X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Raymond Weil

Rechercher dans :
Année bissextile - La grande complication pratique

Année bissextile La grande complication pratique

Remettre le « perpétuel » dans « calendrier perpétuel »

Lorsque quelqu’un mentionne le terme « grande complication », l’utilité pratique n’est pas la première chose qui vient à l’esprit. Tout d’abord, les montres à grandes complications requièrent beaucoup de soins et les choses qui demandent beaucoup d’entretien ne sont généralement pas des objets pratiques. Les objets pratiques sont censés rendre notre vie plus facile. Deuxièmement, les grandes complications classiques comprennent des éléments comme les répétitions minutes, qui sont des pièces d’artisanat traditionnel magnifiques et extraordinaires, mais pas exactement des instruments ultra-utilitaires. Qu’en est-il des chronographes, me direz-vous ? Les chronographes, surtout ceux à rattrapante, peuvent être considérés comme des grandes complications et ils sont utiles. Je suis d’accord, mais sont-ils utilisés ? A quand remonte la dernière fois que vous avez vu quelqu’un activer la fonction chronographe sur sa montre  (et pas seulement à des fins de démonstration, d’accord) ?

Le quantième perpétuel est visiblement la plus pratique de toutes les grandes complications. L’information qu’il affiche est pertinente quotidiennement et ne demande qu’une minime intervention humaine. Réfléchissez. Si vous voulez l’information que dispense une répétition minutes, vous devez l’activer et faire un peu de calcul mental pour additionner les quarts et les minutes. Quant aux chronographes, vous devez les activer et effectuer aussi quelques additions, particulièrement avec ceux qui présentent le format habituel de 30 minutes. Si vous voulez l’information livrée par un calendrier perpétuel, vous le consultez. Et c’est tout.

La grande complication pratique

Traditionnelle Twin Beat Quantième Perpétuel © Vacheron Constantin

Cependant cela ne signifie pas que le calendrier perpétuel jouisse d’une sorte de supériorité fonctionnelle sur les autres complications. Car le même problème qui affecte toute montre mécanique – le fait qu’elle cesse de fournir des informations utiles lorsque sa réserve de marche est épuisée – est exponentiellement multiplié lorsqu’il s’agit de calendriers perpétuels. Je n’ai pas fait de recherche scientifique rigoureuse à ce sujet, mais je suis à peu près sûre que régler et corriger un calendrier perpétuel est probablement l’activité la moins favorite de tout propriétaire de l’une de ces montres. Notamment si vous avez perdu votre précieux stylet correcteur (cela arrive souvent) et devez vous résoudre à utiliser un cure-dents ou un crayon. Surtout pas une épingle à cheveux ou tout autre objet métallique similaire, ils peuvent rayer le boîtier.

C’est là qu’intervient la Vacheron Constantin Traditionnelle Twin Beat Quantième Perpétuel pour nous sauver la mise. La nomenclature « Twin Beat » vient du fait qu’elle dispose de deux balanciers, chacun battant à une cadence différente (j’ai suggéré que le mot « twin » [jumeau en français, ndlr) ne devrait pas être utilisé si les balanciers ne sont pas identiques, mais personne ne m’écoute jamais.) La Vacheron Constantin Traditionnelle Twin Beat Quantième Perpétuel, que je vais à partir de maintenant nommer Twin Beat car vous ne pouvez pas me demander de taper ce nom en entier encore une vingtaine de fois, opère sur l’un ou l’autre balancier à tout moment et le principe de cette montre est que vous puissiez passer de l’un à l’autre en fonction de vos besoins.

La grande complication pratique

Les deux balancier du Calibre 3610 QP © Vacheron Constantin

Il y a le balancier à 5Hz (36'000 A/h) qui met la Twin Beat en mode actif et le balancier à 1,2 Hz (8'640 A/h) qui la met en mode veille. Lorsque vous portez la montre, vous la mettez en mode actif, et tout est merveilleux et fonctionne comme il faut.

Si vous êtes sur le point de retirer la montre pour n’importe quel laps de temps, vous la passez sur mode veille et le cœur de la Twin Beat ralentit, comme un ours entrant en hibernation. Très exactement comme le processus d’hibernation, le mode veille réduit la consommation d’énergie de la montre et prolonge la réserve de marche d’une façon qui n’a pas de précédent dans toute l’histoire de l’horlogerie. Lorsque le barillet est complètement remonté, la Twin Beat en mode veille peut fonctionner jusqu’à 65 jours (ou davantage, mais il y a alors un risque accru que des inexactitudes se glissent dans l’affichage du calendrier).

La grande complication pratique

Le poussoir à 8 heures permet au porteur de passer d'une fréquence à l'autre, en fonction du niveau d'activité. © Vacheron Constantin

Pour une fois avec une montre à complications, mon attention ne se porte pas sur la mécanique ou sur l’innovation technique. Nous savons que la prouesse technique est là, c’est une évidence. Mais le plus impressionnant c’est que la Twin Beat est une montre complètement différente, et je veux dire différente au point de mériter sa propre catégorie taxonomique. C’est la première montre qui vous permet de la contrôler, de la même façon que vous pouvez ajuster les vitesses de votre bicyclette ou de votre voiture, en fonction de vos besoins en énergie/puissance. De la même façon que vous pouvez éteindre l’écran de votre ordinateur ou de votre téléphone lorsque vous avez besoin d’économiser de l’énergie.

Prenez la Twin Beat après ne pas l’avoir portée pendant deux mois, remontez le barillet, réglez un peu les heures et les minutes, et vous êtes prêt à partir. Nous sommes au 21ème siècle. Nous ne disposons pas tous de beaucoup de temps libre pour presser des boutons correcteurs et consulter des manuels d’utilisation. La Vacheron Constantin Traditionnelle Twin Beat Quantième Perpétuel s’en occupe pour nous. Dans un sens, c’est la forme la plus authentique de quantième perpétuel existante, puisque c’est celle, parmi toutes les autres, qui s’approche le plus d’un fonctionnement véritablement perpétuel. Si ça ce n’est pas pratique, je ne vois pas ce qui l’est.

La grande complication pratique

© Vacheron Constantin

 

Lecture 1 commentaire(s)

28 Février 2020
Olivier Nebout
Bonjour.Magnifique garde-temps qui, je vous rejoins, ne devrait pas s'appeler Twin Beat. Moi non plus ils ne m'écoutent jamais, ... sûrement car ils ne me demandent jamais mon avis ;) Cela fait rêver. Bonne continuation. Cordialement

Vous aimerez aussi

Watch Finder

Rechercher par :

Trouvez votre montre >

La marque

Entrer dans l’histoire de Vacheron Constantin, c’est entreprendre un voyage initiatique à travers l’excellence d’une horlogerie séculaire. Chaque pièce procède d’un souffle créatif qui anime l’horloger ou l’artisan qui dévoue son savoir-faire à la naissance d’un garde-temps d’exception. La Manufacture travaille également dans un esprit d’éthique sociale et environnementale – elle est notamment certifiée par le Responsible Jewellery Council...

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >