×

Cette recherche est sponsorisée par Eterna

Rechercher dans :
Parmigiani Fleurier - Bugatti Type 390

Parmigiani Fleurier Bugatti Type 390

La Bugatti Chiron a enfin sa montre.

Il y a des supercars, il y a des hypercars, et puis il y a les Bugatti. Dans une catégorie qui leur est propre, les œuvres d'art mécaniques produites par le constructeur transmettent un message clair à leurs concurrents: nous sommes les plus rapides et les plus chères; nous sommes quelque chose de spécial. Parmi les nombreux partenariats conclus entre des constructeurs automobiles et des marques horlogères, une voiture comme l’époustouflante Bugatti Chiron se doit donc d’être associée à un garde-temps de prestige. Après une première présentation il y a plus d'un an des prototypes dédiés à la Chiron, Parmigiani Fleurier dévoile aujourd’hui les versions définitives de la Bugatti Type 390, qu'elle qualifie de «bloc moteur au poignet».

Bugatti Type 390

Bugatti Type 390 © Parmigiani Fleurier

Comme son prédécesseur la Type 370, la Type 390 possède un mouvement cylindrique, mais la comparaison s'arrête là. Dans la Type 390, la rotation du mouvement cylindrique se traduit par un affichage conventionnel et « plat » de l’heure, sur une échelle standard de 12 heures, au moyen d'une vis sans fin (une première en l'horlogerie). Pour ce faire, les trains d'engrenages des calibres horlogers conventionnels qui transmettent un mouvement latéral, ont été remplacés par pas moins de trois trains d'engrenages planétaires, chacun possédant sa propre roue d’engrenage central - une autre première dans l'horlogerie.

Bugatti Type 390

Le mouvement de la Type 390 © Parmigiani Fleurier

Le boîtier du garde-temps reprend la silhouette caractéristique de la Chiron et renferme un mécanisme innovant qui lui permet de pivoter sur un angle de 12° pour s'adapter parfaitement à n'importe quel poignet. Bien que le boîtier lui-même soit imposant avec ses 57,7mm sur 42,2mm, le mouvement cylindrique niché à l'intérieur est un exploit de micromécanique : sa taille ne dépasse pas la largeur du tourbillon volant et il intègre le plus petit roulement à billes au monde (1,2 mm de diamètre total, avec 12 billes en céramique de seulement 0,2 mm de diamètre) pour son train planétaire. Parmigiani Fleurier a néanmoins réussi à y faire tenir deux barillets montés en série, qui offrent une réserve de marche de 80 heures au mouvement à remontage manuel. La grande couronne sur le côté droit du mouvement dissimule une autre innovation: les quatre composants qui forment habituellement la tige de remontage et de mise à l'heure ont été remplacés par une seule tige de fixation qui remplit la même fonction. Le mouvement complet se présente également sous la forme d’un module ingénieux pouvant facilement être retiré du reste du mécanisme pour un entretien.

Bugatti Type 390

La vis sans fin © Parmigiani Fleurier

Parmigiani Fleurier appelle la Type 390 «le fou du roi» de sa collection, ce qui à mon avis ne lui rend pas justice. Cette montre n'est ni dingue ni loufoque. Elle peut sembler un peu étrange, mais, contrairement à beaucoup d'autres montres « extra-terrestres », son cadran conventionnel se révèle très lisible, grâce principalement aux aiguilles en or rouge se détachant sur un cadran squeletté noir muni de grands chiffres sur son pourtour. Comme la Bugatti Chiron, elle n’est pas pour tout le monde, puisque seuls 20 modèles seront produits, 10 en or blanc et 10 en or rouge. Concernant le prix, si vous avez les moyens de débourser 2,5 millions de dollars pour une Bugatti Chiron, la Parmigiani Fleurier Bugatti Type 390 ne représentera pour vous que de la petite monnaie.

 

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

La marque

L’un des plus récents exemples de réussite dans l’industrie horlogère suisse, Parmigiani Fleurier est né du lien étroit entre l’horloger Michel Parmigiani et la Fondation de Famille Sandoz

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi

X