X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Armin Strom

Rechercher dans :
Édito - Les mythes horlogers : une histoire manufacturée

Édito Les mythes horlogers : une histoire manufacturée

Qu'est-ce qui est intrinsèquement mieux dans un mouvement interne ?

Il n'est pas facile de constituer un ensemble de connaissances solide et fiable ; si c'était le cas, tout le monde le ferait. L'acquisition d'informations est assez simple. On lit les bons livres, on suit les bons sites web (hum), et on aura toutes les données qu'on souhaite. Pour organiser ces données en systèmes de pensée cohérents, à partir desquels on est capable d'expliquer, d'extrapoler et d'improviser, il en faut un peu plus. Alors comment passer d'un amas de données à une compréhension et une connaissance de haut niveau ? On pose des questions.

Exemple : les mouvements internes sont généralement considérés comme étant de meilleure qualité et peuvent donc être plus chers que les mouvements externes. La question que nous devrions tous nous poser est la suivante : est-ce toujours vrai ?

Voici la logique qui sous-tend cette hypothèse. Les entreprises horlogères, qui ont des résultats financiers à atteindre et des employés à payer, prennent des décisions basées sur le profit. Même les entreprises qui évitent publiquement les solutions à court terme et à faible coût, qui proclament se concentrer uniquement sur la qualité des produits et l'expérience des clients, recherchent en fin de compte un profit durable à long terme par le biais d'une stratégie visant à accroître leur réputation et leur prestige. Les entreprises qui se lancent activement dans des activités déficitaires ne sont pas des entreprises ; ce sont des passe-temps ou un moyen d'impressionner vos riches amis.

Selon ce raisonnement, toute marque de montres ayant un mouvement interne dans son offre l'a fait pour l'une des deux raisons suivantes. Soit elle peut produire ces mouvements internes à un coût inférieur à celui d'un spécialiste des mouvements externes (ce qui implique qu'elle possède des processus de fabrication plus efficaces qu'une installation industrielle à grand volume), soit ces mouvements internes sont si fabuleusement fins que la marque peut en justifier le coût. Comme la première option est improbable, nous supposons naturellement que la seconde est vraie. Ainsi, nous entendons " mouvement interne " et nous pensons " qualité incroyable, prenez mon argent !" Une hypothèse assez solide, dans l'ensemble. Mais retenez cette pensée, car nous allons voir ce qui se passe lorsque vous appliquez un cas concret à un raisonnement hypothétique.

Je ne sais pas quand et pourquoi les mouvements internes ont commencé à devenir un sujet aussi important. Oh, attendez, je le sais. Les mouvements internes ont toujours été un indicateur de dévouement professionnel et d'engagement envers la qualité, enracinés dans l'idée romantique d'un horloger solitaire dans son atelier alpin, créant tout à partir de zéro. Cependant, dans les premières années du nouveau millénaire, une décision stratégique prise par un producteur de mouvements industriels a entraîné des nuits blanches pour un nombre considérable de marques de montres, les obligeant à se démener massivement et à commencer à développer leurs propres mouvements internes.

Dans certains cas, les mouvements internes qui ont résulté de cette exigence industrielle n'étaient pas nécessairement meilleurs que leurs prédécesseurs d'origine externe. Dans ces circonstances, l'association entre " haute qualité " et " en interne " est devenue extrêmement tendue. Ce n'était pas l'idéal, mais les gens faisaient ce qu'ils avaient à faire pour rester commercialement viables. La plupart de ces mouvements internes, initialement problématiques, sont en fait assez performants maintenant qu'un certain temps s'est écoulé et qu'ils ont été affinés, modifiés, optimisés.

Qu'est-ce que cela signifie d'être un mouvement interne de toute façon ? Je vais être honnête — mes propres critères pour cette appellation sont très stricts. Les gens disent que je suis trop pointilleuse (le mot qu'ils utilisent n'est pas imprimable), mais qui voudrait lire un auteur de montres aux critères laxistes pour ce genre de choses ?

À mon avis, un mouvement interne est conçu et construit par un savoir-faire qui est entièrement disponible au sein d'une marque. L'objectif de base et le principe mécanique du mouvement proviennent de la marque. Les spécifications techniques, les schémas de production et les fichiers numériques de conception/production sont créés par la marque. Des consultants externes et producteurs de pièces externes sont autorisés, mais le travail réel est effectué par la marque.

Une ébauche de mouvement provenant de l'extérieur, assemblée et finie en interne, aussi exemplaire et sophistiquée soit-elle, n'est pas un mouvement manufacture. Cela ne signifie pas qu'il est inférieur. Pendant des années Patek Philippe a utilisé une version hautement modifiée et internalisée du Lemania CH 27 dans ses chronographes, et c'était un mouvement magnifique. Cependant, ce n'était pas un mouvement interne. Et vous savez quoi, tout le monde s'en fiche. Certains des chronographes les plus performants de Patek Philippe mis aux enchères étaient basés sur ce mouvement. 

Un module de complication interne monté sur une base externe n'est pas un mouvement interne, et c'est rendre un mauvais service à l'équipe de développement que de l'appeler un mouvement interne. Si je n'écrivais pas un article, je ne voudrais pas que mon nom soit imprimé au-dessus de celui-ci, et je crois que les horlogers possèdent la même éthique professionnelle et la même fierté.

Un mouvement développé et produit par un spécialiste externe du mouvement pour l'usage exclusif d'une marque est excellent à sa manière, mais ce n'est pas un mouvement interne.

Nous devons cesser d'appliquer indistinctement le terme " mouvement interne " à des choses qui ne sont pas en réalité internes. Les définitions sont importantes, car il est essentiel que les acheteurs de montres et les consommateurs sachent à quoi nous nous référons lorsque nous utilisons certains termes. Voici un petit secret pour ceux qui ne l'ont pas encore compris : les consommateurs ne se soucient pas de savoir si quelque chose est " fait maison " ou non. Ils se soucient de la qualité, ils se soucient du bon fonctionnement. Si je mange dans un steakhouse réputé, je me fiche qu'ils élèvent leurs propres vaches ; je veux que le repas que j'ai payé soit bien fait et qu'il ait bon goût. Si ce n'est ni l'un ni l'autre, le fait d'être " fait maison " ne change rien au fait que j'aurais dû choisir un autre restaurant dès le départ. Des questions ?

La semaine prochaine : les matériaux dans les répétitions minute.

Lecture 3 commentaire(s)

11 Août 2020
Smith Wade
Love that you're so, um, picky about defining things. Seems to be a theme for you, and keep it up. Good criticism, and thus decisions, come from grounded and sincere parameters.
10 Août 2020
Romain Vsp
Tres juste. Et Je trouve d’ailleurs dommage le manque de transparence de certains sur l’origine de leurs mouvements. En effet valoriser un modUle ou un mouvement externe à la marque parce que le sous traitant est expert dans ce domAine, ce serait tout aussi viable à mon sens.
10 Août 2020
Keith Strandberg
GREAT TOPIC AND EXCELLENT POINTS, SUZANNE. wELL DONE!