X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Sequent

Rechercher dans :
Édito - La fin de la complication

Édito La fin de la complication

Préparez-vous à être époustouflés.

Très bien, c'est l'heure des aveux. Je ne dis pas vraiment que nous devrions mettre fin aux complications - c'était juste pour attirer votre attention. Cependant, je suis tout à fait sérieuse quant au fait d’être époustouflé. La plupart des gens (d'accord, je veux dire la plupart des gens qui lisent ces mots en ce moment) diraient qu'ils connaissent la définition d'une complication horlogère. Ils peuvent énumérer tout un tas de fonctions et d'indications qui entrent dans la catégorie de la complication horlogère. 

Ou le peuvent-ils ?

À proprement parler, une complication horlogère est tout ce qui appartient au sous-ensemble d'un mouvement mécanique qui donne des informations sur le temps, en dehors des heures, des minutes et des secondes. Lorsque je dis "sous-ensemble d'un mouvement mécanique", je fais référence à un ensemble distinct de composants du mouvement qui est expressément associé à une fonction supplémentaire - dans le cas du chronographe, il s'agirait du mécanisme d'embrayage, de la roue à colonnes, de divers leviers d'actionnement et des roues du chronographe. Cet ensemble devrait donner des informations liées au temps, de sorte qu'un automate qui ne fait que de se déplacer sans rien vous dire de nouveau n'est pas une complication. Un tourbillon n'est pas une complication, car il n'offre pas de nouvelles informations, il améliore la précision des informations existantes. Un profondimètre mécanique n'est pas une complication parce qu'il n'est pas entraîné par le mouvement et les informations supplémentaires qu'il offre ne sont pas liées au temps.

La clé est dans le nom ; il s'agit de complications horlogères et non de complications atmosphériques ou esthétiques. Elles doivent être de nature horlogère, c'est-à-dire qu'elles doivent être liées à la mesure du temps. C'est une distinction académique, bien sûr, parce que le mot "complication" - dans le sens où nous l'utilisons en horlogerie - est largement déconnecté de la définition du dictionnaire. C'est ainsi que fonctionne le langage technique ; les mots qui ont une signification dans l'usage courant ont des significations tout à fait différentes dans les contextes techniques.

 Une montre ultra-plate, squelettée à la main, est extrêmement compliquée (usage normal du mot) à exécuter, mais elle n'est pas compliquée (usage technique du mot). En comparaison, une montre chronographe à phases de lune équipée d'un mouvement standard est relativement facile à produire, mais elle est techniquement considérée comme une montre compliquée. Vous voyez à quel point le concept de "complication" peut être inutile lorsqu'on essaie d'évaluer une montre de manière objective et significative ?

Qu'est-ce que cela signifie en termes de façon dont nous parlons des montres ? Tout d'abord, nous devons cesser de voir la ligne entre complication/non-complication comme une barrière qui délimite le supérieur/inférieur. Il est clair que c'est une erreur totale. Deuxièmement, nous pouvons reconnaître que certaines fonctions d'une montre requièrent une grande compétence et un grand savoir-faire, même si elles ne relèvent pas strictement de la catégorie des complications horlogères, et nous devrions les évaluer en conséquence.

Pourquoi ne pas simplement élargir les limites de la catégorie ? Parce qu'il n'y a littéralement aucun consensus général sur ce qu'est une complication horlogère. J'ai eu d'innombrables débats (certains frôlant la dispute) à ce sujet au fil des années - certaines marques considèrent certaines fonctions comme des complications, d'autres non, les journalistes et les collectionneurs font volte-face en fonction de la marque ou de la montre dont ils discutent et c'est déroutant pour tout le monde. Au-delà d'un certain point, la confusion fait place à la perte d'intérêt et à l'indifférence.

Soyons cohérents et clairs sur ce qu'est une complication. Donnons aux non-complications mécaniquement complexes le respect qu'elles méritent. Arrêtons cette interprétation facile de l'horlogerie qui assimile "plus de complications" à "montre supérieure". Utilisons une terminologie et des définitions qui communiquent réellement la même chose à tous les niveaux. Car, mes amis, les définitions ne sont utiles que lorsqu'elles définissent quelque chose de manière définitive.