X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Blancpain

Rechercher dans :
Richard Mille - Nadal-Mille : 27-02

Richard Mille Nadal-Mille : 27-02

Richard Mille et Rafael Nadal s’étaient donnés rendez-vous à Paris pour dévoiler le RM 27-02, cinquième génération de garde-temps poids plume du premier pour le second. Entrevue en direct entre deux poids lourds de leurs domaines respectifs.

« Chaque gramme est une bataille ». Mille, devenu Ricardo pour l’occasion, est une fois de plus entré en guerre contre l’obésité horlogère. A quelques jets de balle de Roland-Garros, le grand manitou des Breuleux partage le cours avec un Rafael Nadal visiblement heureux de porter au poignet la dernière création de la marque, la RM27-02.

Comme son nom ne l’indique pas, la 27-02 est la cinquième génération de montres Nadal, après deux « 27 » (027 et 27-01, devenue 02), et deux « 35 » (035 et 35-01). Cinq modèles en cinq ans, un nombre incalculable de casses, quelques vols, et revoilà le duo Mille – Nadal sur scène pour partager 21 grammes de bonheur commun.

Relations publiques et angoisses tennistiques
Nadal, depuis cinq jours, enchaîne les rendez-vous mondains avec le professionnalisme et le sourire franc d’un homme qui a, depuis son adolescence, assimilé à la perfection les codes des relations publiques. Gentleman, discret, il laisse son « ami Ricardo » très en verve s’expliquer sur la nouvelle mouture de la maison Mille, habillée d’un bracelet orange terre battue.

Richard Mille rappelle ainsi les débuts nerveux, voire angoissants de la collaboration avec le champion majorquin, comme pour mieux démontrer le chemin accompli : « Rafa est un perfectionniste, soustrayant de son jeu chaque détail qui puisse dévier sa concentration, comme une montre. Il ne me croyait pas capable de lui proposer une montre résistante à la puissance de son jeu mais qu’il pourrait oublier tant elle serait légère. A vrai dire, quand j’ai posé ce cahier des charges sur le bureau de mon équipe, ils m’ont également dit que j’avais besoin de vacances ! »
Richard Mille n’hésita pas à partager les angoisses qu’auraient pu endosser les premiers modèles : « Que le verre explose. Que le bracelet casse. Que la montre vole en éclat et se retrouve au milieu du cours, sous les caméras du monde entier. Voilà ce qui aurait pu être mon pire cauchemar ».

Richard- Mille RM27-02 Rafael Nadal

Testée à 5000 G
La RM27-02 hérite donc des enseignements de dizaines de modèles éprouvés au poignet de Nadal. « Celui-ci, nous l’avons testé jusqu’à 5000 G », souligne Richard Mille, film à l’appui. « Avez-vous vraiment besoin d’une telle résistance ? », s’enquiert l’un des participants. « Non, je ne crois pas », sourit Rafael Nadal.
Pourquoi aller si loin, en ce cas ? « Nous progressons en permanence », reprend Richad Mille. « Notre premier modèle était résistant à 600 G. Nous avons perfectionné le mouvement. C’est aujourd’hui une pure merveille. Cela peut paraître prétentieux, mais je crois sincèrement qu’en 10 ans, nous sommes devenus la marque la plus avancée technologiquement, parce que nous n’avons pas peur d’aller sur le champ de bataille. Le carbone NTPT que nous utilisons nous a par exemple permis d’atteindre des sommets de résistance et de légèreté ».

Le prix de l’hypertechnicité
Une fois de plus, on s’étonne du prix exorbitant de la pièce, qui s’élève à 777 000 euros. « Quoi de plus normal ? », fait semblant de s’étonner Richard Mille. « Nous avons des temps de Recherche & Développement considérables, nous avons des taux de rejets qui atteignent parfois 70%, ne faisons que quelques exemplaires, tous finis par des équipes du plus haut niveau et rémunérés en fonction de leur talent. Lorsque l’on comprend cela, on comprend la valeur d’une Richard Mille ».
Nadal, qui arborait au poignet son exemplaire personnel reçu le jour-même, le mettra à l’épreuve sur la terre battuee de Roland-Garros dès cette semaine. L’homme justifie son port de la pièce par l’habitude : « Au début, il n’y avait pas l’heure sur les cours, mais simplement le temps du match. J’ai souvent eu du mal à estimer l’heure et donc à savoir, d’un point de vue stratégique, si je pouvais terminer mon match le jour-même, avant la nuit tombée, ou si j’allais devoir le reprendre le lendemain. Aujourd’hui, l’heure est présente, mais j’ai gardé l’habitude de porter une montre », confie « Rafa », qui tentera de ravir dans quelques jours sa dixième victoire sur le court central de Roland-Garros.

Richard-Mille-Rafael-Nadal


 

La marque

Richard Mille n’a pas cherché à se faire une place dans l’univers horloger, il l’a créée, avec le souci constant de ne rien tenir pour acquis et de faire de l'innovation et de la technique extrême, ses moteurs.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi