X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par HYT

Rechercher dans :
Urban Jürgensen - 245 ans d’histoire horlogère

Urban Jürgensen 245 ans d’histoire horlogère

De Jürgen à Urban Bruun.

Contrairement à la date inscrite sur le logo d'Urban Jürgensen qui souligne le 245e anniversaire de la marque, son histoire ne commence pas en 1773 mais en 1745, avec la naissance de Jørgen Jørgensen, fils d’un serviteur de Copenhague. De ces origines modestes naîtra l’une des plus grandes dynasties de l’histoire de l’horlogerie.

Jørgen Jørgensen se forme à l'art de l'horlogerie au cours de sept années d’apprentissage. À l’époque, au terme de son apprentissage, l’élève était élevé au rang de «compagnon» et entreprenait un long voyage afin de parfaire sa formation et acquérir une expérience professionnelle. Ce long voyage d’étude influença les entreprises qui porteront désormais le nom de la famille. Ayant principalement voyagé dans des pays germanophones, Jørgen Jørgensen décide de germaniser son nom et de s’appeler désormais Jürgen Jürgensen.

L’entreprise actuelle porte le nom du fils aîné de Jürgen Jürgensen, Urban Bruun, né le 5 août 1776 à Copenhague. Comme son père, Urban Jürgensen entreprend une longue période de voyages à travers l'Europe afin de se perfectionner. Il s’arrête au Locle, en Suisse, pour travailler avec le célèbre horloger Jacques-Frédéric Houriet et à Paris, où il étudie chez deux horlogers de légende, Abraham-Louis Breguet et Ferdinand Berthoud. Mais c’est Londres qui l’attire le plus,  car c’est là que la construction des chronomètres atteint la perfection. Mais aller à Londres est beaucoup plus difficile: il s'y rend au tournant du XVIIIe siècle, pendant les guerres napoléoniennes, alors que l'Angleterre impose un blocus aux navires dans les ports français. Urban Jürgensen devra patienter 20 jours à Calais avant de pouvoir atteindre Douvres. Il passe plusieurs mois à Londres avant de rentrer à Paris. Il se rend ensuite à Genève puis au Locle, où il épouse sa fiancée Sophie Henriette, le 12 mai 1801. À la fin de l'année, la famille est de retour au Danemark, où Urban entreprend de développer l'industrie horlogère nationale.

La tâche est ingrate et les conditions de travail difficiles. Contrairement aux horlogers suisses travaillant dans des vallées baignées de lumière et d’air pur, Urban travaillait à l'étroit, dans des rues exiguës et peu ensoleillées – alors que la lumière est si essentielle aux horlogers. En 1807, il se rend à nouveau au Locle pour quelques années. Cette période est marquée par quelques événements importants dans la vie d’Urban Jürgensen, comme l’attribution de la croix d’argent de l’Ordre Danebrog, la naissance de son fils Jules Frederik, et un apprentissage cruciale, celui du percement des rubis et des saphirs à Genève. De retour au Danemark en 1809, Urban Jürgensen prend les rênes de l'entreprise familiale, mais à la mort de son père, le 16 avril 1811, il décide de créer sa propre société.

A la tête de son entreprise, Urban Jürgensen peut se concentrer sur son objectif d’une horlogerie de précision, avec la fabrication de chronomètres de marine et de régulateurs d'observatoire. Le 8 décembre 1815, il est élu membre de l’Académie royale des sciences du Danemark, un honneur inhabituel pour une personnalité de la condition de Jürgensen. Cette nomination lui donne accès aux échelons supérieurs de la société et lui permet de proposer au gouvernement national des chronomètres de marine pour la location par la marine marchande, arguant que ses chronomètres sont moins chers que ceux de John Arnold mais surtout qu’avec eux, le gouvernement échappe à la dépendance à l'égard d'un pays étranger pour son approvisionnement.

245 ans d’histoire horlogère

Chronomètre de marine Urban Jürgensen, env. 1820

Hélas, le sommet de la carrière d’Urban Jürgensen coïncide avec une détérioration de sa santé survenue alors qu’il travaille à améliorer l'échappement du chronomètre de Earnshaw. Il entreprend également la rédaction d’un ouvrage sur l'horlogerie de précision en 1829 mais s’éteint moins d'un an plus tard, le 14 mai 1830. Ce livre sera plus tard achevé et publié par son fils Louis Urban,  et ce ne sera qu'après sa mort que le Danemark réalisera l'importance du travail d'Urban Jürgensen.

La marque

Urban Jürgensen est l’une des très rares marques horlogères pouvant se targuer, documents à l’appui, de produire des montres de façon ininterrompue depuis plus de 240 ans.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi