×

Cette recherche est sponsorisée par Maurice Lacroix

Rechercher dans :
Czapek & Cie - Une affaire de guilloché

Czapek & Cie Une affaire de guilloché

Czapek & Cie introduit un tout nouveau guilloché dans sa collection.

Capable de réunir un million de francs suisses grâce à une campagne de ventes d’actions pour financer son entrée dans le monde très concurrentiel de l’horlogerie de luxe, Czapek & Cie cherche toujours à se distinguer. Son modèle de financement novateur en est un exemple flagrant, tout comme ses mouvements mécaniques, et de plus petits détails tels que les aiguilles en or en forme de fleurs de lys, les signatures secrètes sur des cadrans en émail et un alliage d’acier unique, tous jouent un rôle dans la particularité de la marque.

Donc lorsqu’il s’est agi de lancer un nouveau cadran guilloché main dans la collection, Czapek ne pouvait pas simplement se contenter d’un design standard, comme le fameux « Clous de Paris » ou le « Grain d’orge », il lui fallait un dessin vraiment nouveau, un « guilloché Czapek ». Une fois cette décision prise (juste après le Salon QP de 2015 à Londres), un long processus de création a commencé qui a rapidement mené à plus de 20 dessins différents possibles. Pourtant les décideurs de la marque (Xavier de Roquemaurel, Harry Guhl et Sébastien Follonier) ne parvenaient pas à trouver de consensus sur leur préférence, ni à ressentir de véritable enthousiasme. Comme le CEO Xavier de Roquemaurel l’a expliqué à WorldTempus, « la frontière entre bon et excellent est mince, et il n’y a pas d’instrument pour mesurer la beauté. Donc si l’un d’entre nous n’est pas convaincu par la direction prise par le design, nous interrompons tout simplement le projet et nous nous remettons au travail, de façon itérative. De plus, il y a toujours dans la pièce un François Czapek invisible qui nous surveille. Notre objectif est de réinterpréter son style d’une façon moderne, comme s’il était encore vivant. »

Après avoir laissé le design de côté un certain temps, l’équipe s’est aperçue que le problème n’était pas nécessairement les dessins du guilloché en eux-mêmes mais la composition du cadran dans son entier. Au lieu de diviser le cadran en deux zones, l’équipe a décidé de recouvrir tout le cadran avec le même motif de guilloché et de reproduire une forme bombée comme pour le cadran en émail. Cela l’a conduite à évaluer 65 motifs différents pouvant être créés avec la technique de guillochage à la main, avant de tomber d’accord sur le caractéristique « guillochage ricochet », inspiré du jeu qui consiste à lancer une pierre plate sur la surface de l’eau pour qu’elle rebondisse plusieurs fois. Le guillochage « ricochet »  choisi par l’équipe avait deux points centraux différents – même si METALEM, le partenaire de Czapek pour la fabrication, pensait qu’il serait impossible de réaliser cet effet en pratique à cause des « interférences des reflets ». Le détail ultime consistait à choisir entre des pyramides ou des cubes pour les extrémités de la gravure qui donne son relief au cadran. Le trio a opté pour les pyramides.

 Une affaire de guilloché

Quai des Bergues guilloché bleu ciel © Czapek & Cie

Après des mois de travail, l’équipe a été sidérée de découvrir que le guide spirituel de la marque, François Czapek, avait déjà travaillé dans cette direction : le motif, qui est devenu depuis une marque déposée pour utilisation avec les doubles compteurs caractéristiques de Czapek & Cie, était très similaire à un guilloché utilisé par François Czapek dans le passé (voir photo). Ce n’est pas la première coïncidence troublante, car le logo contemporain conçu pour le relancement de la marque Czapek ressemblait aussi fortement à celui utilisé par François Czapek, qui n’a été découvert par l’historien Pierre-Yves Donzé que longtemps après que ce nouveau logo avait été enregistré.

 Une affaire de guilloché

A fine and rare 18K gold half-hunter case keywound pocket chronometer © Czapek & Cie

Le motif n’est cependant pas la seule chose exceptionnelle à propos du nouveau guilloché de Czapek puisque les cadrans qui l’arborent porteront la signature « Metalem Suisse Guilloché Main », en référence aux spécialistes du guilloché chez Metalem et un exemple supplémentaire des hommages explicites que Czapek rend à ses partenaires, soigneusement choisis parmi les meilleurs de l’industrie horlogère.

Les premiers cadrans guillochés de Czapek seront disponibles en deux couleurs : bleu turquoise et gris sel de mer. Sur la version bleu turquoise, la nuance de couleur change en fonction des reflets de la lumière, permettant à l’esthétique de prendre le pas sur la finition technique du guilloché. La version gris sel de mer, en revanche, met en valeur le détail du guilloché et l’angle caractéristique de la profondeur des sillons qui ne peut s’obtenir qu’avec un travail effectué à la main.

Les modèles pourvus de cadrans décorés du nouveau guilloché coûteront le même prix que ceux dont le cadran est en émail grand feu, même si la version guillochée main est un peu plus chère à produire. Ils seront vendus à 25'900 CHF en or et 14'800 CHF en acier inoxydable. Les collectionneurs peuvent être rassurés par le fait que Laurent Picciotto, de Chronopassion, a été le premier à commander l’une de ces nouvelles montres Czapek: il a opté pour le cadran guilloché gris sel de mer.

La marque

Czapek & Cie a pour origine l'un des noms les plus prestigieux de l'industrie horlogère, né du savoir-faire de deux émigrés polonais venus chercher refuge en Suisse après le soulèvement de novembre en Pologne (1830).

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi