X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Breguet

Rechercher dans :
The Millennium Watch Book
Émail - Anita Porchet

Émail Anita Porchet

L'art de l'émail avec une émailleuse suisse.

A l’occasion du 20ème anniversaire de GMT Magazine (et des 20 ans à venir de WorldTempus en 2021), nous nous sommes lancés dans le projet ambitieux de résumer les 20 dernières années en horlogerie dans The Millennium Watch Book, un grand et beau livre magnifiquement illustré. The Millennium Watch Book est disponible sur www.the-watch-book.com, en français et en anglais, avec une livraison juste à temps pour les fêtes de fin d’année.

Utilisez le code WT2020 au moment du paiement pour bénéficier de 10% de rabais sur votre première commande. Voici un extrait exclusif de notre chapitre « Who’s Who », ou nous désignons plus de 80 acteurs de l’industrie, de directeurs généraux à directeurs artistiques en passant par des détaillants et des horlogers indépendants, qui ont marqué de façon indélébile les deux dernières décennies en horlogerie, décrits par ceux qui dans le milieu les connaissent peut-être le mieux. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.the-watch-book.com

Who’s who - Anita Porchet, Émailleuse

Émailleuse indépendante depuis le milieu des années 1990, Anita Porchet est fière de préserver un art traditionnel. Au cours des deux dernières décennies, elle a reçu de nombreux prix pour les œuvres en émail et peinture miniature qu’elle réalise pour certaines des marques horlogères les plus prestigieuses.

Pour maîtriser véritablement l’art de l’émail, il faut plusieurs décennies de formation sous le regard attentif de spécialistes. Comme l’a dit Anita Porchet : « L’émail demande de la patience — on doit avoir un certain état d’esprit afin d’accepter qu’après 15 passages au feu, tout le travail sur un cadran puisse être détruit. »

Anita Porchet

Anita Porchet © Edouard Haegi

Petite femme à la voix douce, Anita Porchet ne se met pas en avant — son travail minutieux parle de lui-même. Elle a commencé à réaliser des cadrans métiers d’arts pour Patek Philippe et, peu de temps après, d’autres marques l’ont sollicitée. Elle a créé une réplique miniature de la fresque signée Marc Chagall de l’Opéra Garnier de Paris pour une pièce unique Vacheron Constantin en 2010, l’Hermès Cape Cod Rocabar inspirée par les carrés de soie de la marque en 2011 ou encore une pièce unique Chanel Mademoiselle Privé inspirée par les panneaux de Coromandel en 2013. Des marques comme Piaget et Fabergé ont rapidement suivi, en lui commandant des réalisations méticuleuses qui réunissent différentes techniques d’émaillage. Elle a continué à collaborer avec Patek Philippe pour de nombreuses pièces uniques, notamment plusieurs pendulettes Dôme présentées lors de l’exposition « The Art of Watch Grand Exhibition » de New York, en 2017.

Anita Porchet

Anita Porchet © Edouard Haegi

L'augmentation de la demande a engendré une plus grande reconnaissance : Prix Gaïa, catégorie artisanat, du Musée international d’horlogerie et « Hommage au Talent » de la Fondation de la Haute Horlogerie en 2015 ; Prix Spécial du Jury du Grand Prix d’Horlogerie de Genève et « Prix du patrimoine culturel immatériel » du canton suisse de Vaud en 2017. Cependant, malgré les récompenses, l’intérêt et les quelques propositions de marques, Anita Porchet demeure indépendante et travaille dans son atelier proche de Lausanne, en Suisse, en compagnie de trois autres artisans en formation. Pour elle, il est crucial de préserver son art et d’avoir la sagesse de le transmettre à la nouvelle génération, tout comme il lui a été transmis.