×

Cette recherche est sponsorisée par Hublot

Rechercher dans :
Lebeau-Courally - Interview d'Enzo Ide

Lebeau-Courally Interview d'Enzo Ide

Enzo Ide nous raconte comment sa famille est entrée dans l’univers de la fabrication de fusils haut de gamme, puis dans l’horlogerie de luxe, avec la marque Lebeau-Courally.

(Photo: Enzo Ide et son père, Joris Ide)

Comment l’armurier historique Lebeau-Courally s’est-t-il retrouvé associé avec l’horlogerie de luxe ?
Nous avons acquis l'armurier Lebeau-Courally à Liège, en Belgique, en 2008. La maison existe depuis 1865 et nous étions déjà clients chez elle car mon grand-père était un passionné de chasse. Lorsque le propriétaire a souhaité vendre, nous avons été très contents de l’acheter. Nous ne fabriquons que 15 à 20 fusils de chasse par an car le marché annuel mondial des armes de cette qualité n’est que d’environ 100 à 150 pièces. En conséquence, nous nous sommes demandé ce que nous pourrions faire d’autre avec ce nom. Nous avons envisagé plusieurs possibilités, comme la confection de vêtements de chasse, mais mon père a décidé de se tourner vers l’horlogerie et la Suisse.
Pendant plusieurs années, nous avons essayé de trouver la bonne opportunité, mais c’était difficile. Nous avons finalement rencontré Antoine Tschumi, qui nous a présenté son design de montre inspiré par le marteau de nos fusils, et il nous a aidés à chercher des fournisseurs. À la fin de 2011, nous avions notre première collection utilisant des mouvements Valjoux. Ils ont eu pas mal de succès en Belgique, où nous sommes bien connus. À la fin de 2014, mon père a reçu un appel téléphonique d'un ami l'informant qu’une manufacture horlogère verticalement intégrée était en vente. Nous avons rencontré Fabien Lamarche, qui nous a présenté IMH et ses produits, et les choses sont allées très vite. Deux semaines plus tard, nous avions acheté la société.

lebeau-courally-fusil-montre.jpg

Peut-on tirer des parallèles entre la fabrication de fusils et l'horlogerie?
Au cours de l’année qui a suivi notre acquisition de IMH, nous avons appris que dans le passé les armuriers et les horlogers fabriquaient des composants les uns pour les autres et qu’il existe une terminologie commune à leurs métiers. C’était un plus bienvenu pour nous.

Existe-t-il des parallèles aussi au niveau de la clientèle, puisque vous fabriquez si peu de fusils?
Oui, nos clients possèdent un certain style de vie et la montre reste l'une des rares pièces de bijouterie que porte un homme. Généralement, celui qui possède un beau fusil de chasse apprécie aussi la haute horlogerie. Mais en Europe, il y a beaucoup moins de chasseurs riches que, par exemple, d’amateurs de sports équestres, et donc nous ne pouvons pas limiter notre clientèle cible aux seuls chasseurs.

Quel est votre rôle au sein de l'entreprise, au quotidien ?
Je travaille au sein du groupe, et je ne m’occupe donc pas exclusivement du côté horloger des choses. L'an dernier, je me rendais presque chaque semaine à la manufacture du Locle, alors qu'aujourd’hui je n’y vais que toutes les deux semaines. Nous avons sur place des gens qui gèrent le travail au quotidien.

lebeau-courally_phase-de-lune-platine

Le rachat de IMH s’est fait rapidement et vous n’en êtes propriétaire que depuis un an. Avez-vous quand même eu le temps d'élaborer une stratégie et de décider quelle direction vous souhaitez faire prendre à la marque ?
Cette année, nous allons clairement mettre l'accent sur notre tout premier modèle manufacture, la Phase de Lune. C’est notre premier calibre maison pour Lebeau-Courally. Nous devons nous donner le temps de le faire connaître et de le distribuer dans nos points de vente. Il a été très bien accueilli et à Baselworld, nous avons bénéficié d’un bon emplacement, avec beaucoup de visiteurs et quelques rendez-vous intéressants. Nous annoncerons à la fin de l’année notre stratégie pour les deux marques [ndlr: la famille Ide a également acquis la marque Julien Coudray avec le rachat de IMH]. IMH est une manufacture très productive qui peut servir les deux marques, mais chacune doit suivre sa propre voie. Notre production va du simple mouvement de base maison trois aiguilles jusqu’au tourbillon 100% manufacture, en passant par le chronographe, par exemple. Nous travaillons sur toutes les options, mais nous voulons le faire à notre façon et à notre rythme. Ceci est l’avantage principal d'être à 100% indépendant.


 
 
 
 

La marque

On peut établir certains parallèles entre la manufacture des armes et celle des montres, qui ont en commun les termes calibre, levier et barillet. La marque belge Lebeau-Courally peut se targuer d’une histoire éminente dans l’horlogerie et c’est la seule à réunir ces deux univers.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi