×

Cette recherche est sponsorisée par RDI

Rechercher dans :
Urban Jürgensen - Les montres et horloges de Frederik Jürgensen

Urban Jürgensen Les montres et horloges de Frederik Jürgensen

Ce que l'histoire retient du rôle joué par Frederik, frère d’Urban Jürgensen, dans l’horlogerie et dans l’entreprise familiale.

Après l’installation d’Urban Jürgensen en Suisse où il y établit sa propre entreprise, la direction de la maison familiale de Copenhague échut à son frère cadet, Frederik, au décès de leur père, Jürgen Jürgensen, en 1811.

En 1801, Frederik avait été le premier apprenti de la société, formé par son frère aîné, Urban. Tout comme ce dernier, il sera envoyé à l'étranger pour un voyage d'étude et rejoindra son frère au Locle. Il séjournera également à Genève jusqu’à la mort de son père, puis, rappelé à Copenhague, il succédera à son père en tant qu’horloger de la cour royale et reprendra l’entreprise familiale.

Sous la direction de Frederik, la société perçut un prêt pour la fabrication des boîtiers, puisqu’à cette époque, il n'existait aucun artisan au Danemark capable de le faire. Le prêt couvrait l’achat des machines nécessaires à la fabrication des boîtiers, mais également l'embauche d'artisans étrangers pour la production ainsi que la formation d’artisans danois à la fabrication des boîtiers.

On sait relativement peu de choses sur les montres de poche produites par Frederik Jürgensen, puisqu’elles n’étaient pas numérotées; Frederik apposait simplement sa signature sur le cadran et au dos de la platine. Sans surprise, il utilisait des mouvements similaires à ceux de son frère Urban. Il s’agissait principalement de montres de poche en or, avec un mouvement à platine pleine, comprenant soit des échappement doubles à double roue, soit des échappements à cylindre.

Les montres et horloges de Frederik Jürgensen

Montre d'observation pour la marine danoise. Mouvement cylindre à platine pleine avec roue d'échappement en argent.

Frederik a produit des répétitions à quarts et des modèles au cadran guilloché, mais on ne lui connaît aucune montre de poche avec échappement à chronomètre. En 32 ans, Frederik Jürgensen n'a produit que 500 montres de poche. Il avait bien fabriqué des montres de pont pour la marine royale, mais elles avaient été jugées peu fiables et rejetées.

Frederik a également réalisé des horloges, mais on ignore s'il a fabriqué lui-même les mouvements. Les boîtes en bois ont selon toute évidence été fabriquées au Danemark et les mouvements présentent des similitudes avec ceux produits sur l'île de Bornholm, mais rien ne prouve qu'ils aient été fabriqués là-bas.

Les montres et horloges de Frederik Jürgensen

Pendule en bronze doré avec mouvement français. Propriété de la maison royale danoise.

Bien qu’il existe de nombreux documents détaillant la carrière de Frederik Jürgensen au sein de l’entreprise familiale et une riche correspondance avec les pouvoirs en place, il reste étonnamment peu de preuves de son activité horlogère.

La marque

Urban Jürgensen est l’une des très rares marques horlogères pouvant se targuer, documents à l’appui, de produire des montres de façon ininterrompue depuis plus de 240 ans.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi