce que nous sommes basés à Biel/Bienne. Dans la plupart des autres cantons suisses, c'est très fortement français ou très fortement allemand. Toutefois, ici, nous sommes toujours très conscients de ce double environnement linguistique et il est naturel pour nous de faire cette distinction. 

WT : Au fil des ans, en tant que journaliste horloger qui découvre des centaines de mouvements de montres, modernes et historiques, on commence à avoir une idée des styles horlogers. Ce n'est pas précis à 100 %, bien sûr, mais je peux généralement relever certains aspects d'un mouvement horloger qui me disent que c’est une grande complication typique de la Vallée de Joux ou s’il s’agit peut-être d’une approche plus industrielle, orientée vers la production, qui suggérerait une origine du Locle/La Chaux-de-Fonds. Le style traditionnel allemand est facilement identifiable, tout comme le style traditionnel anglais. Je le compare à la façon dont un amateur de musique classique peut différencier un morceau écrit à l'époque baroque ou romantique.

CG : Il y a certainement des origines qui peuvent être identifiées, surtout si l’on connait bien les différentes familles de mouvements. L'histoire de l'industrie horlogère suisse peut être très différente selon la ville qu’on regarde : si elle avait une approche plus industrielle ou artisanale de l'horlogerie. Si l’on se concentre sur l'approche suisse-allemande, qui est très lourde en matière d'ingénierie, très organisée, on verra à nouveau quelque chose de différent. C'est très clair chez certains des indépendants comme Beat Haldimann ou Andreas Strehler ou si l’on regarde le travail de Felix Baumgartner. Nous avons été à l'école d'horlogerie ensemble, à Soleure. On peut dire que l'horlogerie suisse-allemande a un style que l'on pourrait peut-être qualifier de minimaliste ou de Bauhaus. Un autre terme utile pour décrire ce style est "axé sur les résultats". C'est un peu un stéréotype, mais les Suisses-Allemands sont plus timides, ou peut-être que "réservés" est un meilleur mot - ce que certains peuvent prendre pour de l'arrogance. Cependant, en termes de design, tout cela mène à une pureté esthétique.

Swiss-German Watchmaking: Armin Strom

Minute Repeater Resonance © Armin Strom

WT : Si l'on prend l'exemple de l’Armin Strom Minute Repeater Resonance, je ne dirais pas forcément qu'il est minimaliste ! L'accent est clairement mis sur l'aspect esthétique de cette montre - la symétrie, les finitions, la courbe des timbres.

CG : On peut la voir à un niveau plus profond. Nous adoptons une perspective "la forme suit la fonction", ce qui ne veut pas dire que la forme est moins importante ! En raison de notre technologie de résonance, avec deux spiraux reliés par le ressort débrayable, nous avons également voulu mettre l'accent sur le composant résonnant du mécanisme de la répétition minutes - les timbres. Nous les avons donc placés sur le cadran, puis les autres composants devaient être placés d'une certaine manière, et ainsi de suite. C'est la fonction résonance qui a déterminé le concept et donc aussi le design. Minimaliste ne veut pas dire ennuyeux. Connaissez-vous Dieter Rams et ses 10 principes de bonne conception ? Le design pur suit l'utilitaire et, dans la montre Armin Strom Minute Repeater Resonance, nous avons utilisé le design pour mettre en valeur les composants résonants de cette montre. Moins est vraiment synonyme de plus - il y a plus de clarté !

 

Vous aimerez aussi

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

La marque

La manufacture ARMIN STROM exprime toute la substance de l’héritage laissé par son fondateur. Elle se donne comme ligne directrice de réinterpréter la tradition horlogère. Elle applique à cette fin le principe de rendre visible et de décorer les mouvements dans toutes les étapes de leur conception et de leur réalisation.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >