X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Raymond Weil

Rechercher dans :
15 ans de contenus exceptionnels - De Grisogono, le playboy et la Power Breaker

15 ans de contenus exceptionnels De Grisogono, le playboy et la Power Breaker

Quand on regarde dix ans en arrière, on trouve des noms de montres étranges...

Au cours de sa carrière mouvementée en Formule 1, Flavio Briatore a dirigé le team Benetton (1990-1997) et est retourné dans cette même équipe en 2000, après qu’il ait été racheté par Renault et rebaptisé Renault F1. On lui doit notamment le débauchage du très jeune Michael Schumacher après une course seulement chez Jordan Racing. Mais en 2008, le team de Briatore sera accusé d’avoir truqué le Grand Prix de Singapour et il sera interdit de sport à vie par la FIA.

Durant ses années au sein de l’équipe Renault F1, Flavio Briatore a collaboré avec Fawaz Gruosi, de de Grisogono, pour la création de l’imposante montre Power Breaker. Une recherche dans Google image avec les termes « Power Breaker » affiche toute une série de photos plutôt rébarbatives de boîtes de disjoncteurs, n’ayant aucune espèce de ressemblance avec la montre en question (outre le fait que tous les deux sont vaguement rectangulaires). Comme le remarquait à l’époque Ariel Adams, rédacteur en chef de aBlogtoWach, le nom de la montre sonne comme celui d’un « engin de chantier ». La collection Power Breaker fut lancée par Fawaz Gruosi et Flavio Briatore le 18 mai 2005, pendant le Festival de Cannes (photo en haut de page).

http://www.ablogtowatch.com/de-grisogono-power-breaker-chronograph-n08-watch-available-on-james-list

Les points communs avec la F1 se limitaient au design du cadran, qui ressemblait vaguement au volant d’une voiture, et aux chiffres arabes 2, 3 et 4, à droite, sensés rappeler l’indicateur des vitesses situé à la même position sur le volant d’une Formule 1 de l’époque. Il y a dix ans, on ne parlait pas encore de matériau high-tech, de construction allégée ou squelettée, du moins chez de Grisogono. De fait, la Power Breaker était même disponible en métal précieux – un alliage d’or, exclusif à de Grisogono, au nom improbable de « Browny Brown Gold ». Cette appellation fait plus que suggérer que cet alliage présentait une couleur caramel foncé et était produit selon la technique du Physical Vapour Deposition (PVD) destiné à recouvrir la surface de l’or d’une fine couche de la couleur souhaitée. Bien que les alliages d’or exclusifs aient toujours le vent en poupe aujourd’hui, il ne reste plus aucune trace du Browny Brown Gold chez de Grisogono.

Plus mystérieux encore que ce penchant de l’époque pour des noms bizarres, est l’absence totale de toute information sur le mouvement de la montre. Même notre article original de 2005, basé sur le dossier de presse officiel fourni par la marque, énonce simplement qu’il s’agit d’un mouvement mécanique à remontage automatique, et rien de plus. Qui l‘a conçu, et quelle réserve de marche offre-t-il ? On l'ignore.

Heureusement, depuis 11 ans, les noms des montres et les spécifications techniques ont évolué, et en mieux. Quant à Flavio Briatore, il n'a pas quitté la scène de l’horlogerie. Il a dévoilé cette année, en collaboration avec Jacob & Co, une montre au nom bien plus accrocheur : la Billionnaire!

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

Les marques

Soucieuse de développer des pièces techniques à l’esthétique aussi raffinée qu’affirmée, de GRISOGONO a su en moins de vingt ans créer sa propre place dans l’univers de l’horlogerie. L’audace de...

En savoir plus >

Artistique et visionnaire, Jacob & Co. est une Maison qui affiche une liberté créative sans limites. En rupture profonde aussi bien en termes de design que de complications, elle cultive sa...

En savoir plus >

Vous aimerez aussi