X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Cartier

Rechercher dans :
Cyrus - Interview de Jean-François Mojon, CEO de Chronode

Cyrus Interview de Jean-François Mojon, CEO de Chronode

«C'est dans une dynamique d'échange qu'un projet devient réussi».

A la tête de Chronode, Jean-François Mojon a participé à la conception et la fabrication de dizaines de montres. Cet ancien directeur technique d'IWC partage quelques un de ses projets récents, en particulier chez Cyrus.

Comment Chronode et Cyrus sont-ils liés ?
Ces liens existent à travers un même partenaire financier, depuis 2011. Cela veut dire que nous sommes liés mais indépendants. Chronode a une totale autonomie pour travailler avec des clients tiers, mais Cyrus a une part, une proximité particulière pour nous.

Interview de Jean-François Mojon, CEO de Chronode

Jean-François Mojon

Quelles sont les particularités de votre collaboration avec Cyrus ? 
On est impliqués au tout début du processus de développement et de création. En plus, ce sont des pièces particulières. Nous nous occupons du produit complet, nous livrons une montre entière. Nous faisons donc un travail d'habillement complet, en collaboration directe avec les designers. Et en plus, ce sont des produits que nous ne faisons pas tous les jours, qui demandent des solutions particulières, des exigences structurelles que nous devons définir régulièrement. Nous aimons le challenge, la part d'inconnu et cette marque s'inscrit dans cette dynamique-là. Ce n'est vraiment pas du standard. 

Pouvez-vous nous parler du travail que vous avez récemment effectué pour Cyrus ?
Le lancement 2019 de la marque est l’évolution de la Klepcys Tourbillon Vertical à sa version squelette. Entre les deux, ce qui a principalement évolué est le mouvement. Nous l'avons ajouré, ce qui a supposé de redessiner et produire une quinzaine de nouveaux composants entièrement. Nous avons adapté les finitions de bien d'autres pièces, en particulier celles en acier. Nous avons été plus loin dans ces finitions parce que certaines sont plus exposées. Et il y a eu un travail particulier sur les aiguilles, qui ont maintenant un volume tridimensionnel. Auparavant, elles devaient passer sous le cadran, maintenant qu'il n'y en a plus, elles ont plus de liberté d'expression. On retrouve par contre inchangé le design de la grande arche centrale galbée. 

Interview de Jean-François Mojon, CEO de Chronode

Cyrus Klepcys Tourbillon Vertical Squelette © David Chokron/Worldtempus

Le développement d'un tourbillon vertical est très rare. Comment se définit-il ?
C'est la première fois qu'on met un tourbillon vertical en position centrale, avec un mouvement entièrement articulé autour. Les autres approches étaient de faire tout un mouvement vertical, ou de mettre un tourbillon vertical sur un côté. En le mettant au centre, cela permet une symétrie qui fait partie de l'identité de Cyrus. La marque utilise déjà deux couronnes de part et d'autre de la boite dans la collection Klepcys, avec ici en plus des aiguilles rétrogrades de chaque côté du cadran. 

Quels sont les avantages d'un tourbillon vertical ?
Le tourbillon a été conçu pour les montres de poche, portées dans les positions verticales. C'est là que les erreurs de marche sont moyennées par le tourbillon. Dès que le tourbillon est à plat, il n'a plus d'effet. Dans le cas d'une montre bracelet, on s'est dit que la position typique est plus horizontale que verticale, donc pour lui donner un sens dans une montre bracelet, on devrait plutôt mettre le tourbillon en position verticale. Mais ces considérations chronométriques ne sont pas le seul attrait du tourbillon. Il représente une approche de maîtrise horlogère et dans ce projet, une recherche esthétique. Il traverse tout le mouvement, il est visible de tous cotés et il donne un volume bombé à la glace. Sa position conditionne toute une esthétique, complètement différente. Cela nous a donné une nouvelle possibilité d’expression.

Ce principe présente-t-il des difficultés de construction ?
C'est une construction qui ne nous a pas créé de grosses surprises. Le vrai enjeu est le renvoi à 90 degrés du tourbillon. Il est près de la cage et donc a un couple faible. S'il y a des pertes de couple à cet endroit, cela va impacter directement l'échappement. Il y a d'autres aspects : si le balancier a des méplats, on ne va pas le percevoir, mais de coté, on le voit osciller, comme une roue voilée, et ce n'est pas acceptable. On a demandé à notre fournisseur d’assortiments, E2O, de travailler des tolérances en ce sens. 

Quel est le type de développement que vos clients vous demandent aujourd'hui. Plutôt complexes ou plutôt simples ?
Chronode reçoit beaucoup de demandes de développement complexes. Un projet de l'envergure de la Klepcys Tourbillon Vertical peut naître parce que derrière, il y a la volonté d'une marque de s'inscrire dans une démarche décalée, clivante. Il y a une part de courage pour oser. On ne trouve pas beaucoup de sociétés horlogères qui ont le champ de liberté pour faire de tels produits. Ces dernières années, on a vu pas mal de frilosité. On nous demandait de faire des choses plus sages, plus dans la tradition horlogère, pas aussi extrêmes que cela. Aujourd'hui la technicité revient un peu plus, elle s’exprime de manières très différentes, et on nous demande à nouveau des projets ambitieux. Les marques indépendantes nous demandent de traduire leur différence, pour qu'elles puissent se démarquer. Pour y arriver, il faut sortir des sentiers battus et c'est notre domaine. Nous avons fait beaucoup d'interprétations d'affichages différentes, donc le Tourbillon Vertical de Cyrus est dans notre voie. De même l'affichage de la phase de lune de la Hermès Arceau L'heure de la Lune: ce n'est pas une révolution des fonctions, mais c'est un défi et c'est ce que nous aimons. 

Interview de Jean-François Mojon, CEO de Chronode

L'heure de la Lune © David Chokron/Worldtempus

Ces projets complexes émanent-ils des marques clientes ou de vous directement ?
Depuis 3 ou 4 ans, nous présentons de plus en plus de concepts. Nous sommes de plus en plus actifs dans la proposition, qui représente la moitié de notre activité. Le but est que le client se l'approprie, la fasse évoluer. Nous ne faisons que suggérer et adapter avec le client. C'est comme ça, dans une dynamique d'échange et de créativité, que le projet devient réussi. 

La marque

Cyrus se veut avant tout une maison non conventionnelle. Avec un design très fort et plusieurs fonctions brevetées, la Maison s’attache à prouver que la haute horlogerie peut être innovante en sortant des sentiers battus, sans aucun compromis sur sa qualité.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi